Politique d'aménagement durable

Politique d'aménagement durable

La politique d’aménagement durable de la Forêt Montmorency présente les grandes orientations d’aménagement relatives au territoire, définies comme les lignes directrices devant guider les actions se déroulant sur le territoire. Ces orientations d’aménagement ont été élaborées de façon à pouvoir être associées à l’application de gestes concrets. Par conséquent, elles comprennent implicitement dans leur formulation les objectifs d’aménagement s’y rattachant. Ces objectifs décrivent l’état ou la condition future ou souhaitée de l’orientation d’aménagement et fournissent une base à l’élaboration des stratégies et des pratiques. La politique est divisée en cinq sections :

  • La recherche et l’amélioration continue
  • La conservation du milieu et des ressources de la forêt
  • La mise en valeur du milieu et des ressources de la forêt
  • L’enseignement et la formation continue
  • L’éducation populaire et l’appui au milieu

Un aménagement exemplaire de l'ensemble des ressources de la forêt

Développement d’un modèle d’aménagement viable

  • Agir comme site de démonstration d'un aménagement durable de l'ensemble des ressources du milieu forestier par le développement d'un modèle économiquement viable de stratégie d’aménagement adaptative;
  • Contribuer au suivi d’espèces fauniques focales pour évaluer le succès du modèle d’aménagement d’un point de vue biologique, par des collaborations dans le cadre de projets spécifiques.

La mise en œuvre d’un aménagement adaptatif

  • Contribuer à l’amélioration continue des pratiques forestières par le biais d’un processus d’évaluation des impacts environnementaux des activités d’aménagement;
  • Réaliser la recherche en lien avec les enjeux relatifs au territoire et réviser au besoin la stratégie d’aménagement en fonction des résultats obtenus;
  • Documenter et suivre l’évolution de la stratégie d’aménagement par l’archivage des résultats de recherches et des données forestières historiques;
  • Rechercher la participation de professeurs de l’Université Laval aux travaux du comité scientifique et d’aménagement de la Forêt Montmorency, notamment ceux de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.

L'accueil de la recherche

La priorisation des activités de recherche

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue;
  • Stimuler l'implantation de programmes de recherche en lien avec la stratégie d'aménagement en maintenant une liste des enjeux relatifs au territoire;
  • Faciliter les travaux des chercheurs en rendant disponible une base de données relative au territoire et en offrant un support technique sur le terrain;
  • Rendre accessibles les résultats des recherches réalisées sur le territoire par le biais des archives et de l’interface web;
  • Protéger les dispositifs de recherche lors des activités de planification et d’intervention par des outils de localisation adéquats.

 

La conservation de la biodiversité

Les aires protégées

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue.
  • Contribuer au suivi d’espèces fauniques focales pour évaluer le succès du modèle d’aménagement d’un point de vue biologique, par des collaborations dans le cadre de projets spécifiques.

L'aménagement écosystémique

  • Mettre en place un aménagement assurant le maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée etla forêt naturelle.

Le groupe d'espèces fauniques focales

  • Favoriser le maintien et la productivité des espèces fauniques focales en les intégrant aux diverses étapes du processus d’aménagement.

Le groupe d’espèces fauniques focales

  • Dans l’aire de fréquentation du caribou forestier de Charlevoix, contribuer au maintien d’un habitat de qualité selon le plan d’aménagement forestier applicable;
  • Contribuer au maintien de l'habitat de la grive de Bicknell en collaborant au développement de modalités particulières d'intervention dans les peuplements au stade de gaulis;
  • Favoriser le maintien et la productivité des espèces fauniques focales en les intégrant aux diverses étapes du processus d’aménagement.

Les milieux à haute valeur pour la conservation

  • Assurer le maintien des hautes valeurs de conservation associées à certains milieux particuliers, par une approche de zonage.

La conservation de l'eau

La gestion par bassins versants

  • Contribuer au maintien d’une qualité optimale de l'eau propre aux différents usages, par un aménagement à l’échelle des sous-bassins versants;
  • Assurer une surveillance des activités sur les bassins transfrontaliers en participant aux initiatives régionales de gestion par bassins versants ainsi qu’à celles d’autres instances responsables.

Les milieux riverains et les terres humides

  • Contribuer à la conservation des milieux riverains et des terres humides par une approche de zonage et de mesures de protection adaptées.

Le maintien de l'apport des écosystèmes forestiers aux grands cycles écologiques

Les changements climatiques

  • Optimiser la captation du carbone par l'intensification de l'aménagement forestier;
  • Encourager la réduction de la production de gaz à effet de serre en privilégiant l’utilisation du bois dans la construction d'infrastructures et de bâtiments;
  • Contribuer à la réduction à la source des émissions de gaz à effet de serre par la sensibilisation de la main d’œuvre et de la clientèle;
  • Évaluer les effets des changements climatiques sur la santé des écosystèmes terrestres et aquatiques par le biais de dispositifs de surveillance.

Les précipitations acides

  • Augmenter la résilience des écosystèmes forestiers en tenant compte des impacts connus ou potentiels des précipitations acides dans les scénarios sylvicoles;
  • Évaluer les effets des précipitations acides sur la santé des écosystèmes terrestres et aquatiques par le biais de dispositifs de surveillance.

La mise en valeur des ressources de la forêt

L’aménagement intensif

  • Créer, par une concertation des utilisateurs du milieu, la synergie dans la satisfaction des besoins liés à tout usage de la forêt, y compris l'enseignement et la recherche;
  • Contribuer, par une vocation des terres, au maintien des diverses fonctions attribuées au territoire, telles que le maintien de la qualité visuelle des paysages, la production de bois ou la récréation intensive.

L’environnement des travailleurs et de la clientèle

  • Assurer un traitement équitable et un environnement de travail sécuritaire aux employés ainsi qu’un milieu de récréation sécuritaire pour la clientèle, en appliquant les pratiques de l'Université Laval.

La prévention de la pollution

  • Minimiser, voire éliminer la contamination des cours d'eau en utilisant des produits biodégradables et sans phosphate pour l’entretien ménager;
  • Prévenir la pollution de l’eau liée aux rejets de l’usine de traitement des eaux usées et aux autres installations sanitaires, par le maintien d’infrastructures novatrices;
  • Prévenir et limiter les effets des déversements d’hydrocarbures par une procédure de prévention, un processus d’inspection et des mesures d'urgence;
  • Faciliter la récupération des déchets domestiques par le biais d’infrastructures appropriées;
  • Proscrire l'utilisation d'espèces végétales exotiques envahissantes et utiliser des espèces indigènes lors des travaux de stabilisation des sols.

La mise en valeur de la matière ligneuse

L’aménagement écosystémique

  • Mettre en place un aménagement assurant le maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle.

L’approvisionnement en matière ligneuse

  • Assurer le rendement durable en matière ligneuse par la mise en œuvre des hypothèses du calcul de possibilité en vigueur;
  • Minimiser les pertes de matière ligneuse en cas de perturbations naturelles, en encourageant la récupération dans un cadre écosystémique;
  • Contribuer à la diversification des produits en développant une stratégie de mise en valeur des feuillus;
  • Maintenir des objectifs sylvicoles répondant aux besoins actuels et futurs de la filière bois, en assurant un lien de communication avec le milieu industriel régional et le milieu scientifique.

La production de bois de sciage, de biomasse forestière et d’autres produits

  • Optimiser la croissance de la forêt par une sylviculture à l’échelle du peuplement;
  • Maximiser le volume résineux, notamment par l’application d’une stratégie de plein boisement axée sur les enrichissements de la régénération naturelle pré-établie;
  • Contribuer à augmenter les retombées économiques liées à la production de bois de sciage, notamment en augmentant la proportion d’épinette dans la composition du peuplement, dans un cadre écosystémique.
  • Déterminer les conditions gagnantes d’une exploitation de la biomasse forestière par le biais de dispositif de surveillance de la résilience des écosystèmes;
  • Explorer les possibilités d’exploitation de la biomasse forestière pour substituer à l’utilisation du mazout sur le campus de l’Université Laval, notamment par la participation à des groupes de travail;
  • Contribuer à la diversification des produits en explorant les marchés potentiels pour la matière ligneuse non utilisée et les produits forestiers non ligneux.

La protection des sols fragiles à l’orniérage

  • Assurer la protection des sols fragiles, notamment en y privilégiant les coupes d’hiver et en y appliquant des modalités particulières d'intervention.

Les superficies forestières productives

  • Minimiser les pertes de superficies forestières productives liées aux activités d’aménagement, notamment par une approche de remise en production des chemins abandonnés et des aires d’empilement.

La protection des cours d’eau

  • Minimiser les risques de sédimentation dans les cours d’eau, notamment par l’inspection des infrastructures en place et par la correction des cas graves d’érosion.

Les perturbations naturelles liées aux insectes, aux feux de forêt et aux maladies

  • Diminuer la vulnérabilité des peuplements par une stratégie sylvicole préventive visant à augmenter leur résilience en cas d’épidémie d’insectes;
  • Assurer une détection efficace d’éclosion potentielle de foyer d’épidémie par le biais de dispositifs de surveillance;
  • Envisager l’utilisation de pesticides biologique de type Bt en cas d’épidémie pour protéger le patrimoine associé à l’enseignement et la recherche.
  • Minimiser les risques de feux de forêts de cause humaine, notamment par l’interdiction de feux à ciel ouvert sur le territoire.

La mise en valeur de la faune

La chasse et la trappe

  • Aux fins de recherche, maintenir des structures de populations fauniques terrestres naturelles en ne développant aucune activité de prélèvement.

La pêche

  • Assurer la durabilité des activités de pêche par la mise en œuvre d'un plan de gestion de l’omble de fontaine;
  • Augmenter la qualité de pêche, notamment par le biais d’aménagements ciblés pour l’omble de fontaine;
  • Minimiser les risques de sédimentation dans les cours d’eau, notamment par la mise en œuvre de modalités particulières pour la protection des frayères lors des travaux de construction ou de réfection de chemins.

Les activités d’observation de la faune

  • Mettre en valeur la faune auprès du grand public par des activités éducatives en lien avec l'aménagement forestier;
  • Contribuer à la diversification des produits en explorant les marchés potentiels en lien avec l'observation de la faune.

La mise en valeur récréotouristique

Les activités récréotouristiques

  • Constituer une destination récréotouristique privilégiée pour les activités sportives hivernales notamment par l’offre de sentiers de ski de fond et de raquette;
  • Permettre la pratique d'activités de loisir estivales à caractère éducatif par le biais de programmes d'interprétation sur l'aménagement durable des forêts.

La qualité visuelle des paysages

  • Contribuer, par une vocation des terres, au maintien de la qualité visuelle des paysages.

La mise en valeur du patrimoine

Le patrimoine culturel et historique

  • Améliorer la connaissance du patrimoine culturel et historique pour contribuer à en assurer la pérennité;
  • Assurer la protection des sites culturels et historiques, par une approche de zonage.

L'enseignement en aménagement et conservation des ressources naturelles

L’enseignement constitue un élément clé de la mission de la Forêt Montmorency.  L’ensemble du territoire est voué à être un vaste laboratoire disponible pour l’accueil d’étudiants en formations de tous genres reliées aux ressources naturelles du milieu forestier. Il s’agit principalement d’étudiants de l’Université Laval, mais également d’étudiants d’autres institutions d’enseignement universitaire, collégial ou autres.

Les activités d’enseignement et de formation pratique

Dans le cadre des travaux d’enseignement et des stages pratiques à la Forêt Montmorency, l’utilisation des enjeux relatifs au territoire est encouragée, dans un esprit d’aménagement adaptatif. La tenue d’activités de ce genre est grandement facilitée sur le territoire considérant son statut de forêt d’enseignement et de recherche.

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue;
  • Permettre la tenue de travaux d’enseignement pratiques axés sur des problématiques réelles en utilisant les enjeux relatifs au territoire;
  • Favoriser la tenue de formations pratiques offertes par l’Université Laval ou d’autres institutions d’enseignement, notamment celles en aménagement forestier et en sciences de l’environnement, par une tarification privilégiée;
  • Faciliter l’accès aux données relatives au territoire pour l’enseignement, notamment par le biais d’un site web et d’un espace informatisé.

Les étudiants et leurs réalisations

La contribution du personnel de la Forêt Montmorency constitue un apport important dans le soutien aux étudiants. La forêt d’enseignement et de recherche soutient activement, à l’échelle de ses moyens, les étudiants, les stagiaires et les chercheurs, à tous les niveaux du processus de réalisation des travaux. Leurs réalisations sont valorisées dans l’accomplissement de la mission du territoire.

  • Favoriser la réalisation de mémoires de fins d’études en s’impliquant auprès des étudiants;
  • Favoriser la réalisation d’études graduées sur le territoire en s'impliquant aux niveaux pertinents de la démarche académique;
  • Encourager les expériences de travail dans le domaine de l’aménagement et la conservation des ressources du milieu par l’embauche d’étudiants de l’Université Laval pour les emplois forestiers saisonniers.

 

Une vitrine publique d'un aménagement durable des forêts

La Forêt Montmorency désire constituer une vitrine des meilleures pratiques forestières, tant auprès des étudiants qu’auprès des spécialistes de la forêt et du grand public. Elle doit rayonner par le biais de partenariats et de transferts de connaissances auprès des diverses instances régionales.

Le modèle de stratégie d’aménagement

La stratégie d’aménagement écosystémique de la Forêt Montmorency constitue un modèle viable d’aménagement forestier durable des ressources ligneuses, fauniques, hydriques, récréatives, touristiques et paysagères d’une manière qui conserve la productivité des forêts, leur capacité de régénération ainsi que leur vitalité.

  • Promouvoir la stratégie d’aménagement écosystémique comme modèle d’aménagement forestier durable auprès des étudiants de l’Université Laval, des spécialistes de la forêt et des institutions partenaires, par le biais d’outils de vulgarisation;
  • Jouer un rôle de synergie et de leadership régional en matière d’aménagement forestier durable, notamment par la participation à divers comités de travail.

Programmes d'éducation en milieu naturel

Les activités éducatives réalisées à la Forêt Montmorency doivent permettre la sensibilisation des jeunes et moins jeunes à l’aménagement forestier durable et à l’environnement forestier.

Les programmes scolaires à caractère éducatif

Les activités offertes dans un cadre d’éducation scolaire doivent permettre aux jeunes de découvrir la nature et aussi les sensibiliser à une nouvelle culture forestière. Pour ce faire, l’animation constitue un outil privilégié afin d’aider les professeurs à structurer leurs activités sur le territoire.

  • Promouvoir l’accueil de groupes scolaires en offrant des programmes d’éducation relatifs à l’environnement adaptés aux différentes clientèles scolaires.

Le grand public et l’aménagement durable des forêts

La clientèle fréquentant la Forêt Montmorency a l’opportunité de découvrir les différentes facettes de l’utilisation durable de l’ensemble des ressources de la forêt. Les activités d’auto-interprétation ou les activités avec guides-naturalistes sont les deux principaux outils permettant de sensibiliser le public à l’aménagement forestier.

  • Faire la promotion de l’aménagement durable des ressources de la forêt par le biais de diverses activités récréotouristiques, d’outils d’interprétation, de programmes de sensibilisation, réalisables individuellement ou avec un guide-naturaliste;
  • Démontrer au grand public l’intégration de la faune dans la stratégie d’aménagement écosystémique, notamment par le biais de randonnées guidées.
Recherche

Un aménagement exemplaire de l'ensemble des ressources de la forêt

Développement d’un modèle d’aménagement viable

  • Agir comme site de démonstration d'un aménagement durable de l'ensemble des ressources du milieu forestier par le développement d'un modèle économiquement viable de stratégie d’aménagement adaptative;
  • Contribuer au suivi d’espèces fauniques focales pour évaluer le succès du modèle d’aménagement d’un point de vue biologique, par des collaborations dans le cadre de projets spécifiques.

La mise en œuvre d’un aménagement adaptatif

  • Contribuer à l’amélioration continue des pratiques forestières par le biais d’un processus d’évaluation des impacts environnementaux des activités d’aménagement;
  • Réaliser la recherche en lien avec les enjeux relatifs au territoire et réviser au besoin la stratégie d’aménagement en fonction des résultats obtenus;
  • Documenter et suivre l’évolution de la stratégie d’aménagement par l’archivage des résultats de recherches et des données forestières historiques;
  • Rechercher la participation de professeurs de l’Université Laval aux travaux du comité scientifique et d’aménagement de la Forêt Montmorency, notamment ceux de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.

L'accueil de la recherche

La priorisation des activités de recherche

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue;
  • Stimuler l'implantation de programmes de recherche en lien avec la stratégie d'aménagement en maintenant une liste des enjeux relatifs au territoire;
  • Faciliter les travaux des chercheurs en rendant disponible une base de données relative au territoire et en offrant un support technique sur le terrain;
  • Rendre accessibles les résultats des recherches réalisées sur le territoire par le biais des archives et de l’interface web;
  • Protéger les dispositifs de recherche lors des activités de planification et d’intervention par des outils de localisation adéquats.

 

Conservation

La conservation de la biodiversité

Les aires protégées

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue.
  • Contribuer au suivi d’espèces fauniques focales pour évaluer le succès du modèle d’aménagement d’un point de vue biologique, par des collaborations dans le cadre de projets spécifiques.

L'aménagement écosystémique

  • Mettre en place un aménagement assurant le maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée etla forêt naturelle.

Le groupe d'espèces fauniques focales

  • Favoriser le maintien et la productivité des espèces fauniques focales en les intégrant aux diverses étapes du processus d’aménagement.

Le groupe d’espèces fauniques focales

  • Dans l’aire de fréquentation du caribou forestier de Charlevoix, contribuer au maintien d’un habitat de qualité selon le plan d’aménagement forestier applicable;
  • Contribuer au maintien de l'habitat de la grive de Bicknell en collaborant au développement de modalités particulières d'intervention dans les peuplements au stade de gaulis;
  • Favoriser le maintien et la productivité des espèces fauniques focales en les intégrant aux diverses étapes du processus d’aménagement.

Les milieux à haute valeur pour la conservation

  • Assurer le maintien des hautes valeurs de conservation associées à certains milieux particuliers, par une approche de zonage.

La conservation de l'eau

La gestion par bassins versants

  • Contribuer au maintien d’une qualité optimale de l'eau propre aux différents usages, par un aménagement à l’échelle des sous-bassins versants;
  • Assurer une surveillance des activités sur les bassins transfrontaliers en participant aux initiatives régionales de gestion par bassins versants ainsi qu’à celles d’autres instances responsables.

Les milieux riverains et les terres humides

  • Contribuer à la conservation des milieux riverains et des terres humides par une approche de zonage et de mesures de protection adaptées.

Le maintien de l'apport des écosystèmes forestiers aux grands cycles écologiques

Les changements climatiques

  • Optimiser la captation du carbone par l'intensification de l'aménagement forestier;
  • Encourager la réduction de la production de gaz à effet de serre en privilégiant l’utilisation du bois dans la construction d'infrastructures et de bâtiments;
  • Contribuer à la réduction à la source des émissions de gaz à effet de serre par la sensibilisation de la main d’œuvre et de la clientèle;
  • Évaluer les effets des changements climatiques sur la santé des écosystèmes terrestres et aquatiques par le biais de dispositifs de surveillance.

Les précipitations acides

  • Augmenter la résilience des écosystèmes forestiers en tenant compte des impacts connus ou potentiels des précipitations acides dans les scénarios sylvicoles;
  • Évaluer les effets des précipitations acides sur la santé des écosystèmes terrestres et aquatiques par le biais de dispositifs de surveillance.
Mise en valeur

La mise en valeur des ressources de la forêt

L’aménagement intensif

  • Créer, par une concertation des utilisateurs du milieu, la synergie dans la satisfaction des besoins liés à tout usage de la forêt, y compris l'enseignement et la recherche;
  • Contribuer, par une vocation des terres, au maintien des diverses fonctions attribuées au territoire, telles que le maintien de la qualité visuelle des paysages, la production de bois ou la récréation intensive.

L’environnement des travailleurs et de la clientèle

  • Assurer un traitement équitable et un environnement de travail sécuritaire aux employés ainsi qu’un milieu de récréation sécuritaire pour la clientèle, en appliquant les pratiques de l'Université Laval.

La prévention de la pollution

  • Minimiser, voire éliminer la contamination des cours d'eau en utilisant des produits biodégradables et sans phosphate pour l’entretien ménager;
  • Prévenir la pollution de l’eau liée aux rejets de l’usine de traitement des eaux usées et aux autres installations sanitaires, par le maintien d’infrastructures novatrices;
  • Prévenir et limiter les effets des déversements d’hydrocarbures par une procédure de prévention, un processus d’inspection et des mesures d'urgence;
  • Faciliter la récupération des déchets domestiques par le biais d’infrastructures appropriées;
  • Proscrire l'utilisation d'espèces végétales exotiques envahissantes et utiliser des espèces indigènes lors des travaux de stabilisation des sols.

La mise en valeur de la matière ligneuse

L’aménagement écosystémique

  • Mettre en place un aménagement assurant le maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle.

L’approvisionnement en matière ligneuse

  • Assurer le rendement durable en matière ligneuse par la mise en œuvre des hypothèses du calcul de possibilité en vigueur;
  • Minimiser les pertes de matière ligneuse en cas de perturbations naturelles, en encourageant la récupération dans un cadre écosystémique;
  • Contribuer à la diversification des produits en développant une stratégie de mise en valeur des feuillus;
  • Maintenir des objectifs sylvicoles répondant aux besoins actuels et futurs de la filière bois, en assurant un lien de communication avec le milieu industriel régional et le milieu scientifique.

La production de bois de sciage, de biomasse forestière et d’autres produits

  • Optimiser la croissance de la forêt par une sylviculture à l’échelle du peuplement;
  • Maximiser le volume résineux, notamment par l’application d’une stratégie de plein boisement axée sur les enrichissements de la régénération naturelle pré-établie;
  • Contribuer à augmenter les retombées économiques liées à la production de bois de sciage, notamment en augmentant la proportion d’épinette dans la composition du peuplement, dans un cadre écosystémique.
  • Déterminer les conditions gagnantes d’une exploitation de la biomasse forestière par le biais de dispositif de surveillance de la résilience des écosystèmes;
  • Explorer les possibilités d’exploitation de la biomasse forestière pour substituer à l’utilisation du mazout sur le campus de l’Université Laval, notamment par la participation à des groupes de travail;
  • Contribuer à la diversification des produits en explorant les marchés potentiels pour la matière ligneuse non utilisée et les produits forestiers non ligneux.

La protection des sols fragiles à l’orniérage

  • Assurer la protection des sols fragiles, notamment en y privilégiant les coupes d’hiver et en y appliquant des modalités particulières d'intervention.

Les superficies forestières productives

  • Minimiser les pertes de superficies forestières productives liées aux activités d’aménagement, notamment par une approche de remise en production des chemins abandonnés et des aires d’empilement.

La protection des cours d’eau

  • Minimiser les risques de sédimentation dans les cours d’eau, notamment par l’inspection des infrastructures en place et par la correction des cas graves d’érosion.

Les perturbations naturelles liées aux insectes, aux feux de forêt et aux maladies

  • Diminuer la vulnérabilité des peuplements par une stratégie sylvicole préventive visant à augmenter leur résilience en cas d’épidémie d’insectes;
  • Assurer une détection efficace d’éclosion potentielle de foyer d’épidémie par le biais de dispositifs de surveillance;
  • Envisager l’utilisation de pesticides biologique de type Bt en cas d’épidémie pour protéger le patrimoine associé à l’enseignement et la recherche.
  • Minimiser les risques de feux de forêts de cause humaine, notamment par l’interdiction de feux à ciel ouvert sur le territoire.

La mise en valeur de la faune

La chasse et la trappe

  • Aux fins de recherche, maintenir des structures de populations fauniques terrestres naturelles en ne développant aucune activité de prélèvement.

La pêche

  • Assurer la durabilité des activités de pêche par la mise en œuvre d'un plan de gestion de l’omble de fontaine;
  • Augmenter la qualité de pêche, notamment par le biais d’aménagements ciblés pour l’omble de fontaine;
  • Minimiser les risques de sédimentation dans les cours d’eau, notamment par la mise en œuvre de modalités particulières pour la protection des frayères lors des travaux de construction ou de réfection de chemins.

Les activités d’observation de la faune

  • Mettre en valeur la faune auprès du grand public par des activités éducatives en lien avec l'aménagement forestier;
  • Contribuer à la diversification des produits en explorant les marchés potentiels en lien avec l'observation de la faune.

La mise en valeur récréotouristique

Les activités récréotouristiques

  • Constituer une destination récréotouristique privilégiée pour les activités sportives hivernales notamment par l’offre de sentiers de ski de fond et de raquette;
  • Permettre la pratique d'activités de loisir estivales à caractère éducatif par le biais de programmes d'interprétation sur l'aménagement durable des forêts.

La qualité visuelle des paysages

  • Contribuer, par une vocation des terres, au maintien de la qualité visuelle des paysages.

La mise en valeur du patrimoine

Le patrimoine culturel et historique

  • Améliorer la connaissance du patrimoine culturel et historique pour contribuer à en assurer la pérennité;
  • Assurer la protection des sites culturels et historiques, par une approche de zonage.
Enseignement

L'enseignement en aménagement et conservation des ressources naturelles

L’enseignement constitue un élément clé de la mission de la Forêt Montmorency.  L’ensemble du territoire est voué à être un vaste laboratoire disponible pour l’accueil d’étudiants en formations de tous genres reliées aux ressources naturelles du milieu forestier. Il s’agit principalement d’étudiants de l’Université Laval, mais également d’étudiants d’autres institutions d’enseignement universitaire, collégial ou autres.

Les activités d’enseignement et de formation pratique

Dans le cadre des travaux d’enseignement et des stages pratiques à la Forêt Montmorency, l’utilisation des enjeux relatifs au territoire est encouragée, dans un esprit d’aménagement adaptatif. La tenue d’activités de ce genre est grandement facilitée sur le territoire considérant son statut de forêt d’enseignement et de recherche.

  • Maintenir et restaurer des sites de la forêt naturelle à des fins de recherche en maintenant une aire protégée légalement reconnue;
  • Permettre la tenue de travaux d’enseignement pratiques axés sur des problématiques réelles en utilisant les enjeux relatifs au territoire;
  • Favoriser la tenue de formations pratiques offertes par l’Université Laval ou d’autres institutions d’enseignement, notamment celles en aménagement forestier et en sciences de l’environnement, par une tarification privilégiée;
  • Faciliter l’accès aux données relatives au territoire pour l’enseignement, notamment par le biais d’un site web et d’un espace informatisé.

Les étudiants et leurs réalisations

La contribution du personnel de la Forêt Montmorency constitue un apport important dans le soutien aux étudiants. La forêt d’enseignement et de recherche soutient activement, à l’échelle de ses moyens, les étudiants, les stagiaires et les chercheurs, à tous les niveaux du processus de réalisation des travaux. Leurs réalisations sont valorisées dans l’accomplissement de la mission du territoire.

  • Favoriser la réalisation de mémoires de fins d’études en s’impliquant auprès des étudiants;
  • Favoriser la réalisation d’études graduées sur le territoire en s'impliquant aux niveaux pertinents de la démarche académique;
  • Encourager les expériences de travail dans le domaine de l’aménagement et la conservation des ressources du milieu par l’embauche d’étudiants de l’Université Laval pour les emplois forestiers saisonniers.

 

Éducation

Une vitrine publique d'un aménagement durable des forêts

La Forêt Montmorency désire constituer une vitrine des meilleures pratiques forestières, tant auprès des étudiants qu’auprès des spécialistes de la forêt et du grand public. Elle doit rayonner par le biais de partenariats et de transferts de connaissances auprès des diverses instances régionales.

Le modèle de stratégie d’aménagement

La stratégie d’aménagement écosystémique de la Forêt Montmorency constitue un modèle viable d’aménagement forestier durable des ressources ligneuses, fauniques, hydriques, récréatives, touristiques et paysagères d’une manière qui conserve la productivité des forêts, leur capacité de régénération ainsi que leur vitalité.

  • Promouvoir la stratégie d’aménagement écosystémique comme modèle d’aménagement forestier durable auprès des étudiants de l’Université Laval, des spécialistes de la forêt et des institutions partenaires, par le biais d’outils de vulgarisation;
  • Jouer un rôle de synergie et de leadership régional en matière d’aménagement forestier durable, notamment par la participation à divers comités de travail.

Programmes d'éducation en milieu naturel

Les activités éducatives réalisées à la Forêt Montmorency doivent permettre la sensibilisation des jeunes et moins jeunes à l’aménagement forestier durable et à l’environnement forestier.

Les programmes scolaires à caractère éducatif

Les activités offertes dans un cadre d’éducation scolaire doivent permettre aux jeunes de découvrir la nature et aussi les sensibiliser à une nouvelle culture forestière. Pour ce faire, l’animation constitue un outil privilégié afin d’aider les professeurs à structurer leurs activités sur le territoire.

  • Promouvoir l’accueil de groupes scolaires en offrant des programmes d’éducation relatifs à l’environnement adaptés aux différentes clientèles scolaires.

Le grand public et l’aménagement durable des forêts

La clientèle fréquentant la Forêt Montmorency a l’opportunité de découvrir les différentes facettes de l’utilisation durable de l’ensemble des ressources de la forêt. Les activités d’auto-interprétation ou les activités avec guides-naturalistes sont les deux principaux outils permettant de sensibiliser le public à l’aménagement forestier.

  • Faire la promotion de l’aménagement durable des ressources de la forêt par le biais de diverses activités récréotouristiques, d’outils d’interprétation, de programmes de sensibilisation, réalisables individuellement ou avec un guide-naturaliste;
  • Démontrer au grand public l’intégration de la faune dans la stratégie d’aménagement écosystémique, notamment par le biais de randonnées guidées.