Historique

Historique

Origine et appellation

L'enseignement de l'arpentage et du génie forestier est à l'origine de l'essor des études scientifiques à l'Université Laval.

Dès 1907, une loi du Parlement de la province de Québec crée « une chaire d'arpentage, en vue de favoriser l'étude des sciences naturelles et mathématiques ». À la demande de la Corporation des arpenteurs-géomètres et du gouvernement, la nouvelle école est affiliée, le 29 mars 1908, à la Faculté des arts de l'Université Laval.

Une école de sciences forestières est instituée par une loi, le 4 juin 1910, et affiliée, le 14 du même mois, à la Faculté des arts de l'Université Laval.

Pendant neuf ans, ces deux écoles spécialisées remplissent leur rôle de façon indépendante. Toutefois, leur enseignement étant partiellement identique, il est jugé opportun de les fusionner.  Ainsi, en rajoutant au programme une année d'études, les étudiants peuvent obtenir les deux diplômes. C'est donc par la fusion des deux écoles, ratifiée le 17 mars 1919, qu'est créée l'École d'arpentage et de génie forestier.

Nonobstant l'arrêté du 6 décembre 1937 qui crée la Faculté des sciences, l'École d'arpentage et de génie forestier conserve son autonomie. Depuis sa fondation, l'École n'a cessé d'améliorer ses laboratoires, d'enrichir sa bibliothèque et de perfectionner son enseignement.

Le 14 novembre 1945, le Conseil universitaire, reconnaissant officiellement la haute valeur scientifique de l'École d'arpentage et de génie forestier, élève cette dernière au rang de faculté. La même année, grâce à l'attribution d'une subvention importante, le gouvernement provincial rend possible la construction du pavillon que la Faculté occupe actuellement, dans la Cité universitaire, depuis le mois de septembre 1950.

Au début de 1965, la Faculté change d'appellation, devenant la Faculté de foresterie et de géodésie.

À sa séance du 15 août 1989, le Conseil de l'Université entérine une proposition de la Faculté visant à remplacer le terme géodésie par celui de géomatique dans l'appellation de la Faculté. Dès lors, la Faculté est désignée par Faculté de foresterie et de géomatique.

Finalement, en 2009, la Faculté change d'appellation et est désormais reconnue sous le nom de "Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique". Cette nouvelle appellation, entérinée par le Conseil universitaire et le Conseil d'administration de l'Université Laval, reflète davantage la réalité facultaire et met en valeur ses trois principales composantes.

Structure départementale

La première structure départementale de la Faculté est implantée par une décision du Conseil universitaire du 13 août 1962 qui crée deux départements, soit celui d'arpentage et celui de génie forestier.

En janvier 1965, un département de photogrammétrie est créé, portant à trois le nombre de départements de la Faculté.

Le 12 septembre 1966, le Conseil de l'Université donne à la Faculté une nouvelle structure départementale en créant cinq départements : écologie et pédologie forestières, aménagement et sylviculture, exploitation et utilisation des bois, géodésie et cartographie et, enfin, photogrammétrie. En 1983, le Conseil de la Faculté donne le mandat à un groupe de travail d'étudier les structures administratives de la Faculté et de faire les recommandations nécessaires. Le Conseil de la Faculté, ayant accepté les recommandations du groupe de travail, demande à l'Université d'y donner suite. En avril 1984, le Conseil de l'Université adopte une résolution qui abolit les départements existants et crée, sous l'autorité de la Faculté de foresterie et de géodésie, trois nouveaux départements ayant les appellations suivantes: sciences forestières, sciences du bois et sciences géodésiques et de télédétection.

Au printemps 1994, dans le cadre de la restructuration budgétaire et administrative de l'Université Laval, les départements des sciences du bois et des sciences forestières sont fusionnés en un seul département sous l'appellation de Département des sciences du bois et de la forêt. À l'automne 1994, l'appellation du Département des sciences géodésiques et de télédétection est modifiée pour celle de Département des sciences géomatiques.

Au printemps 2002, le département de géographie, jusqu'alors rattaché à la Faculté des Lettres, se joint à la Faculté de foresterie et de géomatique.

La structure départementale de la Faculté est donc actuellement constituée de trois départements ayant les responsabilités suivantes :

Le Département des sciences du bois et de la forêt est responsable de l'enseignement et de la recherche dans les domaines de l'aménagement intégré des ressources forestières, de la biologie forestière, des opérations forestières,des sciences du bois et de l’environnement.

Le Département des sciences géomatiques est responsable de l'enseignement et de la recherche dans les domaines de la télédétection, de la photogrammétrie, de la cartographie et des systèmes d'information à référence spatiale, de la législation foncière, de l'arpentage et de la géodésie.

Le Département de géographie est responsable de l'enseignement et de la recherche dans les domaines de la géographie physique (géomorphologie, climatologie, biogéographie, télédétection, avec spécialisation en milieux naturels nordiques, SIG) et de la géographie humaine (géographie historique, culturelle, politique, urbaine, économique avec des spécialisations sur des régions du monde, en particulier l'Asie, l'Europe occidentale, l'Amérique du Nord incluant le Canada et le Québec). Elle est aussi responsable des domaines liés aux changements climatiques et au tourisme.

Programmes

Jusqu’au début des années 1980, la Faculté offre deux programmes de premier cycle, soit un programme en arpentage et un programme en génie forestier.

En 1983, dans le but d'adapter l'enseignement des sciences forestières aux changements sociaux et technologiques présents et futurs, le programme de génie forestier est remplacé par trois nouveaux programmes : aménagement des ressources forestières, opérations forestières et sciences du bois. Dès l'automne 1983, chacun de ces programmes compte 112 crédits et conduit à l'obtention du grade de bachelier ès sciences appliquées (B.Sc.A.).

En janvier 1991, le Conseil de l'Université accepte une proposition de modification du régime des études du programme en sciences du bois pour en faire un programme coopératif. En mars 1991, le Conseil exécutif de l'Université autorise la mise en place du programme coopératif en sciences du bois pour septembre 1991.

À sa séance du 11 juin 1991, le Conseil de l'Université adopte une résolution modifiant l'appellation du programme de premier cycle en aménagement des ressources forestières pour celle de programme en aménagement et environnement forestiers. Ce changement se révèle justifié en raison des modifications importantes apportées, tant au chapitre du programme lui-même que du libellé des cours.

À sa séance du 13 juin 1995, le Conseil de l'Université adopte les modifications majeures proposées dans le rapport d'évaluation périodique du programme en aménagement et en environnement forestiers et de celui du programme en opérations forestières. Ces deux programmes comptent dorénavant 120 crédits. Le programme en opérations forestières est devenu un programme coopératif désigné sous l'appellation Baccalauréat coopératif en opérations forestières. À la suite de l'évaluation périodique de 1997, le programme en sciences du bois passe de 112 à 120 crédits et est connu sous l'appellation de Baccalauréat coopératif en génie du bois.

En 1985, à la suite des recommandations d'un groupe de travail, le programme de baccalauréat en arpentage est remplacé par le programme de baccalauréat en géomatique. Faisant suite à l'approbation du Conseil de l'Université, à sa séance du 10 juin 1986, la Faculté met en place le nouveau programme en géomatique à l'automne 1986. Ce programme comporte 112 crédits, dont 68 crédits obligatoires, et se divise ensuite en deux options, l'une en gestion géomatique de 38 crédits et l'autre en génie géomatique de 38 crédits. À compter de septembre 1997 et à la suite de l'évaluation du programme de premier cycle en géomatique, ce dernier passe de 112 à 120 crédits et porte le nom de Baccalauréat en sciences géomatiques.

Les programmes d’enseignement aux deuxième et troisième cycles sont progressivement implantés à la Faculté à compter de la fin des années 1950. La dernière révision complète de la structure et du contenu de l'ensemble des programmes des deuxième et troisième cycles est entreprise en 1985, donnant suite aux recommandations du Conseil des universités du Québec sur la formation et la recherche dans le secteur de l'ingénierie. Cette révision conduit à un regroupement des programmes existants en trois programmes de doctorat et trois programmes de maîtrise: en sciences du bois, en sciences forestières et en sciences géomatiques.

À la suite de l'adoption par le Conseil universitaire, à sa séance du 7 octobre 1997, du rapport sur les suites à donner à l'évolution périodique des programmes de maîtrise et de doctorat en sciences géomatiques, de nouveaux programmes comportant un profil d'admission plus large ont été approuvés par le Conseil de la Faculté le 4 mars 1998 et ont commencé en septembre 1999.

À la suite d'une résolution adoptée par le Conseil universitaire le 15 juin 1993 et à une autorisation reçue de la ministre de l'Éducation, le 23 février de la même année, un nouveau programme de maîtrise en agroforesterie est mis en place en septembre 1996, conjointement avec la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation.

En juin 2010, le Conseil universitaire entérine la création du Baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés qui est géré conjointement avec la Faculté des sciences et de génie.

L’offre de formation de la Faculté se diversifie par la mise en place de microprogrammes.  Le Conseil universitaire entérine la création des certificats en tourisme durable en juin 2011, en développement durable offert en collaboration avec onze facultés en mai 2013 et en géomatique en juin 2017.

Anciens directeurs et doyens

Anciens directeurs et doyens
Alfred E. FYEN, premier directeur (École d'arpentage)
1907-1909
Paul JONCAS, directeur
(École d'arpentage)
1909-1910
J.-N. GASTONGUAY, directeur
(École d'arpentage)
1910-1918
Gustave PICHÉ, premier directeur (École forestière)
1910-1918
Avila BÉDARD, directeur
(École d'arpentage et de génie forestier) - 1919-1945
doyen-1945-1954
Louis-Zéphirin ROUSSEAU, doyen
1954-1962
Fernand BOUTIN, doyen
1962-1963
Edgar PORTER, doyen
1963-1971
André LAFOND, doyen
1971-1979
Bernard BERNIER, doyen
1979-1980
Yvan HARDY, doyen
1980-1985
Marcel LÉVESQUE, doyen (par intérim)
1985
André P. PLAMONDON, doyen
1985-1988
Marcel LORTIE, doyen (par intérim)
1988-1989
Jacques JOBIN, doyen (par intérim)
1989
Claude GODBOUT, doyen
1989-1997
Pierre GAGNON, doyen (par intérim)
1997
Michel DESSUREAULT, doyen
1997-2000
Denis BRIÈRE, doyen
2000-2007
Michel BEAUDOIN, doyen (par intérim)
2007
Robert BEAUREGARD, doyen
2007-2016

Guy MERCIER, doyen
2016- à aujourd'hui