Actualités

Photo

Najat Bhiry reçoit le Prix Encadrement aux cycles supérieurs

07 décembre 2022

Ce prix reconnait l’engagement et la qualité de la supervision d’une ou d’un membre du corps professoral dans le processus d’apprentissage et de recherche des étudiantes et des étudiants aux cycles supérieurs. Najat Bhiry est professeure titulaire à la Faculté de foresterie, de géographie et géomatique depuis 1998. Elle y a notamment assuré la direction des programmes gradués du Département de géographie de 2004 à 2010. Elle a aussi dirigé le Centre d'études nordiques de 2012 à 2018. Pour madame Bhiry, la formation en recherche se situe au cœur de sa fonction de professeure-chercheuse.

Au cours de sa carrière, Mme Bhiry a encadré avec brio un très grand nombre de personnes étudiantes aux cycles supérieurs en géosciences. Les commentaires recueillis témoignent d’un encadrement constant, personnalisé, à la fois rigoureux et bienveillant, et ce, dès l’amorce du projet de recherche jusqu’à l’insertion professionnelle. La qualité de l’encadrement offert par madame Bhiry se traduit par une retombée concrète remarquable: depuis 2008, aucune personne étudiante sous sa direction n’a abandonné ses études aux cycles supérieurs.

Madame Bhiry propose à ses étudiantes et étudiants un milieu d’apprentissage riche et favorable aux découvertes scientifiques. Elle les intègre aux différents programmes internationaux de recherche auxquels elle collabore activement. Par ailleurs, madame Bhiry insiste sur l’importance de l’interdisciplinarité pour enrichir la formation des personnes étudiantes. Cette approche génère, entre autres, des occasions d’apprentissage et de réseautage nombreuses et diversifiées, notamment avec des spécialistes de divers horizons, les communautés autochtones du Nord et les organismes partenaires (Administration régionale Kativik, Société Makvik, Institut culturel Avataq, ministère des Transports, etc.). À cet égard, le leadership de madame Bhiry dans le cadre de ses recherches interdisciplinaires en géoarchéologie est un exemple inspirant.

Madame Bhiry offre un encadrement stimulant où la collaboration est une priorité pour favoriser l'entraide et les échanges fructueux. L’une des stratégies pour soutenir l’engagement et la persévérance de ses étudiantes et étudiants est d’organiser des rencontres de groupe pour discuter de leurs recherches respectives. D’ailleurs, les principes d’équité, de diversité et d’inclusion sont des valeurs essentielles mises de l’avant par madame Bhiry parmi l’ensemble des activités d’encadrement et de collaboration.

En somme, l’encadrement exceptionnel offert par madame Bhiry à ses étudiantes et étudiants témoigne d’une professeure passionnée et dévouée, qui a à cœur d’offrir une formation à la recherche de grande qualité, un tremplin pour leur carrière.

Pour visionnez la vidéo et voir les détails

Photo

Série de conférences les «5 à 7 Jasette»

05 décembre 2022

Le mardi 15 novembre 2022, sous le thème «Image de la foresterie», près de 50 étudiantes et étudiants se sont réunis à la cafétéria du pavillon Abitibi-Price, pour discuter avec des professionnels du monde forestier et des experts en communication et marketing. Étaient présents pour l’occasion : Messieurs Charles Tardif, Maibec, Fabien Simard, AETSQ, François-Hugues Bernier, OIFQ, Guy Lavoie, anciennement du journal Le Monde forestier, Jean-Luc Bernier, Université Laval

L’objectif des 5 à 7 Jasette est d’échanger autour des enjeux qui touchent la foresterie et de partager différents points de vue pour permettre d’avoir une compréhension plus globale des thèmes abordés. 
 

Photo

Encore une belle édition du Sous-Boilympique avec 1766 heures d'activités physiques!

05 décembre 2022

Le Sous-Boilympique, édition automne 2022, organisé par l’Association des étudiantes et des étudiants en foresterie et environnement de l’Université Laval s’est déroulé du 13 au 25 novembre 2022. Le but de cette activité est de motiver les gens à bouger et d’encourager l’activité physique dans un contexte amical. Les membres de la communauté étudiante et le personnel de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique étaient invités à former des équipes, puis à pratiquer des activités sportives dont ils compilaient la durée grâce à un formulaire en ligne. Chaque période de 15 minutes équivalait à un point. Les trois équipes ayant accumulé le plus de points étaient déclarées gagnantes. D’autres activités comme des énigmes, un tournoi de volley-ball, un géocaching et une soirée de clôture complétaient cette compétition amicale appréciée de plusieurs!

Pour cette édition, 16 équipes ont été formées et chacune portaient un nom de plantes pour un total de 141 participantes et participants. En tout c’est près de 1766 heures d’activités physiques qui ont été réalisées. Les plus populaires ont été l’entraînement notamment en salle, la marche et la randonnée et les sports de ballon comme le volley-ball, basketball, soccer, etc. Le vélo était aussi assez populaire malgré la période plutôt froide. Plusieurs des membres de la Faculté utilisent d’ailleurs le vélo pour venir à l’Université Laval.

Bravo au comité organisateur notamment à Anne-Sophie Goyette, étudiante au baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés et son équipe pour le temps investi dans la réalisation de cette belle activité rassembleuse. La prochaine édition devrait avoir lieu à l’hiver 2023! C’est un rendez-vous! 

Photo

Quel âge a cette église ?

05 décembre 2022

Datation de l'église de Notre-Dame-des-Anges à Québec.
Les recherches auxquelles ont participé deux experts de la dendrochronologie au Département de géographie, Martin Simard et Ann Delwaide, tendent à confirmer que des éléments de sa structure de bois datent de 1620, ce qui en ferait la plus vieille église du Canada.

Découvrez les résultats de leurs analyses dans le reportage «Quel âge a cette église ?» (18:27) diffusé le 20 novembre 2022 à l'émission Découvertes sur Ici Radio-Canada.

PHOTO Gilbert Bochenek

Photo

Parcs, réserves, géoparcs, etc. : la labellisation, qu’est-ce que ça change?

01 décembre 2022

Comme plusieurs lieux du Québec, la municipalité d’Anticosti tente d’obtenir le label « patrimoine mondial de l’UNESCO ». Beaucoup d’efforts sont consentis dans ces projets, mais quels sont vraiment les impacts de telles labellisations sur ces territoires? 

Pascale Marcotte, professeure titulaire et directrice du certificat en tourisme durable au département de géographie à l’Université Laval, est une spécialiste de la question. Elle était d’ailleurs l’une des intervenantes du séminaire Désignations de territoire de l’UNESCO qui se déroulait, le 24 novembre dernier, au Fairmont Le Manoir Richelieu, à La Malbaie. Elle a répondu aux questions de la journaliste Émélie Bernier..

Pour en savoir plus sur la labellisation, ses exigences et ses conséquences, consultez l'article complet du journal Le Charlevoisien.

PHOTO Dominique Blanc-Tardif (CC BY-NC-ND 2.0)

Photo

Retour sur la Journée SIG Université Laval: des honneurs à tous les niveaux!

30 novembre 2022

Le vendredi 25 novembre dernier se tenait la 10e édition de la Journée SIG Université Laval dans le cadre de laquelle deux concours étaient organisés.

Concours cartographique La preuve par la carte!

Pour cette édition, le concours cartographique s’est adressé aux étudiantes et étudiants de l’Université Laval (aux trois cycles) et du Cégep Limoilou.

Les cartes reçues sont affichées sur le site Web de la journée SIG Université Laval.

Le comité d’évaluation a décerné le premier prix à Céline Pierre, étudiante au DEC en géomatique, spécialisation Information géospatiale et cartographie, pour son projet Classification écologique du Québec. Le projet présente 5 des 11 niveaux de cette classification, chacun expliqué et représenté par une carte.

Sarah Gauthier, étudiante au Doctorat en sciences géographiques, a obtenu le deuxième prix pour sa Carte des dépôts de surface et profils stratigraphiques du dépôt argileux riche en glace sensible aux glissements de terrain dans le village nordique de Salluit, Nunavik.

Un troisième prix a été décerné à Émile Bergeron, étudiant au Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers pour sa Carte des lits d'écoulements potentiels et des bassin versants avec brûlage des ponceaux sur fond d'indice d'humidité topographique.

Finalement, le prix Coup de cœur du public va à Raphaël Pouliot, étudiant à la Maîtrise en sciences forestières avec mémoire. Son projet s’intitule Portrait de l’intensité d’aménagement forestier réalisé dans les 10 dernières années dans le sud du Québec à l’aide du LiDAR aéroporté (30 m x 30 m).

Concours Mon projet en 360 degrés!

Inspiré des concours « Ma thèse en 180 secondes », cette activité permet à chaque participante et participant de présenter son projet de maîtrise ou de doctorat en 3 minutes.

Le premier prix est allé à Olivier Stocker, étudiant au Doctorat en sciences géomatiques, qui a présenté son projet Détection d’espèces d’arbres dans les forêts québécoises.

Le comité d’évaluation a remis le deuxième prix à Zahra Pashaei, étudiante à la Maîtrise avec mémoire en sciences géomatiques pour son projet sur la Gestion des risques d’inondations.

Le troisième prix a été remis à Juzer Noman, étudiant à la Maîtrise avec mémoire en sciences géomatiques pour son projet Risques d’inondation! Par où commencer?.

Félicitations aux récipiendaires!

Enregistrement vidéo des conférences

Pour celles et ceux qui n’auraient pas pu assister aux conférences présentées lors de cette journée, elles sont maintenant disponibles sur la chaîne Youtube de l’événement :

Photo

Qu'est-ce qui provoque la détérioration des rives?

28 novembre 2022

L’érosion des berges le long de la voie maritime du fleuve Saint-Laurent est multifactorielle et ne date pas d’hier. Le déboisement des rives, d’autres interventions humaines, les effets gel-dégel ou encore les puissantes vagues provoquées par les gros navires (surtout à Saint-François) peuvent aussi avoir un impact non négligeable. Ce n’est pas pour rien que des centaines de kilomètres de berges ont été bétonnées ou enrochées au milieu du siècle dernier. Ces aménagements vieillissants et les rives naturelles existantes risquent cependant d’être encore plus vulnérables dans le futur en raison des changements climatiques, à l’île d’Orléans comme ailleurs dans le tronçon fluvial, estiment plusieurs scientifiques. Voici pourquoi.

La tempête et les marées

« Les marées, surtout dans la région de Québec et dans l’estuaire, peuvent accentuer les phénomènes d’érosion là où il existe des barrières humaines ou naturelles empêchant une recharge des sédiments. Toutefois, l’érosion est principalement causée par les ondes de tempêtes. Sur le tronçon fluvial, les ondes de tempêtes sont principalement ressenties près de l’île d’Orléans », peut-on lire dans une étude produite par Ouranos en 2020. Rappelons qu’une pointe de vent de 126 km/h avait été enregistrée à Saint-François en 2017. Il est difficile, par contre, d’établir un lien direct avec les changements climatiques puisque les modèles globaux sont peu adaptés au niveau local, nuance Jean-François Bernier, chercheur au Département de géographie de l’Université Laval. « Des tempêtes, il faut faire attention, on n’en a pas tant que ça à Québec non plus et il faut que ça soit une tempête parfaite avec un haut niveau d’eau. Lorsque la marée est basse, il n’y a pas tant de conséquences. » En revanche, les changements climatiques ajoutent une grande part d’incertitude et sont perçus comme un facteur aggravant. « Il peut y avoir plus d’événements extrêmes que dans le passé. C’est ça le problème. On a besoin de mieux aménager notre territoire en fonction de cette incertitude », ajoute son collègue Patrick Lajeunesse.  

Le couvert de glaces diminue

Depuis 1998, l’étendue de glace de berge sur la côte est canadienne (provinces maritimes et golfe du Saint-Laurent à partir de Québec) a décru de 1,53 % par année. À l’île d’Orléans, ils sont nombreux à avoir observé une réduction du couvert de glaces dans les dernières décennies. Or, ces glaces sont généralement reconnues pour leur « rôle protecteur » des berges à l’hiver et au printemps puisqu’elles atténuent l’onde de marée et les vagues. Si le couvert de glaces n’est pas suffisamment épais, l’érosion s’accentue. « La glace va disparaître d’ici la fin du siècle, c’est à peu près certain. On parle d’une réduction de 95 % par rapport à aujourd’hui. C’est un bouleversement assez important. C’est assez lointain, mais c’est quelque chose qui a déjà commencé », avance Gabriel Rondeau-Genesse du consortium Ouranos. Le rôle protecteur des glaces fait toutefois débat dans la communauté scientifique et leur « rôle érosif » est sous-étudié dans le tronçon fluvial, selon Jean-François Bernier, du Département de géographie de l’Université Laval. Si les glaces devaient complètement disparaître d’ici l’an 2100, ce serait « quasiment une source d’érosion de moins, opine-t-il. Il faut prendre ça en compte également. » 

Hausse du niveau de la mer

Le changement n’est peut-être pas encore perceptible à l’œil nu, dans le fleuve Saint-Laurent, mais le niveau de l’eau est bel et bien en hausse. Depuis 1993, selon des outils fiables de mesure de Pêches et Océans Canada, le niveau a augmenté de près de 2 mm/an dans le secteur de l’île d’Orléans, soit environ 5 centimètres durant cette période. « Le rehaussement marin est indéniable », observe Gabriel Rondeau-Genesse, chercheur pour Ouranos, un consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques. « On ne connaît pas exactement la valeur finale, mais en fin de siècle, ça pourrait atteindre 50 à 60 cm, avec des [scénarios] plus catastrophes de 1 mètre et plus selon l’évolution de l’Antarctique. C’est clair que ça va avoir un impact sur l’érosion des berges et la submersion. » Certaines régions du Québec, dont la région de Québec, sont toutefois encore en train de se soulever dû à la dernière glaciation – ce qu’on appelle l’ajustement isostatique –, ce qui vient contrebalancer en partie l’impact du rehaussement marin.

Source: Journal de Québec, Jean-Luc Lavallée

Photo

Des entrepreneurs forestiers plus jeunes et plus positifs

28 novembre 2022

Les entrepreneurs forestiers du Québec ont pris un coup de jeune, alors que la moyenne d’âge est désormais de 48 ans, soit 5 ans de moins qu’en 2009. Ils sont aussi plus positifs pour l’avenir, car 39 % d’entre eux souhaitent faire croître leur entreprise. Ces données font partie des faits saillants du Portrait des entrepreneurs forestiers du Québec 2020-2021 piloté par Luc Lebel et Jean-Michel Beaudoin, professeurs au Département des sciences du bois et de la forêt en partenariat avec ForêtCompétences, le Comité sectoriel de main-d’œuvre en aménagement forestier.

Les entrepreneurs forestiers sont plus jeunes qu’auparavant, alors que 45 % d’entre eux ont 44 ans et moins, dont 15 % entre 18 et 34 ans. En 2009, seulement 3 % des entrepreneurs forestiers avaient moins de 34 ans.

Au total, 206 entrepreneurs forestiers, dont 170 qui font la récolte de bois, ont participé à l’étude qui évaluait aussi les entrepreneurs de voirie, de transport et de travaux sylvicoles non commerciaux, comme le reboisement et le débroussaillage.

En 2006 et en 2009, des études similaires avaient été réalisées, explique Luc Lebel, ce qui permet de faire des comparaisons. « Après l’enquête de 2009, on avait fait des prévisions, notamment celle que les entrepreneurs forestiers deviendraient à nouveau en forte demande et qu’ils devraient assumer plus de tâches et de responsabilités, dit-il. Et c’est ce qui est arrivé. »

Il est important de rappeler que l’industrie était dans un creux qui a perduré durant plusieurs années, à l’époque, alors que l’industrie du bois d’œuvre a connu des prix records en 2021. Ces prix sont toutefois le résultat d’une tendance lourde alors que la construction résidentielle aux États-Unis est en hausse depuis plusieurs années.

Consultez l'article complet paru dans le journal Le Quotidien par Guillaume Roy

Téléchargez le Portrait des entrepreneurs forestiers 2020-2021

Photo

Subvention de 600 000$ pour des stages en milieu autochtone

22 novembre 2022

La Faculté est fière d’annoncer un financement de 600 000$ de Mitacs Accélération pour le projet « Facteurs de réussite des entreprises autochtones dans le secteur forestier » du Département des sciences du bois et de la forêt. Initiative du professeur Jean-Michel Beaudoin, ce financement apportera un soutien direct pour la réalisation de 40 stages de 12 à 16 semaines pour des étudiantes et étudiants en foresterie, tout en apportant une réponse au besoin de main-d’œuvre qualifiée des entreprises autochtones. Ce programme permettra aux stagiaires de mettre en application leurs connaissances dans un milieu diversifié et dynamique, tout en offrant un avantage concurrentiel aux entreprises en foresterie autochtone participant au programme en facilitant leur accès à des stagiaires et à des employés qualifiés.

La subvention vient confirmer la rigueur, la pertinence et le caractère innovant du projet de recherche, en plus d’élargir nos champs d’expertise avec la collaboration d’une communauté professorale d’expérience de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, M. Luc LeBel et M. Alain Cloutier, de la Faculté des sciences de l’administration, Mme Marie-Ève Dufour et Mme Maripier Tremblay, ainsi que d’une professeure du Cégep de Ste-Foy.

Enfin, soulignons que le professeur Jean-Michel Beaudoin a mérité récemment une belle reconnaissance de plusieurs communautés, entreprises et organisations autochtones, qui apprécient à travers tous ces projets, la finesse avec laquelle il applique les principes et les règles éthiques propres aux recherches par et avec les peuples autochtones. Dans le cadre de ce projet financé par Mitacs, l’équipe de recherche travaillera en étroite collaboration avec M. Emmanuel Bertrand-Gauvin de la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Une soirée stages et emplois en foresterie autochtone réussie

La Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone a lancé une nouvelle initiative en organisant, le 9 novembre dernier, un premier 5 à 8 Stages et Emplois en foresterie autochtone. L’évènement visait à favoriser le maillage entre des entreprises autochtones du secteur forestier ainsi que des stagiaires et futures diplômées et futurs diplômés issus des programmes en foresterie.Cette rencontre fut également l’occasion d’entendre des témoignages d’étudiantes et d’étudiants ayant réalisé un stage en milieu forestier autochtone, de présenter des entreprises du secteur forestier autochtone et de discuter d’opportunités de stages pour l’été 2023.

Ainsi, les étudiantes et étudiants auront la possibilité d’avoir accès à une formation plus vaste et diversifiée grâce à une nouvelle source de financement qui, espérons-le, contribuera à instaurer de nouvelles traditions à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.

Photo

Le microbiote des sols, sensible aux coupes forestières

21 novembre 2022

Pour les microorganismes qui vivent dans le sol des forêts boréales, toutes les perturbations ne se valent pas. En effet, le microbiote des sols de ces forêts ne rebondit pas de la même façon après une coupe forestière ou après une épidémie d'insectes, révèle une étude publiée dans la revue Forest Ecology and Management par une équipe de l'Université Laval.

Ces chercheurs, rattachés au Département de biologie et au Département des sciences du bois et de la forêt, en ont fait la démonstration en prélevant des échantillons de sol dans trois types de peuplements forestiers de la réserve faunique des Laurentides. Les deux premiers peuplements étaient des sapinières à bouleau blanc qui avaient subi une importante perturbation il y a 50 ans. Dans un cas, cette perturbation était une coupe totale, et dans l'autre cas, il s'agissait d'une épidémie sévère de tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Lire la suite de l’article sur ULaval nouvelles

Photo

3e édition du Colloque en foresterie autochtone à guichet fermé

18 novembre 2022

C’est le 10 novembre dernier que s’est tenue la 3e édition du Colloque en foresterie autochtone organisée par la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone, sous la thématique « Nouvelles stratégies de développement socio-économique pour, par et avec les Premières Nations ».

Récoltant un succès sans pareil, ce colloque a été l’occasion pour plus de 200 personnes d’entendre les discours de Michele Audette, adjointe au vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes et conseillère principale à la réconciliation et à l’éducation autochtone à l’Université Laval (UL), d’Ian Lafrenière, ministre responsable des Relations avec les Premières Nations et les Inuit, de Richard Jalbert, directeur de la Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec et de Mickel Robertson, directeur général à la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Les participantes et participants ont pu écouter différentes conférences et panels sur des sujets variés tournant autour du recrutement et de la rétention de la main-d’œuvre autochtone, de l’entrepreneuriat, des relations autochtones et de diverses initiatives par des organisations autochtones au Québec et ailleurs au Canada. La journée s’est clôturée avec une soirée culturelle à saveur des Premières Nations proposant les performances vocales de trois artistes de la scène autochtone : Beatrice Deer, Eadsé et Mike Paul.

32 000$ pour la relève autochtone
Le Colloque fut également l’occasion d’annoncer des dons de 32 000$ sous forme de Bourses aux jeunes leaders autochtones. Merci aux généreux donateurs Pierre Viger, l’Institut Ashukan, le Conseil de l’industrie forestière du Québec, Antoine Proulx, Rodney Macdonald, Nicol Tremblay et Martine Duperat.

Nouveau partenariat avec l’Institut Ashukan
La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique en a finalement profité pour annoncer son tout nouveau partenariat avec l’Institut Ashukan. Ce partenariat favorisera des relations durables entre les communautés autochtones, les entreprises forestières et les gouvernements, participera au développement durable des forêts du Québec et offrira de la formation aux étudiantes et étudiants en foresterie sur les cultures et les réalités autochtones.

Cet événement est une collaboration de :
Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone
Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec
Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador
CIÉRA – Centre Interuniversitaire d’études et de recherches autochtones
CEF- Centre d’étude de la forêt

Merci aux partenaires du colloque : Secrétariat aux relations avec les Premières Nations et les Inuit, Université Laval, Sustainable Forestry Initiative, Mishtuk, Produits forestiers Résolu, Association des entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec, Association des produits forestiers du Canada, Desjardins Caisse de l’énergie et des ressources naturelles, FPInnovations, Fondation de la faune du Québec, Forest Stewardship Council, Ordre des ingénieurs forestiers du Québec, Société de protection des forêts contre le feu, Institut Ashukan, Éconobois/Onquata et Premières Nations des Innus Essipit.

Photo

10e édition de la Journée SIG Université Laval! 25 novembre 2022 dès 11h!

18 novembre 2022

Soyez des nôtres pour cette 10e édition de la Journée SIG Université Laval!

Cet événement aura lieu le vendredi 25 novembre prochain dès 11h au Pavillon Desjardins.

À l’image des éditions précédentes, l’événement propose encore une fois une variété d’activités ayant pour but de démystifier les données géospatiales et leurs applications.

L'édition 2022 propose trois conférences, dont une grand public présentée par le journaliste de données, Naël Shiab. Les professeures Sylvie Daniel (Département des sciences géomatiques) et Évelyne Thiffault (Département des sciences du bois et de la forêt) présenteront aussi leurs travaux en lien avec les données géospatiales.

Du 21 au 25 novembre, une courte capsule techno sera mise en ligne quotidiennement sur notre site web.

Notre concours cartographique La preuve par la carte est de retour cette année! Admirez les projets cartographiques réalisés par des étudiantes et étudiants du Cégep Limoilou et de l’Université Laval et votez pour votre coup de coeur en ligne dans la semaine du 21 novembre. Étudiantes et étudiants, il est encore temps de participer! Tous les détails à : Concours carto. De nombreux prix à gagner!

Étudiantes et étudiants des cycles supérieurs, votre projet comporte un aspect géospatial? Participez au concours Mon projet en 360 degrés! Tous les détails à : Mon projet en 360 degrés. Plusieurs prix en argent à gagner!

Au plaisir de vous voir !

Tous les détails à : Journée SIG Université Laval 2022.

Photo

Reconduite d’un partenariat privilégié entre les universités Laval et de Bordeaux

11 novembre 2022

C’est avec plaisir que la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique a rencontré les représentants de l’Université de Bordeaux à l’occasion des deux missions s’étant tenues à l’Université Laval entre le 27 octobre et le 9 novembre. Soulignant plus de 15 ans de partenariat fructueux, ces visites ont été l’occasion pour les représentants de la haute direction de l’UL, accompagnés de représentants facultaires, de discuter des retombées de la précédente entente et des visées pour 2026. Ce fut également l’opportunité pour notre Faculté de mettre en lumière l’importance de la recherche dans différents secteurs, notamment en foresterie, et de réitérer son engagement dans ce Partenariat privilégié entre deux universités ouvertes sur l’avenir.

Une célébration de 15 ans de partenariat
Les 8 et 9 novembre derniers, des représentants de l’Université de Bordeaux se sont déplacés à Québec pour y célébrer 15 années de coopération fructueuse. Cette visite a permis aux deux universités d’apporter une rétrospective des grandes collaborations engendrées par l’entente, d’identifier conjointement de nouveaux axes de collaboration à partir de leurs orientations stratégiques respectives et de discuter de l’avenir du partenariat.

Lire l'article d'ULaval Nouvelles

Mission de la Région Nouvelle-Aquitaine
Le 27 octobre dernier, une quinzaine de délégués français pour la Mission de la Région Nouvelle-Aquitaine à l’Université Laval, se sont rassemblés pour la signature d’une nouvelle entente entre le Réseau régional de recherche (R3) sur l’eau Naïades et CentrEau, le regroupement québécois multi-universitaire de recherche sur la gestion de l’eau ainsi que le renouvellement de l’entente du Réseau scientifique AQEAU2 sous le nouveau nom NAQEAU.

Leur présence en sol québécois fut l’occasion de découvrir le système de formation pour tous les métiers du domaine médical de l’Université Laval, de présenter les composantes de l’axe « bien vieillir » à l’Université Laval, de discuter de construction écoresponsable et de visiter plusieurs installations distinctives de l’UL, notamment la très reconnue et appréciée Forêt Montmorency.

Photo : visite de la délégation française à la Forêt Montmorency, le 27 octobre

Photo

Félicitations à Alexis Achim, nommé ingénieur forestier de l’année 2022

04 novembre 2022

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique tient à souligner la nomination d’Alexis Achim, professeur titulaire et vice-doyen à la recherche, à titre ingénieur forestier de l’année 2022 par l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec (OIFQ). L’OIFQ décerne annuellement cette distinction à l’un de ses membres pour souligner sa contribution exceptionnelle au développement et à la promotion de la profession d’ingénieur forestier. 

M. Alexis Achim est ingénieur forestier et professeur titulaire à l’Université Laval. Il est titulaire d'un baccalauréat en gestion forestière et fibre environnementale et d'un doctorat en sylviculture de l'Université Laval. Au cours des 24 derniers mois, M. Achim a su se démarquer de nombreuses façons dans le milieu de la recherche ici et ailleurs dans le monde.

Il dirige présentement une initiative de recherche canadienne, Silva21 Advancing silviculture in Canadian Forests, qui regroupe plus de cinquante personnes travaillant au sein de diverses organisations : le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux du Québec, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Colombie-Britannique, de l’industrie forestière, d’une communauté autochtone et du milieu universitaire afin de travailler en collaboration à élaborer de nouvelles pratiques forestières pour faire face aux changements climatiques. Sa capacité à rassembler une multitude d’acteurs aux horizons multiples en fait un leader et un mentor de premier ordre pour plusieurs chercheuses et chercheurs en début de carrière. Il dirige et inspire présentement 15 étudiantes et étudiants à la maîtrise, au doctorat et au postdoctorat.

Poursuivre la lecture de l’article de l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec

Photo

De nouveaux arbres sur le campus au service de l’enseignement et de la recherche

04 novembre 2022

La Ville de Québec et l'Université Laval ont présenté le mercredi 2 novembre les fruits de la première phase de plantation de près de 400 arbres effectuée en amont de l'insertion du tramway sur le campus. Une amorce concluante qui jette les bases des efforts de verdissement de la cité universitaire et du quartier. 

« Il s’agit d’une première étape dans les objectifs de verdissement que la ville s’est fixée. C’est près de 400 arbres qui viendront enrichir la diversité forestière du campus et qui permettront à l’ensemble des citoyennes et des citoyens de profiter d’une meilleure qualité de vie, indique Mme Maude Mercier Larouche, membre du comité exécutif et élue responsable des relations avec les citoyens dans le dossier du tramway. Plus d’arbres sur le campus, c’est aussi plus d’arbres en ville. Nous pouvons être fiers de ces premiers résultats et de pouvoir compter sur l’expertise de l’Université Laval! »

[…]

Une place importante pour la recherche et l'enseignement 

Depuis le début du projet d'implantation du tramway, l'Université s'est engagée à commencer la plantation avant même le début des travaux sur le campus. Cet engagement se concrétise dès cet automne sur le campus. « Nous sommes fiers de déployer notre plan de reboisement en collaboration avec la Ville de Québec. Ensemble, nous avons minutieusement planifié toutes les étapes afin d'offrir à notre communauté un environnement entouré d'arbres et de verdure », souligne le vice-recteur aux infrastructures et à la transformation, René Lacroix. 

Au-delà des travaux de plantation, l'Université accorde une grande importance à l'impact de la recherche et de l'enseignement dans la société. « C'est pourquoi, dans le cadre du plan de reboisement, l'expertise de la Chaire de recherche sur l'arbre urbain et son milieu a été déterminante dans le choix des emplacements des arbres et des essences, souligne la vice-rectrice à la recherche, à la création et à l'innovation, Eugénie Brouillet. Pour nous, chaque projet de société est une occasion de pousser la recherche plus loin et d'innover ». 

Lancée en 2020 grâce à la collaboration de la Ville de Québec, cette chaire a notamment pour objectif d'évaluer les effets de différentes approches de protection des arbres matures lors de l'implantation d'infrastructures majeures. Elle cherche aussi à identifier les facteurs qui influencent la survie des nouvelles plantations en milieu urbain. 

Les professeures au Département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval et cotitulaires de la Chaire, Alison Munson et Janani Sivarajah, profitent déjà de ces plantations pour y effectuer des activités d'enseignement et y élaborer des protocoles de recherche. 

Des sites de plantation seront réservés à la Chaire à partir de 2023 afin d'effectuer des recherches sur les arbres qui seront plantés et de suivre leur évolution en considérant les différents milieux urbains présents sur le campus (près de l'autoroute, des stationnements, des pistes cyclables, etc.). 

« L'objectif de nos travaux de recherche est de profiter de la plantation de nouveaux arbres pour créer un laboratoire vivant et de contribuer à l'avancement et la transmission des connaissances sur les arbres en milieu urbain, soulignent les professeures Munson et Sivarajah. Nous sommes impatientes de travailler avec les étudiantes et les étudiants sur le terrain. Il n'y a pas de meilleur environnement pour apprendre et découvrir ». 

Photo : Janani Sivarajah, professeure au Département des sciences du bois et de la forêt et cotitulaire de la Chaire de recherche sur l’arbre urbain et son milieu. Crédit : ULaval nouvelles

Lire l’article complet sur ULaval nouvelles
Écouter la conférence de presse sur YouTube

Photo

Un pont en aluminium testé à la Forêt Montmorency

02 novembre 2022

Les ponts routiers en aluminium sont plus durables que ceux en béton. Pourtant, le Canada n’en compte que deux : à Arvida et à Saint-Ambroise. Afin de démontrer les propriétés enviables des poutres d’acier et des surfaces de roulement en aluminium, un pont sera bientôt testé par une équipe de recherche de l’Université Laval dans la forêt Montmorency pendant deux ans.

La forêt est parfaite pour l’occasion : altitude, températures pouvant atteindre - 40 degrés Celsius, cinq à six mètres de neige en hiver, taux d’humidité élevé. « On va prendre des mesures de dilatation thermique, car tout matériel se contracte au froid et se dilate au chaud, explique Mario Fafard, consultant au Centre d’expertise et d’innovation en aluminium. Puisque l’aluminium se contracte deux fois plus que l’acier, on veut s’assurer que ça ne cause pas de problème. »

Comme le platelage (la surface de roulement) sera fait de plusieurs extrusions d’aluminium soudées et que la soudure diminue la résistance de l’aluminium, des mesures seront également prises à ce sujet. « Nous ferons circuler des véhicules à basse et à haute vitesse, à différentes températures, pour évaluer les comportements du pont », dit-il.

Lire la suite de l’article dans La Presse 

Photo

L’équipe d’Ilga Porth, récipiendaire du “Community Science Program call of the U.S. Department of Energy (DOE) Joint Genome Institute”

01 novembre 2022

Félicitations à Ilga Mercedes Porth, professeure agrégée du Département des sciences du bois et de la forêt, et à son équipe qui, en partenariat avec l’University of California at Berkeley, sont récipiendaires du “Community Science Program call of the U.S. Department of Energy (DOE) Joint Genome Institute” pour leur projet intitulé « Identifying the genetic basis of complex phenotypes and climate adaptation in quaking aspen (Populus tremuloides) ».

Dans le cadre de ce projet de recherche, l’équipe séquence les génomes de 2 000 arbres dans leur entièreté, ce qui leur permettra de poursuivre leurs travaux sur l'identification de la variation génomique qui sous-tend les phénotypes complexes et l'adaptation au climat chez le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides).

En raison de son expertise préalable, l'équipe de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) fait partie du groupe de chercheurs principal qui participera aux analyses des données génomiques en relation avec les données phénotypiques (analyses d'association à l'échelle du génome; sélection assistée par marqueurs génétiques). En outre, cette équipe assurera également la diffusion des résultats auprès des gestionnaires des terrains.

Figure 2. L'image de gauche montre la structure génétique globale de cette espèce d'arbre forestier que l’équipe a démêlée précédemment (projet financé par le FRQNT). Les images de droite montrent des forêts naturelles de trembles et des échantillons de racines dans l'environnement naturel, expédiés à la FFGG, propagés sous forme de jeunes pousses de racines et maintenus depuis deux ans dans le complexe de serres. Ces arbres font aussi partie des efforts de génotypage et de phénotypage dans le projet financé par le DOE.

Photo

Protéger le bois de construction avec un sous-produit de la fabrication du fromage?

31 octobre 2022

La peinture appliquée sur le lambris de bois du mur extérieur de votre maison s’écaille? Les planches du patio se fendillent et des champignons se sont installés dans les interstices? C’est ce qui se produit lorsque le bois gonfle et se contracte à répétition. Des chercheurs de l’Université Laval pourraient bien avoir trouvé une solution écologique à ce problème grâce à un traitement du bois qui fait appel à un sous-produit de la fabrication… du fromage!

Le sous-produit en question est le perméat d’ultrafiltration de lactosérum. « Le lactosérum est le fluide qui reste une fois que la majorité des protéines et de la matière grasse ont été extraites du lait pour produire du fromage, explique Julien Chamberland, professeur au Département des sciences des aliments de l’Université Laval et l’un des responsables du projet. Il existe des procédés pour valoriser les protéines résiduelles du lactosérum, mais ils génèrent eux aussi un abondant volume de perméat – on parle de plus de 500 millions de litres par année au Québec – qu’il faut aussi valoriser. »

Le professeur Chamberland et ses collègues Véronic Landry, du Département des sciences du bois et de la forêt, et Gaétan Laroche, du Département du génie des mines, de la métallurgie et des matériaux, ont uni leur expertise pour développer une application inusitée de ce sous-produit. Le procédé qu’ils ont mis au point consiste à utiliser le perméat d’ultrafiltration pour assurer la stabilité dimensionnelle du bois.

Pour ce faire, le bois est immergé dans une solution contenant le perméat et des composés non toxiques comme de l’acide citrique et du glycérol. Après deux heures de trempage, le bois est placé dans un four pendant 24 heures. « Nos analyses montrent que les petites molécules du perméat s’intègrent dans la paroi cellulaire du bois et qu’ils rendent le tout très stable, explique Véronic Landry. Les cellules restent gonflées en permanence, ce qui prévient les dommages causés par le gonflement et la contraction du bois. »

Les chercheurs évaluent présentement l’efficacité de ce traitement sur des échantillons d’épinettes blanches et de peuplier faux-tremble exposés aux éléments. « Chaque essence a ses particularités structurelles et nous devons évaluer dans quelle mesure le traitement assure sa stabilité dimensionnelle, précise la professeure Landry. Les intrants auxquels nous faisons appel sont beaucoup moins coûteux que l’acétylation du bois, un traitement utilisé en Europe. En plus, notre procédé ne fait pas intervenir de produits nocifs pour l’environnement ou pour la santé des travailleurs. Si les essais sont concluants, nos travaux pourraient conduire à la création de nouveaux marchés pour des essences peu valorisées comme le peuplier faux-tremble. »

Les détails de cette innovation ont été présentés il y a quelques jours à Vancouver lors de la 72e édition du Congrès canadien de génie chimique.

Photo

Génome Québec octroie un financement de 200 000$ à Ilga Porth

28 octobre 2022

Félicitations à Ilga Mercedes Porth, professeure agrégée du Département des sciences du bois et de la forêt qui, dans le cadre du premier concours du Programme d'intégration de la génomique - volet agriculture et bioalimentaire, foresterie et environnement 2022 de Génome Québec, s’est vu octroyer un financement de 200 000$ pour la mise en place d’outils et de protocoles de certification forestière et de traçabilité du bois basés sur la génomique, en partenariat avec le Centre de foresterie des Laurentides.

La valeur totale de ce projet de 2 ans est de 200 000$ et « positionnera le Québec comme un chef de file dans les efforts internationaux visant à renforcer la capacité de traçabilité du bois de grande valeur."

En savoir plus sur ce projet de recherche.

Photo

Changements climatiques : le passé de la baie de Baffin pourrait prédire le sort de l’Antarctique

27 octobre 2022

Si le passé est garant de l’avenir, la disparition des barrières de glace qui bordent actuellement l’ouest de l’Antarctique pourrait mener à une hausse marquée du niveau de la mer. Une équipe internationale vient en effet de découvrir qu’un événement similaire survenu il y a 14 500 ans dans la baie de Baffin, dans l’Arctique, avait contribué à l’augmentation de plusieurs mètres du niveau marin enregistrée au cours des siècles subséquents.

Les détails de cette découverte, à laquelle ont contribué le postdoctorant Pierre-Olivier Couette et le professeur Patrick Lajeunesse, du Département de géographie de l’Université Laval, viennent d’être publiés dans la revue Communications Earth & Environment.

« L’Antarctique est recouvert d’un glacier qui repose sur un substrat rocheux, rappelle le professeur Lajeunesse. Du côté ouest du continent, la base du glacier se situe sous le niveau de la mer, mais le glacier est protégé de l’eau salée par des barrières de glace flottante qui agissent comme remparts. Certaines de ces barrières se sont fragmentées au cours des dernières années et leur disparition pourrait accélérer l'écoulement du glacier vers la mer, ce qui pourrait entraîner une hausse du niveau marin et, conséquemment, une accentuation de l’écoulement du glacier. »

Afin de mieux comprendre la dynamique entre la fonte des barrières de glace et l’écoulement des glaciers, Pierre-Olivier Couette, Patrick Lajeunesse et leurs collaborateurs se sont tournés vers l’Arctique. « Des travaux que nous avions effectués dans la baie de Baffin avaient révélé la présence d’indices suggérant qu’une barrière de glace aurait pu s’y trouver lors de la dernière glaciation », explique Pierre-Olivier Couette.

Des données récoltées à l’aide d’appareils installés à bord d’un navire de recherche ont permis aux chercheurs de découvrir la présence d’une crête de sédiments rocheux d’une dizaine de mètres de haut par quelques centaines de mètres de large, s’étendant sur plusieurs dizaines de kilomètres. « Nous croyons que ce matériel provient du glacier et qu’il se serait accumulé à cet endroit en raison de la présence d’une barrière de glace qui est demeurée stable pendant la période allant de 25 000 ans à 16 500 ans avant aujourd’hui. La crête correspond au point de contact entre la marge de la barrière de glace et le fond marin », résume le postdoctorant.

Selon les calculs des chercheurs, cette barrière aurait atteint, à son apogée, une superficie de 150 000 km2 et une épaisseur de 500 mètres. Le réchauffement du climat, qui s’est amorcé il y a 16 500 ans, aurait conduit à sa disparition deux millénaires plus tard, perturbant les trois grandes calottes de glace qui bordaient la baie de Baffin. « C’est l’un des éléments qui aurait contribué à la hausse de 20 mètres en 500 ans du niveau marin enregistrée à cette époque », souligne Pierre-Olivier Couette.

La disparition des barrières de glace de l’Antarctique pourrait-elle avoir un effet comparable? « Il y a moins de glaciers aujourd’hui qu’il y en avait il y a 15 000 ans, de sorte que la hausse du niveau de la mer pourrait être moindre, répond le chercheur. Par contre, à l’époque, l’occupation humaine des côtes n’avait rien de comparable avec ce qu’elle est aujourd’hui. Si le niveau actuel de la mer augmentait de quelques mètres, les répercussions sur nos sociétés seraient énormes. »

L’étude publiée dans Communications Earth & Environment est signée par Pierre-Olivier Couette et Patrick Lajeunesse, (Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval); Jean-François Ghienne (Université de Strasbourg); Boris Dorschel et Catalina Gebhardt (Institut Alfred-Wegener); Dierk Hebbeln (Université de Brême); Étienne Brouard (Commission géologique du Canada).

-30-

Source :
Équipe des affaires publiques
Université Laval
418 656-3355
medias@ulaval.ca

 

Photo

Le prix Synergie pour l’innovation remis au professeur Pierre Blanchet

25 octobre 2022

La Faculté tient à féliciter Pierre Blanchet, professeur titulaire au Département des sciences du bois et de la forêt, qui s’est vu décerner le prestigieux prix Synergie pour l’innovation dans la catégorie « Partenariat avec deux entreprises ou plus » décerné annuellement par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Cet honneur récompense les partenariats de recherche les plus efficaces et fructueux entre des établissements d’enseignement supérieur et des organismes publics ou privés.

Ce prix est décerné au professeur Blanchet pour le rôle clé qu'il a joué dans la création et les succès du Partenariat industriel de recherche pour une construction écoresponsable en bois, un regroupement multidisciplinaire de 22 organisations publiques et privées qui réunit toutes les compétences dans le domaine du bâtiment.  

Lire l’article complet sur ULaval nouvelles
Crédit photo : Sylvie Li / Shoot Studio

Photo

Appel de candidatures - Projets de maîtrise sur le Vietnam

25 octobre 2022

Deux candidates ou candidats recherchés pour un projet de maîtrise (des candidatures pour un doctorat pourraient éventuellement être considérées) - Janvier 2023

Titre du projet : « Réduction des inégalités au Vietnam : vulnérabilités et adaptations chez les petits paysans et pêcheurs au Vietnam » (RIV)

Domaine et mots-clés : géographie humaine rurale, Vietnam, inégalités socioéconomiques, montagnes, zones côtières, agriculture, pêches

Objectif général : contribuer à réduire les inégalités socioéconomiques par une meilleure compréhension multiscalaire des vulnérabilités chez les petits paysans et pêcheurs vietnamiens, de leurs transformations et adaptations, à la fois par et pour eux.

Lieu : deux provinces du Vietnam servent d’études des cas : Lâm Đồng, sur les Plateaux centraux, où se trouve la ville de Đà Lạt; et Phu Yên, province côtière dont la capitale est Tuy Hoa. Les étudiantes ou étudiants à la maîtrise se partageront le travail à raison d'un par province.

Contribution des étudiants : en préparant leurs mémoires de maîtrise respectifs, les étudiantes ou étudiants réaliseront des bilans documentaires, des analyses (statistiques, cartographiques, littérature), et des travaux d’enquêtes de terrain, avec conseillers-interprètes, dans l’une ou l’autre des provinces. Ils participeront aussi aux ateliers qui se tiendront au Vietnam au printemps 2023. En fonction de la qualité du travail, ces derniers seront invités à participer aux efforts de diffusion des résultats de la recherche (communications, publications).

Échéancier probable :

  • novembre – décembre 2022 : admission et inscription (hiver 2023)
  • janvier-avril 2023 : séminaires et rédaction d’un premier jet du projet de maîtrise
  • printemps-été 2023 : finalisation du projet; séjour de terrain au Vietnam (2 à 3 mois)
  • automne 2023 : séminaires; analyse des données du terrain et début de rédaction
  • 2024 : fin des analyses et de la rédaction; dépôt initial et dépôt final; diplomation

Financement :

  • jusqu’à 7500$ par année (deux ans) par personne, sous forme de contrat ou de bourse pendant l’année scolaire
  • terrain : jusqu’à 5000$ sont disponibles par personne pour aider à réaliser les travaux de terrain en collaboration avec l’équipe du projet
  • des bourses au mérite sont disponibles en supplément à la Faculté

Équipe du projet : dirigée par le professeur Steve Déry, professeur titulaire au département de géographie de l’Université Laval, l’équipe comprends aussi les professeurs Lisa Hiwasaki (University of Rhode Island) et Nguyen Ngoc Thuy (Nong Lam University) qui contribuent à la direction scientifique du projet.

Exigences :

  • baccalauréat en géographie ou dans une discipline connexe
  • connaissance de l’anglais, esprit d’analyse et de synthèse
  • intérêt pour la recherche, autonomie et sens de l’organisation

Atouts : expériences de voyage en Asie, SIG, méthodes qualitatives, autres langues.

Envoyez vos candidatures à Steve.Dery@ggr.ulaval.ca.
Les candidatures seront évaluées à partir du 15 novembre 2022.

Votre dossier doit inclure :
1) une lettre de motivation (intérêts, compétences, formations pertinentes)
2) un CV complet
3) vos relevés de notes universitaires les plus à jour

Programme : Maîtrise en sciences géographiques; diplôme : M.Sc.

Fichier PDF de l'appel à candidatures

Photo

Une subvention de 102 000$ à l’équipe d’Ilga Mercedes Porth

25 octobre 2022

Félicitations à l’équipe d’Ilga Mercedes Porth, professeure agrégée de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, qui s’est mérité la somme de 102 000$ de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) via le Fonds des leaders John-R-Evans, pour son projet « Phytopheno : Évaluation de la diversité phytochimique dans tout le règne végétal à l'aide de méthodes d'analyse GC-MS de pointe ». Cette somme vient s’ajouter à un montant de 102 000$ du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, de même que diverses contributions totalisant une valeur de 293 000$.

La somme récoltée servira à l'achat d'équipement de laboratoire afin de réaliser des analyses phytochimiques et des analyses des interactions hôte-herbivore ou pathogène. Le projet de recherche vise notamment à comprendre la croissance et le développement des arbres en explorant les interrelations des traits fonctionnels, la pléiotropie génétique et les compromis généraux dans l’évolution de leur cycle de vie. Par le biais de leurs travaux, les chercheurs souhaitent également mesurer la diversité métabolique des populations utilisées dans les efforts de reboisement pour prévoir l’adaptation des forêts par rapport aux défis actuels.

 

Figure 1.
A. Flux de travail typique pour le profilage des produits secondaires des plantes (© Weston et al., 2015);
B. Représentations par boxplot de la variation et de la variabilité de 30 composés métaboliques sélectionnés et constitutivement présents pour deux espèces de conifères sur lesquelles le ravageur a montré un succès de développement nettement différent (© L. Soumila, étudiant, mémoire).

Photo

Suspension des activités récréatives à la Forêt Montmorency cet hiver

19 octobre 2022

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique tient à informer sa communauté de la suspension des services et activités récréotouristiques à l’automne 2022 et l’hiver 2023 sur une partie du territoire dont les activités récréatives sont encadrées par l’Université Laval. Cette partie représente 66 km2 sur une superficie totale de 412 km2.  

Une forêt d’enseignement et de recherche

La Forêt Montmorency de l’Université Laval est la plus grande forêt d’enseignement et de recherche universitaire au monde. Sa mission première étant l’enseignement et la recherche, celle-ci est un laboratoire unique dans le biome boréal, accessible à la communauté étudiante et professorale et aux équipes de recherche de l’Université Laval, de même qu’à toutes les autres institutions d’enseignement et de recherche du monde entier. 

Les opérations et activités forestières prévues sont en lien avec notre mandat d’aménagement du territoire, conféré par les instances gouvernementales ainsi que la programmation de recherche. Elles portent notamment sur le rôle de l’aménagement forestier comme outil de lutte et d’adaptation aux changements climatiques, un enjeu au cœur des valeurs de l’Université Laval.

La décision de ne pas permettre la tenue des activités de ski de fond est basée sur plusieurs éléments, dont une équipe actuellement réduite, des activités de recherche et d’enseignement, ainsi qu’un processus d’évaluation des infrastructures en cours par le service des immeubles de l’Université Laval. La mise en place de tous ces éléments requiert des interventions majeures sous diverses formes, dont l’aménagement des peuplements forestiers dans les environnements immédiats des sentiers antérieurement utilisés dans le cadre d’activités récréatives. À cet effet, de la machinerie lourde devra utiliser les sentiers pour leurs déplacements et le transport de bois.  

En tant qu’établissement responsable, la priorité pour l’Université Laval est d’assurer la sécurité des utilisateurs de cette forêt. Il est donc important de ne pas s’aventurer dans ce secteur cet hiver. Nous sommes bien conscients que cette décision attriste de nombreuses skieuses et de nombreux skieurs. Nous en sommes désolés. 

L’avenir des activités récréotouristiques à la Forêt Montmorency

La suspension des activités de récréotourisme n’est pas permanente et une réévaluation de la situation sera effectuée pour la saison 2023-2024. La Forêt Montmorency a longtemps été en mesure d’offrir la tenue d’activités récréatives sur une partie de son territoire et espère pouvoir trouver une formule pour en offrir certaines à nouveau dans l’avenir. Le tout doit être aligné sur des objectifs de recherche, de formation et d’éducation du grand public, tout en respectant des critères de rentabilité et d’autofinancement de ces activités.

C'est dans cette vision de cohabitation et d'accessibilité au public que s’insère le projet d’aménagement de la tourbière Joncas. Celui-ci a pour but de mettre sur pied des projets d’infrastructures écologiques qui protègent la nature, tout en partageant ses richesses avec le grand public.

Lors des deux derniers hivers, des projets pilotes pour la gestion du volet récréatif de la Forêt Montmorency par un promoteur externe ont été effectués. Après analyses, c’est à la lumière de ces projets pilotes que nous envisagerons la suite.

Nous sommes bien conscients que cette décision peut avoir un impact sur la saison de ski de fond des amoureuses et amoureux de ce sport d’hiver. Nous espérons que les skieuses et les skieurs bénéficieront des autres installations récréotouristiques, notamment celle située au Camp Mercier, un centre de ski de très haute renommée à proximité, qui se trouve sur le territoire d’agrandissement (412 km2) de la Forêt Montmorency depuis 2015.

Des communications seront émises au cours de l’année 2023 en lien avec les décisions qui seront prises par les autorités de l’Université Laval.

Photo

La migration des arbres en réponse aux changements climatiques. Oui, mais à quelle vitesse ?

17 octobre 2022

Les arbres de la forêt boréale sont sensibles aux changements climatiques, mais leur migration en réponse aux fluctuations de température ne se fait pas au galop. C’est ce que démontre une étude publiée aujourd’hui par la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States). L’équipe dirigée par le professeur Serge Payette, composée de Martin Lavoie, du Département de géographie et du Centre d’études nordiques, et Pierre-Luc Couillard, Mathieu Frégeau et Jason Laflamme, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, a calculé la vitesse à laquelle le pin gris et l’épinette noire ont progressé vers le nord après la dernière glaciation.
Lire la suite de l'article sur ULaval nouvelles.

Lire l'article de la revue PNAS

Photo

Maxime Saulnier, récipiendaire d’une bourse de 10 000$

14 octobre 2022

Félicitations à Maxime Saulnier, étudiant à la maîtrise en agroforesterie à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, qui s’est vu attribuer une bourse d’études de 10 000$ de Propriétaires forestiers du Canada (PFC). Ses travaux de recherche, réalisés dans le cadre de la Chaire de leadership en enseignement en gestion durable des forêts privées, visent à documenter les pratiques agroforestières des petits propriétaires forestiers du Québec, ainsi que leurs motivations et les obstacles rencontrés dans la mise en œuvre de ces pratiques. Les résultats de la recherche de Maxime contribueront à l’élaboration de meilleures politiques pour soutenir l’agroforesterie sur les terres forestières privées.

À propos de la bourse commémorative Peter-deMarsh
Afin d’honorer la mémoire de Peter deMarsh et de continuer à célébrer et à défendre les multiples contributions des propriétaires de boisés au développement rural, Propriétaires forestiers du Canada (PFC) et International Family Forestry Alliance (FFA), en collaboration avec UPA Développement International, ont créé la bourse commémorative Peter-deMarsh, qui sera décernée chaque année.

Lire l’article complet.
Source : Fédération des producteurs forestiers du Québec 

Photo

Poste de professeur ou professeure en géographie de l’Afrique

13 octobre 2022

Le Département de géographie de l’Université Laval désire combler un poste de professeur régulier au rang d’adjoint dans le domaine de la géographie de l’Afrique, avec expertise sur les liens géopolitiques et géoéconomiques de l’Afrique avec l’Asie.

Période d’affichage : du 15 octobre au 2 décembre 2022

Description du poste

  • Enseigner à tous les cycles en géographie;
  • Développer un programme de recherche original et porteur;
  • Encadrer des étudiantes et des étudiants à tous les cycles en géographie ;
  • Être actif dans les réseaux de recherche en géographie et être en mesure de collaborer avec des équipes multidisciplinaires.

Critères de sélection

  • Détenir un Ph. D. en géographie ou dans une discipline pertinente;
  • Être capable d’enseigner en français;
  • Avoir publié plusieurs articles scientifiques dans des revues arbitrées et reconnues;
  • Avoir une expertise sur les liens géopolitiques et géoéconomiques de l’Afrique avec l’Asie;
  • Seront considérés comme un atout:
    • Travailler avec une approche méthodologique tournée vers l’analyse géospatiale (SIG, cartographie, analyse spatiale et statistique);
    • Avoir une expérience en enseignement universitaire et d’excellentes aptitudes à la communication.

Conditions d’engagement et de traitement

Salaire selon la convention collective en vigueur.

Date limite de dépôt des candidatures

Vendredi 2 décembre 2022 17h00

Date d’entrée en fonction

Entre le 1er mai 2023 et le 1er juillet 2023

Les dossiers de candidature doivent comprendre une lettre de motivation présentant le programme de recherche de la candidate ou du candidat (max. 5 pages), une description de sa philosophie d’enseignement et d’encadrement incluant les critères d’équité, de diversité et d’inclusion (max 1 page), un CV complet et un exemplaire des trois publications les plus pertinentes en lien avec ce poste. Le cas échéant, un exemplaire de plan de cours et les évaluations de l’enseignement pourront faire partie du dossier. Les candidates ou candidats doivent également demander à trois personnes de faire parvenir une lettre de recommandation confidentielle directement à l’adresse courriel suivante : direction-geographie@ggr.ulaval.ca

ou encore à l’adresse postale ci-dessous.

Marie-Hélène Vandersmissen, directrice
Département de géographie, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique Pavillon Abitibi-Price, local 3137
Université Laval
Québec (Québec) CANADA G1V 0A6

Les dossiers de candidature devront également être transmis à l’une ou l’autre de ces adresses.


Valorisant l’équité, la diversité et l’excellence, l’Université Laval s’engage fermement à offrir à l’ensemble de son personnel un milieu de travail et de vie empreint d’une culture inclusive. Pour l’Université Laval, la diversité est source de richesse et nous encourageons les personnes qualifiées de toute origine, tout sexe, orientation sexuelle, identité ou expression de genre ainsi que les personnes handicapées à présenter leur candidature.

L’Université Laval souscrit également à un programme d’accès à l’égalité en emploi pour les femmes, les membres d’une minorité visible ou ethnique, les autochtones et les personnes handicapées. Veuillez noter que des mesures d’adaptation des outils de sélection peuvent être offertes aux personnes handicapées en fonction de leurs besoins, et ce, en toute confidentialité. Conformément aux exigences de l’immigration canadienne, la priorité sera accordée aux personnes qualifiées ayant le statut de citoyen canadien ou de résident permanent.

Pour mieux connaître le département de géographie, les candidates et candidats sont invités à consulter son site internet.

Photo

Lancement des activités de la campagne Centraide à la FFGG

13 octobre 2022

L'Université Laval effectue à chaque année une Campagne institutionnelle de levée de fonds pour CENTRAIDE. Les montants recueillis contribuent à la campagne de financement de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches. Cette opération permet d'amasser les fonds nécessaires aux investissements massifs et stratégiques que Centraide fera au sein de la collectivité pour, toujours plus efficacement, agir sur la pauvreté qui touche les gens d'ici. La campagne de financement de Centraide mobilise un vaste réseau de personnes bénévoles, dévouées, provenant de secteurs d'activité diversifiés, sans l'aide desquelles rien ne serait autant possible. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique y contribue également à chaque année avec plusieurs membres du personnel qui organisent diverses activités pour amasser de l'argent pour cette bonne cause

Activités Centraide de la FFGG

Vente de pâtisseries

Pavillon Abitibi-Price
Le mardi 18 octobre, de 10 h à 10 h 30
Cafétéria du pav. Abitibi-Price

Pavillon Louis-Jacques-Casault
Le mardi 8 novembre, de 10 h à 10 h 30 – local 2306

La roue de l’infortune

Pavillon Abitibi-Price
Le mercredi 19 octobre, de 12 h à 13 h
Cafétéria du pav. Abitibi-Price

Vente de livres

Pavillon Abitibi-Price
Le mercredi 26 octobre, de 10 h à 13 h
Cafétéria du pav. Abitibi-Price

Pavillon Louis-Jacques-Casault
Le jeudi 27 octobre, de 10 h à 13 h – entrée de la cafétéria du pav. Louis-Jacques-Casault

**soyez prévoyant - en argent comptant seulement**

Activité Centraide Université Laval

Sensibilisation Centraide et témoignage

Dans le cadre de la Campagne Centraide de l’Université Laval 2022 et de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, nous avons le plaisir de vous inviter à une activité spéciale qui se tiendra en visioconférence et en présentiel, pour ceux et celles qui désirent être sur place.  

Lors de cet événement, qui aura lieu le lundi 17 octobre de 11 h à 12 h à l’Amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins, nous serons invités de manière interactive à nous questionner sur les différents postes budgétaires d’un ménage. Cette activité nous permettra de constater le combat quotidien que vivent les personnes à faible revenu pour combler leurs besoins de base. Nous aurons également la chance d’entendre le témoignage d’une ancienne utilisatrice de l’un des 215 organismes associés à Centraide. 

Cet événement ne vous laissera pas indifférent et nous permettra, à toutes et à tous, de mieux comprendre la réalité quotidienne qui est vécue par des dizaines de milliers de personnes de notre communauté. 

Merci de vous inscrire à l’activité en suivant l’un des liens suivants: Participez à l’activité en ligne  - Participez à l’activité en présentiel, à l’Amphithéâtre Hydro-Québec 

Photo

Lancement de la campagne de la tourbière Joncas

06 octobre 2022

Nichée au cœur de la Forêt Montmorency, la tourbière Joncas est un milieu humide fragile qui retrace, grâce aux fossiles qu’elle renferme dans sa tourbe, l’évolution de la végétation et du climat depuis la déglaciation jusqu’à nos jours.

Constituant l’un de nos rares sites de formation en territoire humide, cette tourbière est néanmoins difficile d’accès. C’est pourquoi la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique lance la campagne spéciale de la tourbière Joncas, destinée à soutenir l’aménagement de sentiers d’interprétation aux abords de la tourbière.

Réalisé dans le plus grand respect du territoire, le projet d’aménagement prévoit l’implantation de trois éléments physiques distincts : un sentier balisé, des points d’observation ainsi que des panneaux d’interprétation.

En contribuant à la campagne, vous nous aidez à valoriser ce trésor caché de la Forêt Montmorency et rendez ainsi accessible l’écosystème révélateur de la tourbière Joncas.

SOUTENEZ LA CAMPAGNE

Photo

À découvrir : le premier épisode d'Un objet, deux regards : le site Cartier-Roberval et ses collections

05 octobre 2022

C’est avec plaisir que l’Unité mixte de recherche Capitales et patrimoines (UMRcp) invite la communauté ULaval à découvrir le premier épisode de la série Un objet, deux regards : le site Cartier-Roberval et ses collections : « Le sol comme archive naturelle et culturelle ».

Cet entretien voit Najat Bhiry, professeure titulaire au Département de géographie, et Évelyne Thiffault, professeure agrégée au Département des sciences du bois et de la forêt de l’Université Laval, échanger à propos du sol du site Cartier-Roberval. La discussion, qui suit l’évolution des sols depuis leur formation jusqu’à aujourd’hui, est animée par Françoise Guénette, journaliste.

Pour écouter une capsule qui donne un aperçu de l’entretien et l’épisode en entier, rendez-vous sur le site Web de l’UMRcp.

Un objet, deux regards : le site Cartier-Roberval et ses collections est une série d’entretiens où des spécialistes d’horizons divers sont invités à partager leur savoir et à croiser leurs regards en prenant appui sur un ou des objet(s) de la collection du site Cartier-Roberval pour explorer des thématiques plus larges auxquelles on peut le ou les associer.

La série est conçue et scénarisée par Habib Saidi, directeur de l’Unité mixte de recherche Capitales et patrimoines (UMRcp) et professeur titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval. 

Lancée officiellement le 7 juillet 2020, l’Unité mixte de recherche Capitales et patrimoines (www.umr-cp.ulaval.ca) résulte d’une collaboration stratégique entre la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) et l’Université Laval. La mission de l’UMRcp consiste à soutenir le développement de projets de recherche dans les champs du patrimoine et à assurer une formation de qualité en études patrimoniales. Concrètement, l’UMRcp vise à devenir un pôle d’expertise d’avant-garde à l’échelle mondiale dans l’étude et la mise en valeur du patrimoine de capitales, en partenariat avec la CCNQ.

L’Université Laval et la Commission de la capitale nationale du Québec sont les partenaires fondateurs de l’UMRcp.

Pour toutes questions, vous pouvez contacter l’équipe de direction de l’UMRcp au umrcp@hst.ulaval.ca

Photo: Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ)

Photo

La privatisation de l'eau

27 septembre 2022

L'entrepreneur Olivier Primeau vient d'investir 3 millions dans l'entreprise Dominion Water Reserves qui possède 6 permis d'exploitation d'eau de source au Québec, ce qui représente 36% du volume d'eau qu'il est possible d'exploiter.

Pour en apprendre davantage sur la commercialisation de l'eau de source au Québec, Guillaume Dumas a discuté avec le professeur de géographie Frédéric Lasserre à l'émission «C'est encore mieux l'après-midi» le jeudi 22 septembre 2022.

Écoutez l'entrevue sur Radio-Canada Ohdio

Photo

Exploiter une mine d’or d’information

26 septembre 2022

Dans le dernier article publié le 9 septembre dernier dans le périodique « Opérations forestières et de scierie », Eric R. Labelle, professeur au département des sciences du bois et de la forêt et Myriam Delmaire, ingénieure forestière et étudiante à la maîtrise de recherche en sciences forestières, soulignent la diversité et le potentiel des données provenant de l’ordinateur de bord dont les abatteuses multifonctionnelles sont équipées.

« Les données récoltées par les ordinateurs de bord offrent un grand potentiel en termes de communication, d’amélioration des opérations forestières et d’approvisionnement des usines de transformation du bois, en particulier dans nos sociétés modernes où le contexte forestier évolue rapidement. […] Malgré tout, les données d’abatteuse-façonneuse à tête multifonctionnelle restent sous-utilisées dans de nombreux pays, notamment au Canada. » - Extrait de l’article

L’article met en lumière une étude de cas pratique de l’utilisation des données d’ordinateur de bord pour estimer la matière ligneuse non utilisée sur les parterres de coupe dans la région de la Gaspésie.

Consultez l’article complet
Lire l’article scientifique

À propos du professeur Eric R. Labelle

Eric R. Labelle est ingénieur forestier et professeur agrégé au Département de science du bois et de la forêt. Membre du Consortium de recherche FORAC, il se spécialise dans les opérations forestières mécanisées, l’interaction machine/sol et la protection de l’environnement physique.

À propos de Myriam Delmaire, candidate à la maîtrise

Myriam Delmaire est ingénieure forestière et candidate à la maîtrise de recherche en sciences forestières. Son mémoire « Estimation de la matière ligneuse marchande non utilisée à l’aide de données provenant d’ordinateurs de bord d’abatteuses-façonneuses à tête multifonctionnelle » est axée sur l’utilisation des données d’ordinateur de bord pour quantifier la matière ligneuse non utilisée laissé à la suite des opérations de récolte mécanisée à bois tronçonné.

Crédit photo : Myriam Delmaire

Photo

Étude sur l’impact du tourisme sur la consommation d’eau potable à Baie-Saint-Paul

23 septembre 2022

Rédigée par Steve Déry, professeur titulaire au département de géographie, et son équipe, cette étude porte sur le projet "Consommation de l’eau, développement gouvernance touristique et municipale dans une perspective de développement durable à Baie-Saint-Paul" qui visait à mieux comprendre l’articulation entre la fréquentation touristique à Baie-Saint-Paul et l’évolution de la consommation d’eau potable.

Résumé de l’étude

Depuis 2003, la Ville de Baie-Saint-Paul s’est dotée d’un plan directeur de l’eau avec pour objectif la réduction de la consommation moyenne d’eau. L’enjeu est que Baie-Saint-Paul est une ville touristique et l’achalandage estival peut rajouter facilement plus de 50% à la population normale de la Ville.

Avant la pandémie, depuis environ 2014, la fréquentation touristique internationale au Québec et au Canada, comme dans Charlevoix, était en hausse. Selon les résultats, la consommation d’eau potable dans le réseau d’aqueduc se situerait en moyenne à quelque 78 000 mètres cubes par mois, ce qui inclut un minimum de 30% d’occupation des unités d’hébergement, minimum sous lequel la fréquentation n’est jamais descendue pour aucun mois entre 2016 et 2018. En temps normaux, la part « estivale » (juin à octobre) du tourisme dans la consommation d’eau potable pourrait varier entre 28% et 34%, avec parfois des pointes à 37%.

S’agissant de la capacité du réseau, le réseau d’aqueduc de la Ville est très bien organisé malgré les modèles qui prévoient des changements au régime des pluies. Puits et réservoirs permettent de suffire à la demande actuelle du réseau sans aucun problème, y compris pendant les pics de consommation estivaux, et pourront aussi absorber des hausses de consommation raisonnables dans le futur.

Consulter l’étude complète

À propos de Steve Déry

Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, en particulier du Vietnam et du Laos, Steve Déry s’intéresse aux milieux ruraux, aux minorités ethniques, à la marginalité, et aux relations de pouvoir. Il a écrit La colonisation agricole au Vietnam, paru aux PUQ (2004) et de nombreux articles scientifiques. Citoyen de Baie-Saint-Paul, il participe aussi activement au comité de l’Agenda 21 de la ville. Enfin, il est aussi artiste amateur; il a présenté en ligne pour plusieurs audiences au Québec et à l’échelle mondiale son album Changer de temps (2020), qui reprend les principaux thèmes de son travail d’enseignement et de recherche.

À propos des Cahiers de l’Institut

Les Cahiers de l’Institut permettent aux membres de l'Institut EDS de publier des articles ou des rapports de recherche interdisciplinaire, ainsi que des notes de synthèse résultant d’une démarche scientifique de mise à l’essai d’un outil ou d’une pratique. Le contenu vulgarisé permet de rejoindre, en plus des chercheurs, des décideurs et le grand public.  

Crédit photo : François Rivard

Photo

Nouvelle vidéo promotionnelle en génie géomatique

22 septembre 2022

C’est le 14 septembre dernier que se tenait à la Salle Gilbert-Tardif du pavillon Gene H.-Kruger le lancement de la nouvelle vidéo promotionnelle visant à mettre en valeur le programme de génie géomatique, qui franchira bientôt sa 15e année dans l’offre d’étude de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. En plus de faire la lumière sur la discipline du génie géomatique, la vidéo présente plus concrètement le rôle d’un professionnel en entreprise.

Cet événement fut l’occasion pour notre Faculté de témoigner notre reconnaissance aux partenaires fondateurs du Fonds de soutien pour la relève en génie géomatique, qui sont au cœur de cette belle réussite, de faire rayonner le travail exceptionnel réalisé dans le cadre du programme en génie géomatique et d’offrir un moment de réseautage entre les représentants des entreprises et les étudiantes et étudiants présents.

Visionnez la vidéo

À propos du Fonds de soutien pour la relève en génie géomatique

Créé avec l’objectif d’attirer les meilleurs talents vers ce programme méconnu de la communauté étudiante et de former une relève de haut niveau, ce Fonds permet de promouvoir le programme en génie géomatique à travers l’octroi annuel de bourses d’admission et permettra également de soutenir des initiatives qui font rayonner le programme.

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique est fière de pouvoir compter sur une collaboration durable avec les quatre partenaires fondateurs du Fonds œuvrant dans le domaine du géospatial; Bentley, Consortech, Fujitsu et Korem.

Photo

Départ à la retraite du professeur Jean-Claude Ruel

16 septembre 2022

C’est après 31 années de service comme professeur en sylviculture et foresterie urbaine au Département des sciences du bois et de la forêt, dont plus de 4 années en tant que directeur du Département, que Jean-Claude Ruel tire sa révérence et s’offre une retraite des plus méritées.

Expert dans les domaines de la sylviculture, ses intérêts de recherche portaient principalement sur la prise en compte du risque de chablis en sylviculture et une meilleure compréhension de la phase d'installation et de croissance juvénile des forêts. M. Ruel était membre actif du Centre d’étude de la forêt et co-titulaire de la Chaire de recherche sur l’arbre urbain et son milieu (CRAUM). Il a enseigné plusieurs cours aux futures ingénieures forestières et ingénieurs forestiers, notamment la sylviculture, l’aménagement des forêts privées, la foresterie urbaine, etc.

À travers sa carrière, M. Ruel aura certainement inspiré bon nombre d’étudiantes et d’étudiants à poursuivre en foresterie, domaine qui le passionne et pour lequel sa curiosité demeure sans limites.

« Jean-Claude a été une présence calme, rassurante et disponible tout au long de mon parcours. Il a toujours fait passer le bien-être et l'intérêt de ses étudiants en premier, et ça a été plus qu'un plaisir de travailler avec lui au cours des huit dernières années. » - Olivier Villemaire-Côté, chargé de cours

« Jean-Claude a été un directeur d’une grande humanité et un collègue apprécié de tous. Il a su identifier certains angles morts de la recherche forestière québécoise comme les perturbations par chablis et la régénération du thuya, et il en a fait des domaines de spécialisation dans lesquels nous nous sommes distingués à l’échelle internationale. » - Alexis Achim, professeur et vice-doyen à la recherche 

Nous lui souhaitons une belle retraite et le remercions pour ses nombreuses années de collaboration à la Faculté, d’enseignement inspirant auprès de la relève et soulignons ses contributions notables dans le domaine de la foresterie.

Les 100 visages de la foresterie – Témoignage de Jean-Claude Ruel

« Ayant grandi à la frange de l’agglomération urbaine de Québec, je n’étais jamais loin de la forêt. C’était pour moi un lieu de prédilection pour des randonnées, à pied ou à vélo, qui me permettaient d’en découvrir différentes facettes, que ce soit la végétation, le milieu aquatique ou la faune. Ceci excitait ma curiosité et j’ai rapidement commencé à me documenter pour mieux connaître la forêt et ses habitants. Le désir de comprendre la forêt m’a amené à choisir le génie forestier comme profession. Une fois mon baccalauréat terminé, ma soif de compréhension n’était toujours pas assouvie. C’est pourquoi j’ai poursuivi mes études jusqu’au doctorat. Ceci m’a ouvert une carrière en recherche et en enseignement qui m’amène constamment à redécouvrir la forêt et à transmettre cette compréhension. De façon subtile, ce désir de comprendre la forêt est devenu le moteur d’une carrière des plus stimulantes. »

         

Photo

Nouvelle parution dans Wood Material Science & Engineering pour Roger Hernandez et Cleide Bourscheid

14 septembre 2022

C’est le 2 septembre dernier que paraissait dans la revue « Wood Material Science & Engineering » la plus récente étude du professeur Roger E. Hernandez et de Cleide Bourscheid, candidate au doctorat : « Effects of cutting speed and feed per knife on size distribution of pulp chips produced by a chipper-canter from frozen and unfrozen logs ».

Afin d’optimiser la production des copeaux pour pâte à papier dans les scieries du Québec, l’étude concentre des analyses sur deux des paramètres parmi les plus importants pour la distribution de la taille des copeaux produits par une équarisseuse-fragmenteuse : la vitesse linéaire de coupe et la vitesse d’avance.

Consultez l’article complet ici.

 

À propos du professeur Roger Hernandez

Roger Hernandez est professeur titulaire au Département de science du bois et de la forêt. Membre du Centre de recherche sur les matériaux renouvelables et du Réseau stratégique CRSNG sur l'aménagement forestier pour les produits à valeur ajoutées, il se spécialise dans l’usinage et la physique du bois et s’intéresse aux seconds usages du bois et aux technologies des bois tropicaux.

À propos de Cleide Beatriz Bourscheid, candidate au doctorat

Cleide Bourscheid est membre du Centre de recherche sur les matériaux renouvelables (CRMR) et candidate au doctorat. Sa thèse « Impacts de la vitesse de coupe et d’avance sur la performance d’une équarrisseuse-fragmenteuse » est axée sur la qualité des copeaux, la qualité de la surface et la consommation d’énergie.

Photo

Offre d’emploi d’agent ou agente de secrétariat

13 septembre 2022

Le Département des sciences du bois et de la forêt cherche la perle rare pour compléter son équipe! 
Date limite des candidatures : 27 septembre 2022.

Consultez l’affichage détaillé

La personne titulaire du poste d'agent ou agente de secrétariat aura notamment à :

  • Gérer l’accueil du département;
  • Soutenir le directeur du département dans ses responsabilités, anticiper et prévenir ses besoins, notamment : Gestion de son agenda et de sa boîte courriels, gestion de ses appels téléphoniques, gestion des divers échéanciers et procédures administratives, organisation des assemblées de l’unité de rattachement, etc.
  • Collaborer aux prévisions budgétaires du département, à la mise à jour des fichiers rattachés à ces prévisions, procède aux vérifications et aux conciliations requises et prépare des rapports synthèses;
  • Gérer les dossiers relatifs à l’enseignement du département;
  • Etc.

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique a à cœur le bien-être et la reconnaissance professionnelle de tous les membres de son équipe. Que ce soit par l’organisation d’activités informelles ou par la mise en lumière de vos bons coups, le souci de vous offrir un milieu de vie et de travail stimulant est prioritaire.

Saviez-vous que l’Université Laval occupe le 18e rang des meilleurs employeurs, toutes industries confondues, à travers le pays, et le 1er rang dans la région de Québec, selon le classement de Forbes? Consultez l’article

Découvrez le Département des sciences du bois et de la forêt
Découvrez la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

Photo

Bienvenue à Zoé Bigras-Généreux, intervenante de proximité de la FFGG

12 septembre 2022

Le Centre d’aide aux étudiants de l’Université Laval a mis en place des intervenantes et des intervenants de proximité au sein des facultés afin de rendre son expertise encore plus accessible à la communauté étudiante. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique est heureuse de vous présenter Zoé Bigras-Généreux, intervenante de proximité attitrée à notre Faculté.

Notre intervenante développe et met en place des programmes et des activités qui visent à favoriser le bien-être psychologique. Elle offre également à la communauté étudiante un service de soutien et d’écoute confidentiel, gratuit et ponctuel. Ses services, offerts en présentiel ou en virtuel, s’adressent aux étudiantes et étudiants vivant des difficultés de toutes sortes, qu’ils soient en pleine réussite scolaire ou en situation d’échec.

Parmi les motifs qui peuvent vous amener à solliciter l’aide de notre intervenante de proximité :

    • Stress ou anxiété
    • Isolement
    • Situation personnelle difficile (ex. : rupture amoureuse, conflit, deuil, habitudes de vie)
    • Difficultés reliées aux études (ex. : procrastination, motivation, anxiété de performance, échec, épuisement)
    • Difficultés financières
    • Difficultés d’adaptation

Pour la joindre ou prendre rendez-vous, veuillez communiquer avec elle par courriel à zoe.bigras.genereux@aide.ulaval.caIl est également possible de vous rendre à son bureau au 1151-C du pavillon Abitibi-Price, les mardis et jeudis, de 9h à 16h.

Photo

Téléchargez l'application DéambUL pour découvrir le campus et pour vos déplacements!

31 août 2022

Envie de se promener sur le campus de l’Université Laval et y découvrir ce qu’il cache?  Vous aimeriez vous déplacer plus efficacement d’un pavillon à un autre (à pied, via les tunnels)?  C'est aussi une belle façon de connaitre différents services offerts sur le campus et où sont situés les arrêts du Réseau de transport de la Capitale (RTC)! Voilà ce que vous propose DéambUL, une géoapplication gratuite qu’on peut télécharger sur AppStore ou Google play et consulter sur un téléphone intelligent, qui nous localise, offre une carte du campus de l’Université Laval et nous propose différents parcours thématiques.

En savoir plus sur DéambUL

Photo

Une étude pour mieux se préparer aux vagues de chaleur à Québec

09 août 2022

Les fins de semaine chaudes et humides seront de plus en plus nombreuses dans les prochaines années. C’est pourquoi la Ville de Québec a commandé une étude sur le sujet afin de s’y préparer.

« Une des façons dont on va procéder, c'est qu'on va disposer des capteurs de température à travers la Ville de Québec dans différents quartiers, en tenant compte des propriétés donc en tenant compte du nombre d'espaces verts, la quantité de rues, indique Marc-André Bourgault, responsable de l'étude et professeur adjoint au Département de géographie de l’Université Laval, au micro de l'émission C'est encore mieux l'après-midi. L'équipe du professeur Marc-André Bourgault souhaite ensuite projeter les données qu'ils auront reçues à travers différents scénarios climatiques jusqu'en 2090.

Cette étude dirigée par l'équipe de l'Université Laval a fait l'objet de 2 reportages diffusés le 5 août sur Radio-Canada.ca.

Photo

Projet de recherche au parc du Marais

08 août 2022

Les 25 et 26 juillet derniers, les étudiant-e-s de la maîtrise en biogéosciences de l'environnement ont parcouru le parc du marais à Montmagny pour faire la caractérisation des milieux naturels et l'étude des plantes et des animaux. La compilation des données recueillies permettra de proposer des aménagements fauniques et floristiques afin d'améliorer la naturalité du secteur, sa bidiversité et l'expérience des visiteurs. L'équipe sur le terrain était encadrée par la chargée d'enseignement Danielle Cloutier et la technicienne experte Martine Lapointe.

Un résumé de cette activité a été publié dans le journal L’oie Blanche.

Lire l'article complet en page 13 du journal.

Photo

Comment faire gober du carbone à une forêt sans trop se fatiguer

04 août 2022

Sous le chaud soleil de juillet, quatre stagiaires en foresterie mordent à pleines dents dans le travail de terrain. En fait, ils mordent dans le sol, à coups de pelle, pour creuser de petits trous et y planter 2000 pousses d’épinettes qui, en grandissant, compenseront des dizaines de tonnes de carbone.

« Gang ! Vous allez pouvoir amener vos blondes, vos chums et vos enfants ici, un jour, et leur dire que vous avez contribué. C’est pour ça que j’insiste autant sur la qualité. On fait ça pour que ça dure à long terme », leur crie Jean-François Lamarre, l’aménagiste de la forêt Montmorency, un vaste domaine situé à 75 km au nord de Québec.

La plantation d’arbres est de nos jours une approche ultracommune pour aspirer du carbone de l’atmosphère et, ainsi, réduire l’intensité des changements climatiques provoqués par les habitudes de l’humanité liées aux combustibles fossiles. Toutefois, l’efficacité de la plantation dépend de plusieurs facteurs encore mal compris par les scientifiques.

« On ne peut pas être contre le fait de planter des arbres, mais il faut les planter à la bonne place et de la bonne façon », soutient en entrevue Évelyne Thiffault, une professeure de l’Université Laval spécialisée dans le carbone forestier.

La forêt Montmorency — une forêt d’enseignement et de recherche gérée par l’Université Laval — est le terrain de jeu favori de Mme Thiffault. Ses étudiants aux cycles supérieurs vont justement vérifier cet été que des arbres plantés là en 2017 font bien leur boulot, question de confirmer les hypothèses faites à l’époque en matière de séquestration de carbone.

Pour y arriver, les étudiants-chercheurs vont mesurer le diamètre du tronc des arbres, évaluer leur hauteur, recenser les résidus forestiers par terre et prélever des échantillons de sol destinés à être analysés en laboratoire. La somme des différents stocks permettra ensuite de déterminer la quantité de carbone par hectare.

Les quatre apprentis, qui deviendront bientôt ingénieurs forestiers, participent quant à eux à une nouvelle phase du projet de captation du carbone sur l’ancien site du camp Talbot, un camp forestier qui était assez grand pour accueillir 50 personnes.

« Ça faisait quelques années que ce terrain était désaffecté, explique Gabriel Bolduc, l’un des stagiaires, sous son filet antimoustique. À cause du remblai et du passage des dix roues, le sol est très compact, ce n’est pas facile de creuser. En plus, le foin fait de la compétition aux pousses d’arbres, ça va probablement en tuer quelques-uns. »

Lire la suite sur Le Devoir.com

Source: Alexis Riopel, Pôle environnement, LeDevoir.com, article paru le 1er août

Photo

Professeur engagé, Luc Bouthillier s'est éteint

29 juillet 2022

Celui que l'on surnommait le «forestier social» transmettait sa science avec passion. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) déplore la perte du professeur Luc Bouthillier, décédé dans la nuit du 13 au 14 juillet. Il était à l'emploi de l'Université Laval depuis plus de 40 ans et a consacré sa carrière à l'enseignement et à la recherche.  

«Luc était un professeur de cœur, de passion, mais surtout de contenu, a indiqué Nancy Gélinas, doyenne de la FFGG, très attristée. Il a allumé des étincelles dans les yeux de tous ceux et celles qui ont eu le bonheur de suivre ses cours, ses conférences, et j'en fais partie. Il est la bougie d'allumage de ma propre carrière. Sa passion pour le secteur forestier était contagieuse, sa compréhension des enjeux forestiers donnait l'envie d'en apprendre davantage. J'ai donc tenté de suivre ses pas. Figure marquante du secteur forestier, son legs est impressionnant et son nom retentira longtemps dans les murs de notre établissement et ceux du monde forestier.»

Le professeur Bouthillier a obtenu son baccalauréat en génie forestier, sa maîtrise en aménagement forestier et sylviculture et son doctorat en sciences forestières à l'Université Laval avant d'enseigner aux étudiants des trois cycles.   

Sa vaste connaissance des enjeux sociaux, politiques, économiques et environnementaux de la foresterie lui a valu le titre d'expert auprès des médias. Il a accordé de nombreuses entrevues, aussi bien sur la gestion des forêts, que sur l'industrie des pâtes et papiers, la tordeuse des bourgeons de l'épinette ou les feux de forêt.  

Le «forestier social»  

Surnommé le «forestier social» à une certaine époque dans son département, Luc Bouthillier confiait au Fil en 2018: «Je crois que nous nous dirigeons vers la formation d'une communauté de pratique où les chercheurs échangent sur leurs activités. La forêt interpelle plusieurs disciplines. Aujourd'hui, nombre de forestiers de terrain de partout se sentent assiégés alors qu'une nouvelle culture forestière, englobant les enjeux sociaux, se met en place. Ultimement, la forêt pourrait permettre de vivre des expériences interdisciplinaires encore plus poussées, en combinant la forêt et la médecine par exemple. La pression artérielle baisse lorsqu'on marche en forêt. Cette réaction physiologique varie-t-elle selon les types de forêts?» 

Le professeur Bouthillier passait d'un discours très pratique à un discours très philosophique, se rappelle pour sa part Luc Lebel, professeur titulaire à la FFGG, qui a été son étudiant. «Luc va vraiment nous manquer, c'était notre sage. Il a beaucoup travaillé avec les communautés autochtones. Il m'a confié un jour que lors d'un voyage en territoire innu, sur la Côte-Nord, on lui avait fait l'honneur de loger avec les aînés. Ils ont reconnu en lui un “esprit bon”.»

Avec reconnaissance, Luc Lebel souligne l'écoute de son collègue et ami, ses mots d'encouragement et sa bienveillance quand lui-même a joint le corps professoral. «J'en garderai le souvenir pour le reste de ma vie.»

Le professeur Bouthillier était aussi membre du Centre d'analyse des politiques publiques et de l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société. 

Récemment, il a signé la préface du livre 100 ans de passion pour la forêt 1921-2021, écrit par l'historien-consultant Yves Hébert. L'ouvrage, lancé en mai, raconte l'histoire de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec et, par le fait même, de leur formation.

Tiré de l'article de ULaval nouvelles par Alexandra Perron

Découvrez également ces autres articles soulignant la contribution de Luc Bouthillier:

Photo

Poste de professeur ou professeure en photogrammétrie

25 juillet 2022

Le Département des sciences géomatiques de l’Université Laval sollicite des candidatures pour un poste de professeure ou de professeur en photogrammétrie, qui requiert des connaissances avancées des sciences photogrammétriques et des technologies actuelles de l’imagerie géospatiale et des systèmes de vision statiques et dynamiques. Les expertises recherchées réfèrent aux sciences de la mesure de précision sur des images et nuages de points géoréférencés acquis par des capteurs-imageurs (caméras couleurs, multispectrales, hyper-spectrales, thermiques) et scanneurs LiDAR, installés sur diverses plateformes statiques et mobiles (terrestre, navale, aéroporté et satellitaire). Ces expertises sont à la base des programmes de formation uniques, enseignés à l’Université Laval et soutenant les professions d’arpenteur-géomètre ou arpenteure-géomètre et d’ingénieur ou d'ingénieure en géomatique, ainsi que des initiatives de recherche innovantes en ce domaine. Le maintien et l’amélioration de la formation et de la recherche en photogrammétrie sont au cœur des priorités de ce poste à pourvoir.

La personne candidate doit démontrer sa capacité à mener des activités de recherche novatrices à fortes retombées comme le développement d’outils, d’applications et de nouvelles méthodologies s’appuyant sur l'imagerie géospatiale et des nuages de points à des fins de capture, de construction et de représentation 3D de scènes, de fusion d’images multimodale et de détection de changement. En plus de la maîtrise des techniques photogrammétriques classiques, elle devra également être au fait des dernières avancées réalisées en vision artificielle (inspection, identification, positionnement), en termes de corrélation automatique, d’appariement d’images et de nuages de points, et de localisation et cartographie simultanées (SLAM).

De même, la personne candidate devra élaborer et concrétiser son propre programme de recherche, s’associer à des équipes de recherche, obtenir du financement et participer à des initiatives de recherche multidisciplinaires en collaboration avec les autres domaines d’expertises présents au Département, à la Faculté et à l’Université, lesquels présentent un fort intérêt stratégique (comme la foresterie, l’agriculture et les villes intelligentes) et qui répondent aux besoins grandissants en données géospatiales pour différents événements et dans différents milieux. Il est souhaité que cette personne contribue aux activités du laboratoire de métrologie, notamment celles visant le maintien à jour des équipements de photogrammétrie, d’imagerie géospatiale et de vision artificielle. Elle devra être capable de développer une offre de services à la collectivité et de mettre à profit les équipements en place au laboratoire.

La personne sélectionnée pour occuper ce poste assumera des enseignements réguliers aux trois cycles. Elle effectuera de la recherche de pointe dans le domaine du poste offert. Elle devra également démontrer une ouverture aux collaborations interdisciplinaires, autant en enseignement qu’en recherche. Elle devra encadrer des étudiantes et étudiants aux trois cycles, développer les moyens nécessaires pour obtenir ses propres financements de recherche, incluant la mise en œuvre de projets de collaboration publique et privée. Elle devra enfin participer aux activités du Département des sciences géomatiques, de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de l'Université Laval. Elle pourra éventuellement être appelée à assumer des enseignements à l’extérieur de son domaine de spécialité, c’est-à-dire dans les autres domaines de la géomatique dans lesquels œuvre le Département.

Critères de sélection

Les personnes intéressées à poser leur candidature pour ce poste doivent avoir une formation d’ingénieure ou d’ingénieur et détenir un doctorat dans une discipline pertinente. Elles doivent posséder des connaissances de pointe dans les sciences fondamentales relatives à ce poste. Un stage postdoctoral ou une expérience pratique équivalente est souhaitable. Les dossiers retenus seront évalués selon la capacité de la personne candidate à :

  • Exercer les quatre grandes fonctions universitaires : enseignement, recherche et encadrement d’étudiantes et d’étudiants gradués, participation interne, rayonnement externe;
  • Faire preuve de leadership en enseignement et en recherche;
  • Travailler en équipe;
  • Démontrer des compétences pour la gestion universitaire (entre autres, la participation à différents comités et instances) et l’administration de projets;
  • Faire preuve d’engagement envers la communauté scientifique et les collectivités.

Un profil rendant la personne candidate admissible à un ordre professionnel d’ingénieures et d’ingénieurs reconnu par l’organisme Ingénieurs Canada est requis. Si la personne candidate n’est pas membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec (ou d’un ordre professionnel d’ingénieures et d'ingénieurs reconnu par l’organisme Ingénieurs Canada) à la date d’entrée en fonction, elle devra prendre les mesures nécessaires afin de le devenir au maximum deux ans après cette date.

La langue d’enseignement étant le français, la candidate ou le candidat doit être apte à donner son enseignement de manière compréhensible dans cette langue; si ce n’est pas le cas, la candidate ou le candidat devra développer sa capacité à s’exprimer en français (oral et écrit) selon les dispositions de l’annexe B de la convention collective en vigueur. La connaissance de la langue anglaise est également requise.

En savoir plus sur le poste et postuler

Tenure-Track Faculty Position in Photogrammetry

 

The Department of Geomatics Sciences invites applications for a tenure-track faculty position in photogrammetry, which requires advanced knowledge of photogrammetric sciences and current technologies of geospatial imagery and static and dynamic vision systems. The expertise sought refers to the sciences of precision measurement on georeferenced images and point clouds acquired by imaging sensors (color, multispectral, hyperspectral, thermal cameras) and LiDAR scanners, installed on various static and mobile platforms (land, naval, airborne and satellite). This expertise is the basis of the unique training programs taught at Laval University and supporting the professions of land surveyor and geomatics engineer, as well as innovative research initiatives in this field. Maintaining and improving training and research in photogrammetry are at the heart of the priorities of this vacant position.
The candidate must demonstrate his ability to carry out high impact innovative research activities such as the development of tools, applications and new methodologies based on geospatial imagery and point clouds for the purpose of capturing, constructing, and representing 3D scenes, fusion of multimodal images and change detection. In addition to mastering classic photogrammetric techniques, the candidate must also be aware of the latest scientific advances in artificial vision (inspection, identification, positioning), in terms of automatic correlation, pairing of images and point clouds, and simultaneous localization and mapping (SLAM).

Similarly, the candidate will have to develop and implement his own research program, join research teams, obtain research funding, and participate in multidisciplinary research initiatives in collaboration with the other areas of expertise present at the Department, the Faculty, and the University, which are of strong strategic interest (such as forestry, agriculture and smart cities) and which meet the growing needs for geospatial data for different events and in different environments. This person is expected to contribute to the activities of the metrology laboratory, especially those aimed at keeping photogrammetry geospatial imaging, and artificial vision equipment up to date. The candidate must be able to develop a range of services for the community and take advantage of the equipment in place in the laboratory.

The selected candidate will be required to teach at all three academic levels (undergraduate, masters and doctoral studies). He or she will carry out state-of-the-art scientific research in the field of the position offered. The candidate must be keen to interdisciplinary collaborations both in teaching and in research. That person will also supervise undergraduate and graduate students and is expected to apply for and obtain competitive funding from the appropriate research funding agencies, including the implementation of public and private collaboration projects. Finally, the successful candidate will also be expected to take part in administrative functions in relation to the Department, the Faculty, and the University. He or she may eventually be called upon to assume teaching outside his/her field of specialty, in the other fields of geomatics in which the Department is active.

Selection criterias

Interested persons must have an engineering background and hold a Ph.D. in a relevant discipline. A previous postdoctoral internship in a related field related, or an equivalent practical experience, will also be considered an asset. Applications will be evaluated according to the candidate's ability to:

  • Exercise the four main academic functions: teaching, research and supervision of graduate students, internal participation, external outreach;
  • Exhibit leadership in both university-level teaching and research;
  • Ability for team working;
  • Supervise students in the context of research training;
  • Contribute to administrative functions within the university environment and manage research projects;
  • Demonstrate commitment towards the broader professional and scientific communities (e.g. via publications, conferences, participation in peer evaluation, training initiatives, etc.).

The successful candidate must be eligible to a Canadian Corporation of Engineers (acknowledged by Engineers Canada, https://engineerscanada.ca), or, alternatively, willing to undertake the necessary procedures to become so within an initial period of 2 years.

The teaching language at Laval University is French; the selected candidate must be able to teach in French or willing to do what is necessary to become proficient in French according to the Appendix B of the current Collective Agreement. Knowledge and competency in English is also a requirement for the position.

English description

Photo

L’école internationale en hydrographie et hydrospatial revient pour une troisième édition!

18 juillet 2022

L’école internationale en hydrographie et hydrospatial revient pour une troisième année! Elle se déroulera du 19 au 27 septembre en mode hybride : sur le campus de l’Université Laval (Québec, Canada) et également à distance en ligne. Cette formation sera dispensée en français et en anglais.

Cette école internationale d’automne offre aux participant(e)s une expérience de formation unique, multidisciplinaire, en étroite interaction avec des scientifiques de haut niveau, des professionnel(le)s et intervenant(e)s du milieu hydrospatial et maritime dans un cadre technologique de pointe. Les participant(e)s auront l’occasion d’approfondir leurs connaissances et développer leurs compétences au moyen de cours, de travaux pratiques, de conférences et d’activités leur permettant de vivre l’expérience de levés à bord d’un navire hydrographique.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du Réseau Canadien de recherche et d’enseignement en hydrographie (RéCREH / COMREN).

Pour plus d’information : https://oceanmapping.ca/fr/ihhs/

Pour vous inscrire : https://events.eply.com/2022IHHS

Photo

Poste de professeur(e) en positionnement dynamique, cartographie mobile et intégration de capteurs

13 juillet 2022

Le Département des sciences géomatiques est à la recherche d'une professeure ou un professeur en positionnement dynamique, cartographie mobile et intégration de capteurs.

Ce poste requiert des connaissances fondamentales en géodésie, ainsi que sur les technologies de positionnement et de navigation par satellites de haute précision. Les expertises recherchées réfèrent aux sciences de la mesure et de la caractérisation des formes de la Terre et des fonds marins (géodésie et hydrographie) et du positionnement statique et cinématique en milieu terrestre et maritime, ainsi qu’aux sciences cartographiques permettant de soutenir le développement d’applications de cartographie mobile. Ces sciences constituent le pivot sur lequel s’appuie l’ensemble des disciplines de la géomatique enseignées à l’Université Laval et sont à la base des professions d’arpenteur(e)-géomètre et d’ingénieur(e) en géomatique. Le maintien et l’amélioration de la formation et de la recherche dans ces domaines et l’expertise sous-jacente sont au cœur des priorités de ce poste à pourvoir.

La personne candidate doit démontrer sa capacité à mener des activités de recherche novatrices dans des champs d’applications à fortes retombées comme le développement d’outils et de nouvelles méthodologies reliés à la navigation par satellites de haute précision, ainsi que le positionnement dans des environnements extérieurs et intérieurs à l’aide de différents capteurs. La personne candidate doit également démontrer une bonne connaissance sur l’intégration des différents capteurs faisant partie des systèmes de navigation, notamment les récepteurs GNSS et les centrales inertielles, de même que les techniques permettant leur traitement, notamment les filtres de kalman, lesquels fournissent la géoréférence directe aux images et nuages de points recueillis à partir de plateformes mobiles (véhicules routiers, aériens, navals, souterrains et sous-marins). La personne candidate doit être apte à intégrer ses travaux dans des applications de cartographie mobile.

De même, la personne candidate devra participer aux activités du laboratoire de métrologie-GNSS, notamment celles visant le maintien à jour des équipements. Elle ou il devra être capable de développer une offre de services à la collectivité et de mettre à profit les équipements en place au laboratoire.

La personne sélectionnée pour occuper ce poste assumera des enseignements réguliers aux trois cycles (cours de géodésie, de positionnement et navigation GNSS, d’intégration de capteurs et de cartographie mobile). Elle effectuera de la recherche de pointe, relative aux mesures géodésiques en milieu terrestre et maritime et à l’utilisation des technologies de positionnement et de navigation de haute précision. Elle devra également démontrer une ouverture aux collaborations interdisciplinaires, autant en enseignement qu’en recherche. Elle devra encadrer des étudiantes et étudiants aux trois cycles, développer les moyens nécessaires pour obtenir ses propres financements de recherche, incluant la mise en œuvre de projets de collaboration publique et privée. Elle devra enfin participer aux activités du Département des sciences géomatiques, de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de l'Université Laval. Elle pourra éventuellement être appelée à assumer des enseignements à l’extérieur de son domaine de spécialité, c’est-à-dire dans les autres domaines de la géomatique dans lesquels œuvre le Département.

En savoir plus et postuler

Photo

Décès de M. Denis Brière, ancien doyen de la Faculté et ancien recteur.

12 juillet 2022

M. Denis Brière est décédé le 8 juillet dernier à l'âge de 76 ans. Denis Brière a été doyen de la Faculté de foresterie et de géomatique de l'Université Laval de 2000 à 2007. Il est aussi diplômé de la Faculté en génie forestier. Au cours de ses années au décanat, Denis Brière s'est engagé activement dans le développement de la faculté et dans un rayonnement accru de toutes les composantes de l'Université Laval. Ensuite, en 2007, M. Brière est élu 25e recteur de l'Université Laval.

Tout au long de sa carrière, il a grandement contribué au rayonnement et au développement de la foresterie mais également de l'Université Laval. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique tient à offrir ses sympathies à la famille de M. Brière.

Né à Sainte-Martine, Denis Brière étudie au Collège de Beauharnois avant de compléter son cours classique (baccalauréat ès arts) en 1968 au séminaire de Valleyfield. Il y reçoit une bourse d'études de la Ligue provinciale de football du Québec, en 1967 (joueur défensif de l'année). En 1972, il obtient un diplôme de la Faculté de foresterie et de géomatique de l'Université Laval. En 1979, il obtient son doctorat en aménagement du territoire de la Faculté de foresterie de l'University of British Columbia, à Vancouver, où il enseigne aux trois cycles de 1977 à 1980.

De 1979 à 1980, il est président du Comité fédéral-provincial pour l'évaluation des politiques environnementales (Colombie-Britannique). En 1981, Denis Brière revient au Québec et se joint à la Société d'énergie de la Baie-James. De 1982 à 1987, il oeuvre au sein de l'Institut canadien de recherche en génie forestier avant d'assumer le poste de vice-président et directeur général de la Division des bois et forêts chez Kruger inc., de 1987 à 1996.

En 1994, il est nommé ingénieur forestier de l'année par l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec. Cette distinction souligne son importante contribution dans l'organisation d'un forum provincial sur la recherche forestière au Québec. Il reçoit à nouveau ce prix en 2006, conjointement avec trois professeurs, pour sa contribution au développement de la Faculté de foresterie et de géomatique et la construction du pavillon d'enseignement et de recherche Gene-H.-Kruger.

De 1996 à 1998, M. Brière est président et chef de l'exploitation de Produits forestiers Kruger inc. qui emploie plus de 2000 personnes et possède un chiffre d'affaires annuel de 500 millions de dollars. De 1998 à 2000, Denis Brière devient président et chef de la direction du Groupe Comact, chef de file nord-américain dans la conception et la fabrication d'équipements destinés aux usines de transformation du bois. Cette période est caractérisée par une importante implication dans divers conseils d'administration, dont celui du Conseil de la recherche forestière du Québec, pour lequel il assume la présidence. (Tiré de la biographie de l'Université Laval)

Il a ensuite poursuivi sa carrière à l'Université Laval prendant plus de 17 ans comme doyen de la Faculté en 2000 et ensuite recteur de 2007 à 2017.

Consultez l'article détaillé sur Ulaval nouvelles

Avis de décès

Photo

Concours Chapeau, les filles! et son volet Excelle Science

30 juin 2022

Félicitations aux Lauréates 2021-2022 du concours Chapeau, les filles! et de son volet Excelle Science 2021-2022. Parmis le 67 lauréates, six d'entre elles étudient la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Félicitations aussi à Mir Abolfazl Mostafavi, professeur titulaire au département des sciences géomatiques, qui a reçu le Prix Mentorat en tant que mentor de Élizabeth Dionne, Catherine Gionet Pichette et de Gabrielle Lamarche. 

  • Jeanne Bellavance-Morin
    Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers
    Prix Compétence – Réseau (Ministère de l'Économie et de l'Innovation)
  • Kimberley Bérubé‑Boyle
    Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers
    Prix Information foncière et géospatiale, mines, innovation et transition énergétiques (Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles)
  • Élizabeth Dionne
    Baccalauréat en génie géomatique
    Prix Excelle Science (Ministère de l'Économie et de l'Innovation)
  • Catherine Gionet‑Pichette
    Baccalauréat en génie géomatique
    Prix Excelle Science (Ministère l'Enseignement supérieur)
  • Victoria Levasseur
    Baccalauréat coopératif en génie du bois
    Prix Forêts, Faune et Parcs (Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs)
  • Gabrielle Lamarche
    Baccalauréat en génie géomatique
    Prix Transports (Ministère des Transports du Québec)
Photo

Un fructueux dialogue sur les rivières

23 juin 2022

Pendant six jours, des autochtones et des allochtones ont échangé sur ces grandes étendues d’eau, véritable patrimoine culturel et naturel pour les Premiers Peuples, et ce, depuis des millénaires.

Entre le 14 et le 19 septembre 2021, un séminaire organisé conjointement par la Corporation du Mushuau-nipi et la Chaire de recherche du Canada en patrimoine et tourisme autochtones de l’Université Laval s’est tenu à cet endroit accessible uniquement par hydravion. Pendant six jours, 20 participantes et participants ont partagé leurs réflexions sous une grande tente traditionnelle innue. Il y avait des membres des communautés innue, atikamekw et wendat, ainsi que des professeurs, des professionnels et des étudiants principalement de l’Université Laval. La rencontre s’est déroulée sur le thème «Rivières et relations».

«Ce séminaire nordique visait à ouvrir un dialogue sur les rivières en tant que patrimoine culturel-naturel autochtone, explique Caroline Desbiens, professeure au Département de géographie et titulaire de la Chaire. L’objectif était de réfléchir ensemble à la manière dont on pourrait développer, comme chercheurs, étudiants et membres de communautés autochtones, une approche qui présenterait les grandes rivières nordiques d’abord comme des milieux de vie pour les peuples du Nord et pas uniquement comme une ressource naturelle.»

  • Lire l'article complet sur Ulaval nouvelles
  • Visionner une vidéo sur le séminaire ayant pour thème «Rivières et relations"
Photo

Lancement du livre 100 ans de passion pour la forêt 1921-2021

13 juin 2022

Découvrez l'histoire de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec à travers le nouveau livre "100 ans de passion pour la forêt 1921-2021", écrit par Yves Hébert, historien-consultant. Luc Bouthillier, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt a rédigé la préface et Maude Flamand-Hubert également professeure au même Département a collaboré à la révision historique. Un beau document pour découvrir l'histoire de la profession et par le fait même la formation des ingénieurs forestiers à travers plusieurs images historiques et courts textes.

Pour en savoir plus et le commander

Photo

Polluantes, les bases en Antarctique?

08 juin 2022

Dermot Antoniades, professeur au Département de géographie de l’Université Laval et membre du Centre d’études nordiques, et son équipe ont mené des analyses sur des échantillons provenant de lacs à proximité de bases de recherche en Antarctique, démontrant ainsi l'impact de leurs activités sur les écosystèmes autrement vierges de cette région.

Ces résultats contribuent à conscientiser les occupants des différentes bases – Chiliens, Uruguayens, Argentins… – aux effets de l’utilisation des combustibles fossiles et suggèrent que l’utilisation d’énergies renouvelables non polluantes pourrait prévenir les conséquences négatives que les bases de recherche ou tout autre développement en milieux polaires font subir aux écosystèmes. Ces données peuvent s’appliquer aux régions subarctique et arctique québécoises, où des projets de développement économique sont en cours ou dans les cartons.

Lire le texte pblié à ce sujet sur le site web du Fonds de recherche du Québec

Photo

Tellement bois!

07 juin 2022

Découvrez le blogue Tellement Bois, initié par la Chaire industrielle de recherche sur la construction écoresponsable en bois (CIRCERB), qui vise à sensibiliser l’ensemble des intervenants du secteur de la construction résidentielle, commerciale et institutionnelle des multiples avantages de l’utilisation du matériau bois dans la construction. Vous y découvrirez plusieurs articles sur l'utilisation du bois. Que ce soit pour son côté pratique, écologique, esthétique ou pour sa performance, vous constaterez les nombreuses qualités du bois.

On y traite notamment de:

  • Résilles en bois pour des possibilités architecturales novatrices
  • L’impact d’un design biophilique sur la santé et le bien-être des occupants des bâtiments
  • Le bois comme un allié pour la construction de stades sportifs
  • Le bois comme matériau à faible énergie intrinsèque

Explorez les articles Tellement Bois!

Photo

Monica Gagnier, récipiendaire de la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse

02 juin 2022

Étudiante en dernière année au baccalauréat aménagement et environnement forestiers de l'Université Laval, Monica Gagnier est l'une des récipiendaires de la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse.

Cet honneur est attribué à une étudiante ou un étudiant inscrit dans un établissement d'enseignement supérieur qui en plus d'atteindre les objectifs de son programme d'études se distingue par son implication, son engagement ou son attitude inspirante au sein d'un groupe.

Elle aurait grandement aimé pouvoir être présente à la cérémonie de remise du 29 mai dernier pour la région de la Capitale-Nationale mais elle est présentement en stage d’été en foresterie en Colombie-Britannique.

Monica Gagnier est une personne engagée au sein de sa communauté depuis son plus jeune âge. Déjà, dès l’âge de 8 ans, elle réalise du bénévolat afin d’aider les plus démunis de sa communauté puis poursuit sa mission en sensibilisant les jeunes de son école à l’importance de l’environnement à travers différentes activités et comités, tels que la création d’un mur vert ou encore la participation à l’Envirothon franco-ontarien.

Dès son arrivée à l’Université Laval, elle s’implique auprès de son association étudiante et occupe divers postes qui lui permettent de relever de nombreux défis et soutenir sa communauté universitaire. Elle s’engage aussi au sein de son comité de programme comme membre étudiant afin de maintenir la qualité de celui-ci et d’en assurer un développement optimal. Sa volonté environnementale la pousse aussi à s’investir au sein d’organisme tel que Univert Laval.

Toujours souriante et aimant être près des gens, elle s’est aussi impliquée auprès du café étudiant en devant gérante du P’tit Caaf. Et c’est ce même désir de garder contact et de rapprocher les gens en temps de pandémie et d’isolement qui l’a amenée à mettre sur pied le projet Sous-boilympique alors qu’elle était vice-présidente des affaires sportives au sein de l’Association des étudiants de 1er cycle en environnement, foresterie et génie du bois de l'Université Laval (AEFEUL). Cette compétition amicale, qui a d’ailleurs remporté le prix de Projet parascolaire au gala de la vie étudiante 2021, a permis de faire bouger et interagir plus de 250 membres de la Faculté, qu’il soit étudiant, membre du personnel ou encore de l’équipe de direction.

En plus d’avoir été récipiendaire de l’une des plus importantes bourses d’études canadienne en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques, la bourse d'études Schulich Leader, elle a fait rayonner la Faculté et l’Université en ayant été lauréate 2020-2021 du Prix Forêts, Faune et Parcs - Excelle Science. Elle a aussi été présidente de l’édition 2022 de la Semaine des Sciences forestières : cette initiative étudiante, vieille de plus de 50 ans, se veut autant un média de vulgarisation et d’information pour le grand public que l’occasion de fraterniser entre étudiants, professionnels et gens du grand public.

En analysant le parcours de Mme Gagnier, on comprend que l’engagement fait partie de son ADN. Cette étudiante curieuse et passionnée ne compte plus son temps pour sa communauté : elle a à cœur de rendre son milieu de vie stimulant, dynamique et accueillant, et de partager et faire briller ses intérêts tel que l’environnement et la foresterie.

Photo

Des étudiants gradués en sciences géomatiques finalistes au concours de cartographie rapide de CHC 2022

02 juin 2022

Une équipe formée de trois étudiants gradués du Département des sciences géomatiques (Juzer Noman, Mohamed Ali Ghannami et Willian Ney Cassol) et d'une étudiante au doctorat de l’INRS (Sara Abair) figure parmi les 3 équipes gagnantes du Challenge de cartographie rapide – des données à la carte, organisé dans le cadre de la Conférence hydrographique Canadienne (CHC 2022) qui aura lieu à Gatineau, du 6 au 9 juin 2022.

Le but de ce concours est d'explorer la possibilité de produire des cartes de navigation à la demande pour accélérer la publication de données hydrographiques et ainsi réduire les délais de mise à jour des produits cartographiques. Il consiste, à partir de données ouvertes et de logiciels libres uniquement, à prototyper une chaîne de production cartographique et à la tester sur une zone d’intérêt choisie parmi les sites proposés. 

Le classement final sera révélé lors de la conférence, la semaine prochaine. Chaque équipe recevra un prix en argent et aura l’occasion de présenter sa solution à l’ensemble des participants de la conférence lors d’une session spéciale.

Pour plus d’information sur le défi et sur les équipes gagnantes : Challenge de cartographie rapide.
 

Photo

L'incroyable science derrière les organismes qui vivent à -200 degrés Celcius

13 mai 2022

On trouve bien plus de vie que l'on pense dans les endroits les plus froids de la planète. En entrevue à l'émission radiophonique « Moteur de recherche », Marie Alibert, étudiante au doctorat en sciences géographiques à l'Université Laval, fait le point sur les formes de vie qu'on pourrait trouver dans les endroits les plus froids de la planète. 

Écoutez l'entrevue sur Radio-Canada Ohdio (diffusée le 11 mai 2022)

Écoutez en rattrapage l'émission complète du 11 mai 2022 mettant en vedette d'autres étudiant-e-s du Centre d'études nordiques (CEN).

Photo

Comment cultiver la fibre de la conservation chez les propriétaires de boisé

13 mai 2022

Une étude présentée au 89e congrès de l'Acfas par une équipe associée à la Chaire sur les enjeux sociaux de la conservation précise les pistes qu'il faut suivre pour susciter l'adhésion de ces propriétaires aux efforts de conservation et de mise en valeur des milieux naturels.

Parlvedee Dassachetty, du Département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval, Jean-François Bissonnette, du Département de géographie de l'Université Laval, et leurs collègues de l'Université de Sherbrooke, Adriana Aquilar-Melo et Sophie Calmé, ont sondé 24 propriétaires de boisé privé à ce sujet. Résultats? Les chercheurs ont identifié 49 éléments qui font obstacle à l'intention des répondants de participer aux efforts de conservation et 19 éléments qui favorisent leur engagement à cette cause.

Lire l'article complet sur Ulaval nouvelles

Photo

Offre d'emploi : Professeur ou professeure en première transformation-sciage et usinage (SBF)

12 mai 2022

Milieu de vie privilégié au coeur de la ville de Québec et première université francophone en Amérique du Nord, l’Université Laval est une grande université ouverte sur le monde et reconnue pour sa culture de l’excellence en enseignement et en recherche. Grâce au Département des sciences du bois et de la forêt de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, l’Université Laval est la seule institution universitaire au Québec à offrir des programmes de 1er cycle en foresterie et génie du bois menant à l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec ou à l’Ordre des ingénieurs du Québec. Le Département des sciences du bois et de la forêt est également responsable du baccalauréat intégré multi-facultaire en environnements naturels et aménagés. Il compte 35 professeurs ou enseignants à temps plein, cinq chaires de recherche, trois chaires de leadership en enseignement, un consortium de recherche, deux centres de recherche et plus de 500 étudiants de 1er, 2e et 3e cycles. Les collaborations avec les départements de géographie et de sciences géomatiques, de même qu’avec ceux des autres facultés de l’Université Laval, offrent des opportunités intéressantes de recherche multidisciplinaire.

Description du poste

Conformément à son plan de développement, le Département des sciences du bois et de la forêt est à la recherche d’une professeure ou d’un professeur en première transformation-sciage et usinage. La personne recrutée devra enseigner en français à tous les cycles, appuyer les différents programmes du département, en particulier celui du baccalauréat coopératif en génie du bois, et développer un programme de recherche dans les domaines ciblés. Plus précisément, les activités d’enseignement et de recherche porteront sur les domaines suivants:

  1. Sciage, aménagement d’usine et classement du bois ;
  2. Modélisation, simulation et optimisation du sciage
  3. Usinage du bois ;
  4. Contrôle de qualité et statistiques industrielles ;
  5. Application des approches manufacturières de l’industrie 4.0 à la première transformation du bois (automatisation, robotique, apprentissage profond, etc.).

La tâche comprend :

  1. L’enseignement en français en première transformation du bois et autres domaines connexes aux trois cycles universitaires ;
  2. Le développement de matériel pédagogique et de didactique ;
  3. L’obtention de financement de recherche auprès d’organismes de subvention et partenaires externes pour soutenir ses travaux de recherche ;
  4. La conduite de travaux de recherche et la direction d’étudiantes et d’étudiants de 2e et 3e cycles sur des sujets reliés aux domaines cités ci-haut ;
  5. La participation à des comités départementaux, facultaires, universitaires et multipartites (avec les secteurs privé et public) ;
  6. S’intégrer aux activités du Centre de recherche sur les matériaux renouvelables.

Critères de sélection

  1. Posséder un diplôme de baccalauréat en génie du bois, en génie industriel ou dans une discipline connexe et un diplôme de doctorat d’une université reconnue, ou être sur le point de l’obtenir;
  2. Posséder des compétences particulières en sciage et dans au moins deux autres des domaines énumérés Posséder une connaissance des enjeux reliés à la première transformation, au Québec et ailleurs dans le monde;
  3. Démontrer des aptitudes en pédagogie universitaire et en mobilisation des connaissances ;
  4. Démontrer la capacité d’obtenir le financement nécessaire à sa recherche auprès des organismes subventionnaires publics ou privés ;
  5. Présenter une vision pour le poste en matière de pédagogie universitaire et de recherche et proposer des actions concrètes pour la réaliser ;
  6. Être membre d’un ordre d’ingénieurs canadien reconnu par le Bureau canadien d’agrément des programmes de génie (BCAPG) ou démontrer son éligibilité à le devenir dans un délai d’un an.

Traitement et conditions d’emploi: selon la convention collective en vigueur.

Date prévue d’entrée en fonction: 1er novembre 2022


Valorisant la diversité, l’Université invite toutes les personnes qualifiées à présenter leur candidature, en particulier les femmes, les Autochtones, les membres de minorités visibles et ethniques, et les personnes handicapées. La priorité sera toutefois accordée aux personnes ayant le statut de citoyen canadien ou de résident permanent.

L’université Laval étant une université francophone, l’annexe B de la convention collective stipule que la professeure ou le professeur qui n’a pas le français comme langue maternelle doit, dans un délai prescrit, démontrer une compétence langagière fonctionnelle du français oral et écrit.


Toute personne intéressée est priée de faire parvenir par courriel une lettre d’intérêt, un document d’une à deux pages décrivant sa vision et sa philosophie de l’enseignement universitaire à tous les cycles et de la recherche, un curriculum vitæ incluant une liste de publications et le nom de trois personnes en référence au plus tard le 30 juin 2022 à 17 :00 à :

Directeur
Département des sciences du bois et de la forêt
Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique
Université Laval
Québec (Québec)
Canada G1V 0A6

Téléphone : 1-418-656-2131 poste 407128
Courrier électronique : direction-foresterie@sbf.ulaval.ca

Photo

En ville, les grands arbres sont indispensables

12 mai 2022

Les arbres sont des éléments importants de notre paysage urbain. Avec plus de 50% de la population mondiale vivant en ville, il serait inimaginable de se passer des nombreux services écosystémiques (les bénéfices aux résidents) qu’ils nous rendent. Nous en avons bien eu la preuve dans les mois précédents lorsque les mesures sanitaires étaient des plus restrictives: les parcs urbains ont vu leur taux de fréquentation s’accentuer de façon faramineuse. Et ce n’est pas le fruit du hasard! La présence d’arbres a pour effet de favoriser la santé physique et mentale des individus, et c’est entre autres ce qui peut expliquer le fait que les citadins ont senti le besoin de se retrouver dans des espaces verdoyants.

Lisez l'article d'Alison Munson et d'Anaïs Paré sur le site The Conversation >> 

Photo

Déploiement de l’application DéambUL

06 mai 2022

DéambUL est une Géo-application gratuite, disponible sur Google Play et App Store, qui vous localise sur une carte et qui propose deux grandes fonctionnalités, se déplacer d'un lieu à l'autre sur le campus et découvrir des parcours thématiques, tels que le parcours du développement durable ou des parcours pour découvrir l'art public.

À l'occasion du congrès de l’ACFAS, l’application DéambUL a été déployée pour des premiers tests. Les activités du congrès de l’ACFAS y sont recensées, ainsi que leur horaire. Les parcours thématiques vous proposent de découvrir le campus, via une série de points d’intérêt et tout cela en prenant une marche santé! En plus des activités de l’ACFAS, des arrêts de bus et des services aux étudiants, plus de 10 parcours thématiques sont proposés, venez donc les découvrir, simplement télécharger l’app DéambUL.

Lien Google Play (Android) : https://play.google.com/store/apps/details?id=ca.ulaval.deambul 
Lien App Store (Apple): https://apps.apple.com/us/app/d%C3%A9ambul/id1611209926 

L’application DéambUL a été conçue et développée en quelques mois par une équipe formée de Suzie Larrivée et Jacynthe Pouliot de la FFGG, Stefano Biondo, Martin Ouellet, Alexandre Robert-Tessier de la Bibliothèque (Centre Géostat) ainsi, et surtout, avec le travail d’étudiants de 1er cycle de la faculté dans le cadre de stages de formation (Alexandre Paradis, Marie-Claude Bouchard, Claire Horsin et Marius LeMarechal). De plus, nous soulignons la participation à différents niveaux de Martine Lapointe, Sonia Rivest, Daniel Forget et Julie Ferland et le soutien financier de la faculté FFGG, du département SCG, du centre Géostat et du BVE.  

Ce sont les premiers tests de déploiement qui sont effectués grand public à l’occasion de l’ACFAS. DéambUL est donc toujours en développement, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires. Si les tests lors du congrès de l’ACFAS sont concluants, on souhaite que l’application DéambUL trouve une certaine pérennité dans sa disponibilité à l’Université Laval (ex. nouveaux étudiants, promotion variée d’activités, congrès, etc).

Bon congrès et bonne navigation de l’équipe des DéambULeux!
 

Photo

Les «5 à 7 jasette», 6 avril 2022

05 mai 2022

En ces temps de changements, d’incertitudes, de nouvelles réalités, nous avons senti le besoin de reconnecter nos étudiants et étudiantes en foresterie avec la réalité du terrain. Leur faire connaître les défis actuels, les nouvelles approches et philosophies du monde du travail, nous est apparu essentiel. Une occasion de confirmer des choix de carrière ou de découvrir des milieux de travail stimulants, les «5 à 7 jasette» invitent à la discussion et au partage entre les étudiants et étudiantes de la FFGG et les acteurs du milieu.

La première édition du «5 à 7 jasette», que nous espérons la première d’une longue série, abordait le sujet de l’aménagement forestier durable pratiqué au Québec. Cette édition était davantage orientée vers l’industrie de la récolte et de la transformation du bois. Nos invités, Frédéric Verreault de Nordic, Étienne Vézina de Produits forestiers Résolu et André Gilbert de Boisaco, ont partagé leur point de vue avec les étudiants et étudiantes et ont répondu de manière très sincère et détendue à leurs questions. L’association des étudiants en foresterie et environnement de l’Université Laval (AÉFEUL), sous le mentorat de Mme Nathalie Pratte, ingénieure forestière retraitée et donatrice à la FFGG, est responsable de l’organisation de ces événements. Afin de faciliter le travail de l’animatrice, Anne Bernard, postdoctorante en sciences forestières, l’AÉFEUL avait préalablement posé des questions aux étudiants et étudiantes de la faculté. Leurs réponses ont permis d’enrichir la rencontre et d’amener les participants sur les sujets les plus sensibles et les plus intéressants pour l’auditoire.

Les prochaines éditions du «5 à 7 jasette» permettront aux étudiants et étudiantes de la FFGG de découvrir d’autres milieux, d’autres facettes de la foresterie au Québec. Nous pensons entre autres à la foresterie autochtone et au domaine de la conservation. Toutes les suggestions sont les bienvenues!
 

Photo

Alexis Achim, nommé vice-doyen à la recherche

27 avril 2022

Alexis Achim, professeur-chercheur sera le prochain vice-doyen à la recherche de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) à partir du 1er mai 2022. Il succédera à Jacynthe Pouliot qui occupait ce poste depuis quatre ans. Nancy Gélinas, doyenne de la Faculté a tenu à souligner le travail de restructuration du vice-décanat à la recherche réalisé par Mme Jacynthe Pouliot ainsi que la grande qualité de ses interventions dans différents dossiers lors de son passage comme vice-doyenne à la recherche.

Selon Mme Gélinas, « M. Alexis Achim sera un atout important pour la FFGG, il pourra partager son expérience et accompagner nos chercheurs et chercheuses dans leurs démarches de financement. De plus, ses projets étant déjà à l’interface de la science du bois, des sciences forestières, de la géographie (via la dendrochronologie) et de la géomatique (via le LIDAR), il deviendra rapidement un vecteur d’innovation pour nos trois départements. Son expérience de gestion à titre de directeur du Centre de recherche sur les matériaux renouvelables (CRMR) témoigne de ses compétences pour être à la tête de l'équipe du vice-décanat à la recherche ».

Alexis Achim a obtenu son baccalauréat en aménagement et environnement forestiers de l’Université Laval. Après avoir obtenu un doctorat en sylviculture de la même institution en 2004, il s’est joint à l’institut Forest Research à Édimbourg en Écosse où il œuvrait comme chercheur en biomécanique des arbres et en sciences du bois. Il est revenu à l’Université Laval en 2007 en tant que professeur de sylviculture. Son programme de recherche relie les pratiques forestières à la valorisation du bois en tant que matériau renouvelable « par excellence ». Il a dirigé le Centre de recherche sur les matériaux renouvelables de l’Université Laval de 2017 à aujourd’hui et il a récemment lancé avec plusieurs partenaires à l’échelle canadienne le projet de recherche Silva21 qui vise à adapter la sylviculture à la réalité des changements climatiques. Il est également membre de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec et membre associé au Centre d’étude de la forêt.

 

Photo

Dialogue sur les rivières comme patrimoine culturel et naturel autochtone.

26 avril 2022

La Chaire de recherche du Canada en patrimoine et tourisme autochtones a réuni des membres de la communauté étudiante et de la recherche ainsi que des partenaires, autochtones et allochtones, sur le site du Mushuau-nipi, aux abords de la rivière George en septembre dernier du 14 au 19 septembre 2021. Le séminaire intitulé « Rivières et relations » visait à ouvrir un dialogue sur les rivières en tant que patrimoine culturel-naturel autochtone. Cette rencontre a réuni des membres des premiers peuples Innu, Atikamekw Nehirowisiw, Wendat, ainsi que des personnes allochtones. 

Une vidéo a été produite afin de partager la richesse des échanges qui ont eu lieu et du site du Mushuau-nipi. On y voit notamment, Caroline Desbiens et Justine Gagnon, professeures-chercheuses du Département de géographie et responsables de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine et tourisme autochtones en compagnie de plusieurs autres professeur(e)s provenant d'autres universités. Plusieurs autres interventants partagent leurs propos que ce soit des étudiant(e)s, partenaires, autochtones, etc. 

La Chaire de recherche du Canada en patrimoine et tourisme et autochtones tient à remercier les gardien.nes du territoire ainsi que toute l’équipe du Mushuau-nipi!

Photo

Des projets ingénieux en géomatique réalisés par nos finissantes et finissants.

25 avril 2022

Les finissantes et les finissants au baccalauréat en génie géomatique et à la maîtrise en sciences géomatiques ont présenté le 22 avril dernier, leur projet de fin d'études, d'intervention ou leur mémoire de recherche. Ce fut une excellente occasion de découvrir ce secteur hautement technologique et d'en apprendre plus sur des applications très utiles à différents niveaux dans des domaines diversifiés. Près de 75 participants ont assisté aux présentations que ce soit en présentiel ou en ligne ainsi que des représentants de nos partenaires fondateurs du Fonds de soutien pour la relève en génie géomatique.

L'Association canadienne des sciences géomatiques - section Champlain a également remis une bourse de 250$ à la meilleure présentation selon un vote du public. La récipiendaire est Clémence De Clercq : ÉcoMap: Mise en place d'une base de données accessible en ligne et d'un outil de Géoreporting qui a présenté son projet d'intervention de maîtrise en sciences géomatiques - géomatique appliquée.

Voici les projets et mémoires présentés lors de cet événement:

  • Projet de génie géomatique par William Albert, Elizabeth Dionne, Gabrielle Lamarche, Léa Ly Roussel : Développement des fonctionnalités d'optimisation de l'outil géospatial d'aide à la décision optim-O
  • Projet de génie géomatique par Mohamed Benallegue, Simon Bourgault, Andrey Kalinin, Guillaume Paquet : Automatisation de la vectorisation d'un nuage de points
  • Présentation du projet d'intervention (maîtrise en sciences géomatiques - géomatique appliquée) par Clémence De Clercq : ÉcoMap: Mise en place d'une base de données accessible en ligne et d'un outil de Géoreporting
  • Présentation du mémoire (maîtrise en sciences géomatiques - avec mémoire) par Florian Philippe : Enrichissement de graphes de réclamations en assurance avec des données de contexte géospatiales pour mieux prédire les montants de réclamation
  • Présentation du mémoire (maîtrise en sciences géomatiques - avec mémoire) par Stéphane Voyer-Boutet : Utilisation de méthodes géospatiales et d'apprentissage machine pour accélérer le processus de soumission en assurance commerciale
  • Présentation du mémoire (maîtrise en sciences géomatiques - avec mémoire) par Gilles Barbeau : Le critère des plus hautes marées de mars pour fins de délimitation foncière dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent

Une relève dynamique avec de nombreuses compétences technologiques se dirige maintenant vers le marché de l'emploi ou la poursuite d'études graduées. Nous leur souhaitons une carrière pleine de défis!

Photo

Cérémonie d'engagement de l'ingénieur pour nos finissantes et finissants en génie géomatique et en génie du bois!

19 avril 2022

Félicitations à nos finissantes et à nos finissants en génie géomatique et en génie du bois qui ont reçu leur jonc lors de la cérémonie d'engagement de l'ingénieur au mois de mars dernier. 

Instaurée en 1925 par les fondateurs de la Société des Sept Gardiens inc., la cérémonie d'engagement de l'ingénieur est une tradition canadienne qui sensibilise les finissantes et finissants des programmes en génie aux devoirs associés à leur future profession. Pour symboliser cet engagement, un jonc de fer martelé est remis à chaque aspirante et aspirant ingénieur(e). Son apparence martelée est fort significative puisqu’elle évoque à la fois l’esprit en formation de la ou du jeune ingénieur(e) et les difficultés qu’elle ou il risque de rencontrer durant son parcours professionnel.

Source des photos: Ludovic Gauthier, photographe 

Photo

Dévoilement des récipiendaires des Prix Enseignement et Encadrement de la FFGG.

19 avril 2022

Les Prix Enseignement et Encadrement de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique sont de retour cette année. Pour cette nouvelle édition, les candidatures devaient être soumises uniquement par des membres de notre communauté étudiante. Un comité formé de 6 membres étudiants (1 par association) ainsi qu’un membre du personnel représentant la Faculté ont analysé les candidatures et sélectionné les récipiendaires.

Prix «Enseignement - corps professoral» - Jean-François Bissonnette

Le prix «Enseignement - corps professoral» vise à reconnaître publiquement l’excellence de l'enseignement d'une professeure ou d'un professeur à la Faculté. Pour le concours 2022, le prix a été remis à un membre du corps professoral du Département de géographie. Il s'agit de Jean-François Bissonnette, professeur-chercheur spécialisé en développement durable du territoire et en agroforesterie.  Sa candidature a été soumise par deux groupes d'étudiantes et étudiants au baccalauréat en développement durable du territoire qui ont grandement apprécié sa disponibilité, son habileté à présenter une matière claire et pertinente et son ouverture à l’échange et aux discussions.  Selon ceux-ci, "il verbalise très bien les concepts qui peuvent parfois être plus techniques et complexes. Son travail et ses recherches le passionnent et il transmet cette énergie à travers son enseignement".  

Prix «Enseignement - autre personnel enseignant» - Dominic Toupin

Le prix «Enseignement - autre personnel enseignant»  vise à reconnaître publiquement l’excellence de l'enseignement de la part du personnel enseignant non membre du corps professoral, tel que les responsables de travaux pratiques, responsables de formation pratique, chargé(e)s d’enseignement, chargé(e)s de cours et professionnel(le)s responsables d’un ou plusieurs cours à la Faculté. Dans le cadre du concours 2022, le prix a été remis à un membre du personnel enseignant non membre du corps professoral du Département des sciences du bois et de la forêt. Le récipiendaire est Dominic Toupin qui est chargé de cours depuis de nombreuses années. Selon les étudiants qui ont transmis sa candidature: "il offre des conseils très pertinents en vue de nos futures responsabilités professionnelles et son attitude "terre-à-terre" nous ramène à ce qui est important dans le domaine". De plus, ils ont tenu à souligner son dynamisme même dans le cadre de l'enseignement à distance en raison de la pandémie. Selon eux, "M. Toupin était sans hésitation l'enseignant le plus dynamique. Il savait exploiter le meilleur des plateformes en ligne comme Teams, créer des discussions de support pour les laboratoires, etc. Il a su rendre son cours intéressant et pertinent dans nos apprentissages malgré les circonstances et n'a pas eu peur d'apprendre à maitriser de nouveaux outils pour y parvenir". 

Prix «Encadrement» - Sylvie Daniel

Le prix «Encadrement»  vise à reconnaître publiquement l’excellence de l'encadrement aux cycles supérieurs d'une professeure ou d'un professeur de la Faculté. Pour le concours 2022, le prix a été accordé parmi le corps professoral du Département des sciences géomatiques. Le prix a été remis à Sylvie Daniel, professeure-chercheuse en géomatique et spécialisée notamment en acquisition de données, traitement d’image et réalité augmentée. Six étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs ont appuyé sa candidature. Selon ce groupe, "elle peut être considérée sans doute comme un modèle de professeure vis-à-vis l’encadrement de ses étudiants gradués.  Le dévouement de Sylvie pour la réussite de ses étudiants gradués est remarquable à plusieurs niveaux, dans l’encadrement avec les rencontres hebdomadaires, dans les retours constructifs des documents et dans son ouverture d’esprit concernant les directions à prendre pour les projets de recherche. Sylvie est sans doute une source d’inspiration concernant la recherche scientifique car elle transmet son intérêt personnel à travers chacun des projets et des démarches entreprises par ses étudiants."

À chaque année, une rotation des catégories se fera à travers les 3 Départements et permettra ainsi de mettre en valeur le travail des intervenants autant au niveau de l'enseignement que de l'encadrement. En 2023, le Prix "Enseignement - corps professoral" au sein du Département des sciences géomatiques, le prix "Enseignement - autre personnel enseignant" sera remis dans le Département de géographie et le récipiendaire du prix "Encadrement" sera dans le Département des sciences du bois et de la forêt.

Photo

403 000$ ont été remis en bourses en 2021-2022 à 95 boursières et boursiers

14 avril 2022

La cérémonie des bourses de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) a eu lieu le 13 avril dernier en mode virtuel sous le thème "Honneurs en plein air". Ce fut l'occasion de souligner et d'honorer les 95 boursières et boursiers 2021-2022. Plus de 403 000$ ont été remis en bourses!

La doyenne de la FFGG a tenu à souligner l'engagement et l'excellence des étudiantes et des étudiants dans les trois départements. Elle a également présenté les nouvelles bourses qui ont été créé cette année dont la bourse Belle Audace-Thérèse Sicard, les bourses d'admission en génie géomatique - 1er cycle et les bourses Nathalie Pratte en environnement.

Le retour des Prix Enseignement et Encadrement a également été mentionné et les récipiendaires ont été dévoilés. Notons que les gagnants de ces prix sont entièrement décidés par un jury composé de six représentants étudiants et d'un membre de la direction. Les 3 gagnants étudiants des Prix rayonnement ont aussi été présentés.

Découvrez la Galerie des remerciements où il est possible, à travers de courtes capsules vidéos, d'entendre des membres de notre communauté étudiante qui ont tenu à remercier et à témoigner leur reconnaissance auprès des donatrices et donateurs. https://www.ffgg.ulaval.ca/galerie-remerciements

Photo

Les finissantes et finissants 2022 ont reçu leur jonc de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec.

11 avril 2022

La soirée de remise des joncs d'ingénieur forestier s’est déroulée le 8 avril. C'est un des événements marquants de l'année pour les finissantes et les finissants dans nos programmes d'études menant au titre d'ingénieur forestier. 

Durant cette cérémonie, Moïse Samson, finissant au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers a reçu le prix de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec 2022 pour sa grande contribution et son implication à tous les niveaux tout au long de sa formation en plus de son excellence académique! Moïse aura marqué son passage par ses nombreuses implications au sein de la vie étudiante de la Faculté, notamment au sein de l’association étudiante, où il a été l’instigateur de de nombreuses réalisations.

Frédérique Bergeron également finissante en aménagement et environnement forestiers a reçu le Prix du centenaire 2022 Genium360 - La Personnelle, accompagné d'une bourse de 1 000 $, des mains du directeur général de Genium360, M. Michel Barbier. Frédérique s’est particulièrement démarquée par son implication étudiante au développement et au rayonnement de la profession d’ingénieur forestier, en plus de montrer un parcours académique exemplaire. De par ses grandes qualités personnelles et professionnelles, Frédérique Bergeron est déjà une ambassadrice du Génie forestier québécois.

Évelyne Thiffault, ing.f., professeure-chercheuse au Département des sciences du bois et de la forêt a été l'animatrice de cette soirée qui marque l'accomplissement et le travail acharné des étudiantes et des étudiants tout au long de leur parcours. Martine Lapointe, technicienne experte a quant à elle permis d'immortaliser ce moment grâce à ses superbes photos.

Les partenaires financiers de l'événement sont Genium360, La Personnelle et le CIFQ.

Photo

Yvonne Tremblay inscrite au certificat en tourisme durable est lauréate des Grands prix de la relève en tourisme.

08 avril 2022

Yvonne Tremblay, étudiante au certificat en tourisme durable est lauréate du prix dans la catégorie universitaire – certificat de 1er cycle remis lors des Grands prix de la relève en tourisme de l’Association québécoise de la formation en restauration, tourisme et hôtellerie (AQFORTH).

Elle a réalisé un baccalauréat en science politique à l’Université Laval dans les années 90. Elle est ensuite retournée dans sa région natale, le Kamouraska. Déjà à cette époque, elle avait le goût et la volonté de développer et de dynamiser sa communauté locale et régionale en mettant à profit sa formation, ses expériences de travail et ses implications bénévoles. Elle a été tour à tour, journaliste, libraire, attachée politique et agente de développement. C’est un retour dans le secteur touristique depuis avril 2018, comme agente en tourisme qui lui permet aujourd’hui d’être une relève d’expérience dans le secteur touristique.

Elle réalise depuis 2019, à temps partiel, le certificat en tourisme durable offert par l’Université Laval et pouvant être suivi entièrement à distance. De plus, elle excelle dans son parcours tout en conciliant travail et études en conservant une excellente moyenne de 4,07/4,33. Elle s’implique également comme représentante étudiante dans le comité de programme visant à assurer la qualité et l’amélioration continue de la formation.

Elle est depuis 2021, directrice générale de l’organisme Promotion Kamouraska et gestionnaire du bureau d’information touristique située à La Pocatière ce qui lui permet d’agir directement sur le terrain et de recevoir les touristes durant la période estivale. Cette année encore, tous les préposés à l’information touristique dans l’ensemble de la MRC de Kamouraska recevront une formation afin de sensibiliser les touristes en matière de développement durable. De plus, elle collaborera à l’élaboration d’un nouvel outil des bonnes pratiques en matière de tourisme durable qui sera disponible dans le guide séjour du Kamouraska, sur le nouveau site Internet de Tourisme Kamouraska et sur l’ensemble des sites Internet des municipalités du Kamouraska.

Elle mentionne que « tout porte à croire que depuis deux ans, les Québécois redécouvrent notre territoire, son cadre champêtre et l’accessibilité de ses eaux. La villégiature a été grandement privilégiée par la population depuis 48 mois ainsi que la nature comme cadre d’attractivité. J’ambitionne de faire vivre l’expérience kamouraskoise aux touristes, qui sera respectueuse de la population et de l’environnement, tout en soutenant et promouvant les pratiques durables des entreprises et des intervenants du secteur. Je souhaite mettre en place une vision du développement durable en tourisme via l’offre touristique au Kamouraska. »

L’excellence dans ses études et sa grande contribution dans le secteur touristique font en sorte qu’elle mérite toutes nos félicitations pour l’obtention de ce prix de la relève en tourisme de l’Association québécoise de la formation en restauration, tourisme et hôtellerie (AQFORTH).

Crédit photo: Christian Thériault

Photo

Pascale Marcotte remporte le Prix hommage membre du personnel de l’éducation!

08 avril 2022

Pascale Marcotte a remporté le Prix hommage membre du personnel de l’éducation remis lors du concours des Grands prix de la relève en tourisme de l’Association québécoise de la formation en restauration, tourisme et hôtellerie (AQFORTH).

Mme Marcotte est professeure-chercheuse au Département de géographie de l’Université Laval. Elle enseigne notamment les cours « Création et mise en valeur des attraits touristiques » et « Tourisme et enjeux contemporains ». Elle s’occupe aussi de la supervision et de la coordination pour les stages et les projets d’intégration en tourisme durable. Elle dirige près de 10 étudiant(e)s à la maîtrise et au doctorat et elle est directrice du certificat en tourisme durable.

Les étudiantes Sandra Arruda, Diane Gauthier, Maud Gagné, Mélanie Bellefleur, Mathilde Foy-Legault ont grandement collaboré à la présentation de sa candidature. Selon celles-ci, « Mme Marcotte est une personne accueillante, accessible et souriante auprès d’autrui. Son respect et son écoute la démarquent grandement. C’est une professeure qui est dynamique dans la façon de présenter la matière de ses cours, qui connait et maitrise bien différents sujets en lien avec le tourisme et qui partage les pratiques innovantes dans ce domaine. C’est un art de vulgariser des écrits scientifiques et de transmettre la matière tout en faisant en sorte que les étudiant(e)s soient bien informés et acquiert des compétences utiles et pertinentes tout en s’assurant de leur compréhension ».

Selon ces mêmes étudiantes, elle se montre très disponible, même en temps de pandémie, par visioconférence et par courriels pour répondre aux questions, offrir du support dans la matière et pour donner des rétroactions. « Elle fait preuve d’ouverture et de flexibilité autant dans le choix des sujets pour les travaux scolaires mais aussi lorsque les étudiant(e)s ont des soucis dans leur vie personnelle. Avant même que les étudiant(e)s soient inscrits dans le programme, elle se montre accessible et trouve toujours le temps de répondre avec respect. Elle assure un suivi remarquable de l’admission jusqu’à la fin des études ».

Elles ajoutent également qu’elle sort des sentiers battus dans la façon d’enseigner la matière en tourisme et ne mise pas sur la théorie mais plutôt sur la mise en application concrète des notions vues dans les cours. « La matière qu’elle enseigne porte sur des sujets toujours d’actualité comme le « van life », les campings illégaux, l’après COVID-19 en tourisme, le yoga comme nouvelle pratique de tourisme spirituel pour en nommer que quelques-uns. Elle maitrise également très bien l’enseignement à distance avec des capsules narratives, des interactions favorisant la participation ainsi que des cours en version comodale permettant d’avoir accès à une flexibilité de mode d’enseignement tout en assurant une dynamique d’apprentissage ».

Comme vous pouvez le constater, sa façon d’enseigner est extrêmement appréciée des étudiant(e)s et ceci montre la grande reconnaissance qu’ils ont envers sa contribution à l’éducation de la relève en tourisme durable.

Pascale Marcotte a été très proactive dès son entrée en fonction comme directrice du certificat en tourisme durable et elle a apporté et suggéré des modifications importantes l’année dernière à la structure du programme permettant ainsi une plus grande offre de cours directement liées au tourisme. De plus, elle a grandement contribué à la mise en place de plusieurs écoles d’été au fil des années dont une dans Charlevoix portant sur l'apport du terroir dans l'attractivité des territoires touristiques et dans l'innovation en tourisme et une autre portant sur l’imaginaire touristique des Caraïbes qui s’est déroulée en Martinique. Une troisième école « Tourisme et transformation des territoires » aura lieu du 15 au 20 mai 2022 dans les Cantons-de-l’Est.

Pascale Marcotte est également une chercheuse reconnue qui a su adapter ses recherches rapidement et ainsi traiter de sujets pertinents à l’industrie touristique en temps de pandémie. Pensons notamment au projet « Patrimoine mondial et patrimoine local à l’ère de la Covid-19. L’exemple de Québec » ou « Randonnée pédestre en montagne. Ruée vers l’or vert » ainsi que le séminaire annuel de la Chaire de recherche en partenariat sur l’innovation en tourisme qui a porté sur la recherche en tourisme en temps de pandémie. Elle s’implique aussi au sein du réseau international UNESCO/UNITWIN « Culture-tourisme-développement » et est membre des comités scientifiques des revues Téoros, Études Caribéennes, Récréation et Via Tourisme .

Pascale Marcotte est une professeure flexible, appréciée et accessible qui tente de trouver ce qui convient le mieux pour ses étudiant(e)s. C’est une personne cordiale et bienveillante pour le bénéfice de ses étudiant(e)s. Le Prix hommage membre du personnel de l’éducation met en lumière son dévouement, ses efforts ainsi que la reconnaissance de ses étudiant(e)s envers son travail remarquable.

 

Photo

Plusieurs de nos chercheuses et chercheurs organisent différents colloques dans le cadre du congrès de l’Acfas.

04 avril 2022

Le 89e Congrès de l'Acfas, organisé en collaboration avec l'Université Laval, se déroulera, du 9 au 13 mai 2022 sous le thème Sciences, innovations et sociétés. Une semaine complète d'événements, de colloques et de discussions sur la recherche et les savoirs. Nos chercheuses et chercheurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique proposent plusieurs colloques sous des thèmes diversifiés touchant à la conservation, l'environnement, la géomatique, la foresterie, la transformation du bois, le développement durable, l'immigration et la mobilité. Découvrez les colloques liés à notre Faculté:

 

Pour s'inscrire et consulter la programmation complète

 

 

 

Photo

Intervenante de proximité-nouvelle ressource d'aide à la FFGG

04 avril 2022

Nous souhaitons vous informer que la Faculté de foresterie, géographie et géomatique (FFGG) a maintenant une intervenante de proximité, Geneviève Houde, dans le cadre d’un projet pilote opéré par le Centre d’aide aux étudiants (CAE). Principalement, ce projet vise à offrir à la communauté étudiante des services de soutien psychosocial de proximité dans le but de favoriser leur bien-être psychologique, leur santé mentale et leur réussite scolaire.

Le rôle de Geneviève sera de soutenir les étudiantes et les étudiants qui traversent une période difficile en leur offrant un service d’accompagnement personnalisé et en les orientant, si besoin est, vers les ressources d’aide du campus et les ressources externes. De la même façon, elle pourra soutenir le personnel de la faculté dans la gestion de situations complexes avec les étudiantes et étudiants. Les rencontres avec les étudiantes et les étudiants sont confidentielles, gratuites et sont offertes en présentiel à son bureau ou en visioconférence via TEAM.

"À titre d’intervenante dans l’équipe psychosociale du Centre d’aide aux étudiants (CAE), c’est avec grand plaisir que j’ai intégré votre faculté depuis déjà quelques semaines. Mon rôle vise principalement à offrir des services de soutien et d’écoute aux étudiants afin de favoriser leur bien-être psychologique et leur cheminement scolaire. Les étudiants peuvent directement communiquer avec moi pour bénéficier de rencontres individuelles gratuites et confidentielles à même le pavillon Abitibi-Price au local 1151-C ou par TEAM. Mon rôle consiste également à soutenir et conseiller la direction, l’équipe enseignante ou responsables de stages, le personnel de la gestion des études et les associations étudiantes de la FFGG en cas de besoin.  N’hésitez-pas à faire appel à moi et me référer aux étudiants. La façon la plus efficace et rapide de me contacter est par courriel : Genevieve.Houde@aide.ulaval.ca " 

Elle est disponible généralement entre 8 h30-12h et entre 13h-16h30, du lundi au vendredi. Ses disponibilités sont partagées avec la FSAA. Elle sera présente physiquement à la FFGG les mardis et les jeudis. En cas d’urgence, nous vous invitons à contacter les ressources d’aide disponibles en tout temps: 811, Centre de prévention du suicide (418-683-4588), le Centre de crise de Québec (418-688-4240).

Parfois, d’avoir le point de vue extérieur d’une autre personne sur une situation que l’on vit peut nous aider à prendre une saine distance avec celle-ci. Il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide. Si vous hésitez à la contacter, vous pouvez passer par la coordination du centre ou toute personne de confiance et je pourrai vous référer de façon anonyme.

Photo

Le Département des sciences géomatiques recrute!

31 mars 2022

Le Département des sciences géomatiques de l’Université Laval offre un poste de professeure ou de professeur en positionnement dynamique, cartographie mobile et intégration de capteurs. Ce poste requiert des connaissances fondamentales en géodésie, ainsi que sur les technologies de positionnement et de navigation par satellites de haute précision. Les expertises recherchées réfèrent aux sciences de la mesure et de la caractérisation des formes de la Terre et des fonds marins (géodésie et hydrographie) et du positionnement statique et cinématique en milieu terrestre et maritime, ainsi qu’aux sciences cartographiques permettant de soutenir le développement d’applications de cartographie mobile. Ces sciences constituent le pivot sur lequel s’appuie l’ensemble des disciplines de la géomatique enseignées à l’Université Laval et sont à la base des professions d’arpenteur(e)-géomètre et d’ingénieur(e) en géomatique. Le maintien et l’amélioration de la formation et de la recherche dans ces domaines et l’expertise sous-jacente sont au cœur des priorités de ce poste à pourvoir.

La personne candidate doit démontrer sa capacité à mener des activités de recherche novatrices dans des champs d’applications à fortes retombées comme le développement d’outils et de nouvelles méthodologies reliés à la navigation par satellites de haute précision, ainsi que le positionnement dans des environnements extérieurs et intérieurs à l’aide de différents capteurs. La personne candidate doit également démontrer une bonne connaissance sur l’intégration des différents capteurs faisant partie des systèmes de navigation, notamment les récepteurs GNSS et les centrales inertielles, de même que les techniques permettant leur traitement, notamment les filtres de kalman, lesquels fournissent la géoréférence directe aux images et nuages de points recueillis à partir de plateformes mobiles (véhicules routiers, aériens, navals, souterrains et sous-marins). La personne candidate doit être apte à intégrer ses travaux dans des applications de cartographie mobile.

De même, la personne candidate devra participer aux activités du laboratoire de métrologie-GNSS, notamment celles visant le maintien à jour des équipements. Elle ou il devra être capable de développer une offre de services à la collectivité et de mettre à profit les équipements en place au laboratoire.

La personne sélectionnée pour occuper ce poste assumera des enseignements réguliers aux trois cycles (cours de géodésie, de positionnement et navigation GNSS, d’intégration de capteurs et de cartographie mobile). Elle effectuera de la recherche de pointe, relative aux mesures géodésiques en milieu terrestre et maritime et à l’utilisation des technologies de positionnement et de navigation de haute précision. Elle devra également démontrer une ouverture aux collaborations interdisciplinaires, autant en enseignement qu’en recherche. Elle devra encadrer des étudiantes et étudiants aux trois cycles, développer les moyens nécessaires pour obtenir ses propres financements de recherche, incluant la mise en œuvre de projets de collaboration publique et privée. Elle devra enfin participer aux activités du Département des sciences géomatiques, de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de l'Université Laval. Elle pourra éventuellement être appelée à assumer des enseignements à l’extérieur de son domaine de spécialité, c’est-à-dire dans les autres domaines de la géomatique dans lesquels œuvre le Département.

Pour plus de détails et pour postuler : Poste de professeure ou professeur en positionnement dynamique.

Date limite : 29 avril 2022.

Photo

Deux étudiant(e)s de la FFGG à la finale ULaval du concours Ma thèse en 180 secondes!

22 mars 2022

La Faculté des études supérieures et postdoctorales (FESP) vous invite à assister à la finale virtuelle de l’Université Laval du concours Ma thèse en 180 secondes.

Jeudi 24 mars à 12h en direct sur Youtube.

Parmi les 10 participants : 

Volet francophone : 
Pauline Perbet
Doctorat en sciences géomatiques
Présentation : Traduire l’histoire de la forêt avec l’intelligence artificielle

Volet anglophone :
Zihan Chen
Doctorat en sciences géomatiques
Présentation : Peeling the onion of underground modeling

Les personnes du public seront invitées à poser leurs questions en direct aux finalistes et à voter afin de décerner les prix Coup de cœur. 

La personne gagnante du volet francophone représentera l’Université Laval lors de la finale nationale présentée par l’Acfas le 11 mai prochain. 

La personne gagnante du volet anglophone participera à la finale de l’est du Canada de la Canadian Association for Graduate Studies (CAGS) ainsi qu’à celle de la Northeastern Association of Graduate Schools (NAGS).

Photo

L'urbanisation, un moteur d'évolution pour le trèfle blanc

17 mars 2022

Une étude qui paraît aujourd'hui dans la revue Science montre que les pressions sélectives exercées par l'urbanisation sont en voie de façonner la génétique des populations de trèfle blanc à l'échelle mondiale. Cette démonstration résulte d'une méga-étude, réalisée dans le cadre du Global Urban Evolution Project, qui a exigé la participation de 287 scientifiques des quatre coins du monde, dont Gwylim Blackburn, Anthony Piot et Ilga Porth de l'Université Laval.

Ces chercheurs ont concerté leurs efforts pour échantillonner 110 000 trèfles appartenant à quelque 6100 populations réparties dans 160 villes de 26 pays. Dans chacun de ces sites, les chercheurs ont récolté des trèfles le long d'un gradient d'urbanisation allant du centre-ville jusqu'à la campagne environnante.

Ils ont ensuite mesuré la concentration de cyanure d'hydrogène dans les tissus des trèfles. «Il s'agit d'un composé produit par le trèfle pour se protéger des herbivores. Sa synthèse est contrôlée par deux gènes et il existe une variabilité de ce caractère dans les populations de trèfle. La sélection naturelle peut donc opérer sur ce caractère», explique Ilga Porth, professeure au Département des sciences du bois et de la forêt et chercheuse au Centre d'étude de la forêt et à l'Institut de biologie intégrative et des systèmes.

Les analyses ont montré que dans 47% des villes étudiées, il existe un gradient ville-campagne pour la production de cyanure d'hydrogène chez le trèfle. «La proportion de trèfles qui produisent ce composé est moins élevée en milieu urbain que dans les zones rurales, probablement parce qu'il y a moins de pressions sélectives exercées par les herbivores. En ville, ce sont les stress thermiques et hydriques qui exercent les plus grandes pressions sélectives», avance la chercheuse.

« Si l'adaptation au milieu urbain se généralise, cela pourrait avoir d'importantes répercussions sur les populations et sur les écosystèmes. »

— Ilga Porth

L'urbanisation transforme les habitats naturels et ruraux en écosystèmes où la biodiversité est mise à l'épreuve comme jamais auparavant, poursuit la chercheuse. «Si l'adaptation au milieu urbain se généralise, cela pourrait avoir d'importantes répercussions sur les populations et sur les écosystèmes.»

Pour les scientifiques du Global Urban Evolution Project, cette publication n'est qu'un début, souligne la professeure Porth. «Les efforts concertés des dizaines d'équipes impliquées dans le projet à travers le monde a créé un jeu de données énorme qui sera étudié durant plusieurs années encore.»

Source: L'urbanisation, un moteur d'évolution pour le trèfle blanc, Ulaval nouvelles, Jean Hamman

Photo: SUPPORTSTORM

Photo

Un important programme de partenariat en génomique pour mieux adapter les forêts aux changements climatiques

10 mars 2022

L’Université Laval annonce aujourd’hui un important programme de partenariat en génomique forestière qui permettra d’accélérer la sélection de variétés d’épinettes plus résistantes aux changements climatiques et capables de stocker davantage de CO2. Le projet baptisé FastTRAC II (Tests rapides pour l’amélioration des arbres) bénéficiera d’un financement de 6,15 M$ de la part de Génome Canada et de Génome Québec.

« Les changements climatiques représentent un défi majeur pour les secteurs forestiers canadien et québécois », rappelle le responsable du projet, Jean Bousquet, professeur à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et à l’Institut de biologie intégrative et des systèmes de l’Université Laval. « La sélection et la production de variétés améliorées d’arbres pour le reboisement à l’aide de techniques génétiques traditionnelles prennent jusqu’à 30 ans et ne peuvent suivre le rythme actuel des changements climatiques. C’est pourquoi il devient urgent d’appliquer des technologies qui, en mettant à profit de nouveaux outils génomiques, permettront de sélectionner beaucoup plus rapidement des variétés mieux adaptées aux nouvelles réalités climatiques », continue le professeur Bousquet, qui est aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique forestière.

Le professeur Bousquet et son équipe concentreront leurs efforts sur l’épinette noire et l’épinette rouge, qui comptent parmi les espèces de conifères les plus reboisées au Québec et dans les Maritimes avec 100 millions d’arbres plantés annuellement. Ils chercheront à en améliorer les caractéristiques liées à la productivité, notamment la biomasse de bois de qualité et la séquestration du carbone, ainsi que celles liées à la résilience, telle l’adaptation aux épisodes de sécheresse qui deviennent plus fréquents en raison des changements climatiques.

Le projet de partenariat sera mené avec de nombreux organismes qui gèrent des programmes d’amélioration, de reboisement et de conservation de la diversité génétique des épinettes, notamment le Service canadien des forêts, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, le Centre canadien sur la fibre de bois, le ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick et celui de la Nouvelle-Écosse ainsi que la firme J.D. Irving Ltd.

« Il faut préparer dès aujourd’hui les forêts qui existeront dans un demi-siècle. FastTRAC II fournira directement aux praticiens forestiers en charge de programmes de reboisement d'épinettes dans l’Est du Canada de nouveaux outils génomiques qui amélioreront de façon concrète leur capacité à adapter plus rapidement leurs variétés de reboisement aux changements climatiques », conclut le professeur Bousquet.

Source :

Équipe des affaires publiques
Université Laval
418 656-3355
medias@ulaval.ca

 

Photo

La Campagne Communauté ULaval 2022 est officiellement lancée à la FFGG!

01 mars 2022

Cette campagne sera à l'image de notre communauté: ambitieuse, engagée et solidaire. Visionnez la capsule de lancement de la Fondation de l'Université Laval et découvrez l’audace de nos équipes à réaliser de grands projets. Du 21 février au 30 avril, les membres du personnel employé et retraité de l’Université Laval sont invités à appuyer leur communauté et à contribuer à la campagne!

Découvrez plus spécifiquement les objectifs de la campagne CCU pour la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (.pdf), les retombées, des témoignages ainsi que les différents Fonds. Nous vous invitons également à visionner la capsule vidéo de la doyenne, Mme Nancy Gélinas dans laquelle elle vous invite à poser un geste concret et à contribuer à notre relève.

Parce qu’ensemble, nous allons bien plus loin!

Faites un don!

Photo

De nouvelles formations en ligne pour mieux comprendre les réalités autochtones

25 février 2022

Lors de la première partie du cours FOR-4045, «Introduction à la foresterie autochtone», les étudiants ont eu la chance unique d’avoir Alexandre Bacon comme chargé de cours, et de pouvoir compter sur ses talents de communicateur et de pédagogue. Ils ont eu le plaisir d’expérimenter ses toutes nouvelles formations en ligne permettant de mieux comprendre les réalités autochtones. Alexandre a utilisé une approche d’enseignement dynamique et interactive qui combinait l’utilisation de capsules vidéo, des périodes de question et d’échange ainsi qu’une évaluation des connaissances acquises. Le fil conducteur de ses formations s’articule autour de thématiques, tels que 1) connaître les perspectives autochtones sur l’histoire canadienne et 2) travailler efficacement avec les peuples autochtones.

Innu de Mashteuiatsh, Alexandre Bacon a travaillé comme conseiller stratégique auprès de plusieurs organisations, plus particulièrement dans le domaine de la gouvernance. Il agit souvent à titre de facilitateur dans les rencontres réunissant Premières Nations et organisations canadiennes et offre régulièrement plusieurs formations portant sur l’histoire et les réalités sociales et politiques actuelles. Ses formations visent à outiller concrètement les individus qui souhaitent aller plus loin dans leur compréhension des enjeux et dans la justesse de leurs interventions. (Tiré de https://ashukan.co)

Allez lire les témoignages et les messages de remerciement reçus de la part des étudiants dans le cours d'Introduction à la foresterie autochtone (Hiver 2022) >>

Photo

La grue du Canada en montée au Québec

24 février 2022

Bien installé dans l'ouest de la province, ce grand échassier continue sa progression vers l'est, au grand dam des producteurs de céréales. Les effectifs de la grue du Canada ont connu une croissance soutenue au Québec au cours des deux dernières décennies et les habitats propices à la nidification de cette espèce sont loin d'être saturés. Il faut donc s'attendre à ce que cette croissance se poursuive, une nouvelle qui risque de déplaire aux producteurs de céréales aux prises avec ce grand échassier qui fait le plein dans leurs champs pendant les migrations automnales.

Voilà ce qui se dégage d'une étude publiée dans The Journal of Wildlife Management par une équipe de l'Université Laval et du Service canadien de la faune. Ces chercheurs ont documenté l'extension d'aire de la grue du Canada en sol québécois entre 2004 et 2019, en plus de préciser les caractéristiques de l'habitat recherché par cette espèce pendant la nidification.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont fait appel à trois sources de données: les inventaires par hélicoptère réalisés annuellement par le Service canadien de la faune, l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec et eBird, la base de données du Cornell Lab of Ornithology et de la National Audubon Society.

À noter que ces deux dernières sources compilent des observations effectuées bénévolement par des ornithologues de tout calibre. «Les données provenant de la science citoyenne comportent une certaine part d'incertitude, mais elles fournissent tellement d'information qu'elles nous permettent d'améliorer nos estimations», commente l'un des auteurs de l'étude, Marc Mazerolle, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt et chercheur au Centre d'étude de la forêt de l'Université Laval.

Lisez l'article complet de Jean Hamann sur ULaval nouvelles >>

Photo de Marlin Green / Pixabay

Photo

Quand les arbres vous tombent sur la tête

23 février 2022

Dans un article paru dans La Presse, Martin Simard, professeur-chercheur au Département de géographie et membre du Centre d'études de la forêt présente les risques possibles des arbres dans le cadre de la randonnée pédestre dans des boisés largement fréquentés. Voici quelques extraits de l'article en lien avec ses propos:

"Évidemment, ce ne sont pas tous les arbres et toutes les branches qui risquent de nous tomber sur la tête. "Ça dépend de la taille de l’arbre", souligne Martin Simard, professeur au département de géographie de l’Université Laval et membre du Centre d’études de la forêt. "Plus il est gros, plus il a des chances de tomber. Ça dépend de son exposition au vent, mais aussi de son état de décomposition. Plus il est vieux, plus il a des caries [des champignons qui peuvent dégrader le bois], plus il a des chances de tomber."

Il y a beaucoup de ces gros arbres affaiblis dans les vieilles forêts, mais aussi dans des forêts qui ont connu des perturbations, comme des infestations d’insectes ou des incendies.

"Ce qu’on veut faire, c’est limiter notre exposition, un peu comme en montagne, on cherche à limiter son exposition aux avalanches, commente M. Simard. Quand il y a de forts vents, il faut se poser la question : est-ce que je devrais aller faire de la randonnée ?" [...]

Il y a un autre péril qui guette les randonneurs insouciants : il ne faut jamais s’appuyer sur un arbre. "On ne lève pas nécessairement la tête pour voir s’il est mort, indique Martin Simard. Parfois, il a de l’écorce, on ne voit pas qu’il est mort. La petite poussée qu’on va donner, ça peut faire en sorte que l’arbre tombe. " Le secouer pour vérifier s’il est mort est encore pire. "Il n’y a rien de plus dangereux, affirme-t-il. C’est la tête de l’arbre qui est le point le plus fragile. Une branche peut se détacher et descendre à une bonne vitesse."

Lisez l'article complet paru sur La Presse par Marie Tison

Photo

Projet ExPan : Partagez-nous les effets de la pandémie sur votre vie

18 février 2022

Projet: ExPan - Vulnérabilité, résilience et transition universitaire de la communauté étudiante en période de pandémie

Nous sommes présentement à la recherche d’étudiantes et d’étudiants inscrits au 1re cycle à l’Université Laval pour participer à un projet de recherche.

Objectif de l’étude :

  • Décrire l’expérience pandémique (actuelle et rétrospective) de la communauté étudiante inscrite au premier cycle à l’Université Laval en considérant les effets collatéraux sur la santé, l’éducation, le travail, la vie sociale et la famille.

Critères d’admissibilité :

  • Être une étudiante ou un étudiant inscrit au 1re cycle à l’Université Laval;

Implications :

  • Répondre à un questionnaire d’ici les 30 prochains jours (durée d’environ 40 minutes).

Compensations :

  • En participant au projet, vous pourriez gagner l’une des 13 cartes cadeaux de 100$ de la COOP Zone.

Si vous désirez participer, il suffit de cliquer ici afin de vous créer un compte PULSAR et ainsi avoir accès au formulaire de consentement et au questionnaire du projet.

Pour toutes questions, communiquez avec l’équipe de recherche aux coordonnées suivantes :
(418) 656-2131 poste 404005     projetexpan@fsaa.ulaval.ca

Cette recherche est sous la direction de Simon Larose et est co-dirigée par Adèle Garnier, Catherine Mercier, Chantal Desmarais, David Litalien, Geneviève Lessard, Jean-Philippe Drouin-Chartier, Jessica Darveau, Laure Saulais, Myriam Gauthier et Simon Colombe, tous chercheurs à l’Université Laval.

Partenaires :  Centre d'aide aux étudiants, Coop Zone

Ce projet a été approuvé par le Comité d’éthique de la recherche de l’Université Laval (No d’approbation 2021-298 / 11-01-2022).

Photo

Félicitations aux participants du concours facultaire Ma thèse en 180 secondes – Édition 2022!

17 février 2022

Le 15 février se tenait le concours facultaire Ma thèse en 180 secondes en format virtuel! Nous tenons à féliciter l’ensemble des participantes et participants qui se sont prêtés au jeu, qu’ils soient membres de la communauté étudiante ou du corps professoral, car cela prend beaucoup de courage et de préparation pour relever un tel défi! Merci aussi à celles et ceux qui ont contribué à l’organisation de l’événement, à l’animation et au jury. Enfin, merci au public enthousiaste qui est venu encourager nos participantes et participants. Nous vous remercions chaleureusement pour votre engagement dans la vie facultaire !

Voici les récipiendaires des prix de 180$ du concours 2022 :

  • 1er Prix volet francophone – Bourse CRDIG : Pauline Perbet (FFGG-CRDIG)- Traduire l’histoire de la forêt avec l’intelligence artificielle. Pauline est étudiante au doctorat en sciences géomatiques sous la direction de Martin Béland.
  • 1er Prix volet anglophone – Bourse CEF : Varvara Vladimirova (FSG-CEF) – Can caribou prediction models facilitate other conservation strategies? Varvara est étudiante au doctorat en biologie sous la direction de Daniel Fortin.
  • Prix coup de cœur du public – Bourse CRMR : Luc Girompaire (FFGG-CRMR) – Place au bois apparent! Luc est étudiant à la maîtrise en génie du bois et des matériaux biosourcés sous la direction de Christian Dagenais.

Zihan Chen (FFGG-CRDIG) représentera la FFGG lors de la finale institutionnelle UL du volet anglophone du concours Ma thèse en 180 secondes en vue de représenter l’Université Laval à la finale de l’Est du Canada.

Pauline Perbet (FFGG-CRDIG) représentera la FFGG lors de la finale institutionnelle UL du volet francophone en vue de participer au concours « Ma thèse en 180 secondes » de l’Acfas.

Comité organisateur MT180s FFGG

Congratulations to the participants of the My thesis in 180 seconds – 2022 Edition!

On February 15, the My thesis in 180 seconds virtual competition was held! We would like to congratulate all the participants who took part in the game, whether they are members of the student community or faculty, because it takes a lot of courage and preparation to take up such a challenge! Thank you also to those who helped organize the event, hosted it and serve as judges. Finally, thank you to the enthusiastic public who came to encourage our participants. We thank you warmly for your commitment to faculty life!

Here are the winners of the $180 prizes of the 2022 competition:

  • 1st Prize – Francophone Section – CRDIG Scholarship: Pauline Perbet (FFGG-CRDIG) – Traduire l’histoire de la forêt avec l’intelligence artificielle. Pauline is a doctoral student in geomatics under the supervision of Martin Béland.
  • 1st Prize – CEF Scholarship: Varvara Vladimirova (FSG-CEF) – Can caribou prediction models facilitate other conservation strategies? Varvara is a PhD student in biology under the supervision of Daniel Fortin.
  • People’s Choice Award – CRMR Grant: Luc Girompaire (FFGG-CRMR) – Place au bois apparent! Luc is a master’s student in wood and bio-based materials engineering under the supervision of Christian Dagenais.

Zihan Chen (FFGG-CRDIG) will represent the FFGG at the UL institutional finals of the English-language component of the My Thesis in 180 Seconds competition in order to represent Université Laval at the Eastern Canada finals.

Pauline Perbet (FFGG-CRDIG) will represent the FFGG at the UL institutional finals of the French-language component in order to participate in the Acfas “Ma thèse en 180 secondes” competition.

Organizing FFGG MT180s Committee

Photo

Un nouvel outil pour valoriser la biomasse forestière

25 janvier 2022

À Québec, l’écoquartier la Cité Verte se chauffe à la biomasse. Il est la preuve qu’un système de chauffage qui repose sur la bioénergie, utilisant des résidus du secteur forestier (branches, houppiers, écorce, sciure…), est possible en milieu urbain. Pour atteindre les cibles établies par la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec en matière de réduction de l’utilisation des produits pétroliers et des émissions de gaz à effet de serre, les municipalités doivent en effet se tourner vers les bioénergies. Pourtant, des projets comme celui de la Cité Verte restent rares, même dans les milieux ruraux avoisinant les ressources forestières.

Selon les travaux d’Évelyne Thiffault, professeure et chercheuse au Département des sciences du bois et de la forêt de l’Université Laval, et de son équipe multidisciplinaire, l’utilisation de la biomasse forestière pour le chauffage n’a pas encore atteint son plein potentiel. La technologie est rentable et a fait ses preuves, mais la chaîne d’approvisionnement fait défaut. Il y a notamment un manque d’expertise et de connaissances non seulement pour assurer la qualité de la biomasse – par exemple, avoir le bon taux d’humidité –, mais aussi pour l’amener jusqu’à l’utilisateur.

L’équipe de recherche a donc conçu un outil diagnostique pour soutenir les projets de valorisation de la biomasse forestière, constituée de résidus de coupes forestières, des restes de scieries ou encore de résidus de construction. L’outil a été testé avec la Communauté métropolitaine de Québec : des décideurs peuvent analyser, par exemple, les impacts possibles du remplacement du système au mazout particulièrement polluant d’un aréna par différentes options de bioénergie, et ce, selon l’angle environnemental, économique et social.

Cet outil informe également les gestionnaires sur les avantages de la bioénergie, qui est la forme d’énergie renouvelable la plus polyvalente : elle peut être employée sous forme liquide pour le transport (biocarburant), ou sous forme gazeuse (biogaz) ou solide (copeaux) pour le chauffage. La conversion énergétique de la biomasse en chaleur est par ailleurs plus efficace que les autres sources d’énergie.

Évelyne Thiffault et ses collègues s’affairent maintenant à élaborer un autre outil qui permettra de comparer la bioénergie à d’autres énergies renouvelables.

Source: Fonds de recherche nature et technologies

Photo

Nouveau programme de bourses Perspective Québec pour les étudiant(e)s en génie géomatique

11 janvier 2022

Un nouveau programme de bourses incitatives sera disponible pour les étudiantes et étudiants québécois inscrits à temps plein dans plusieurs programmes d’études dans les cégeps, collèges privés et universités du Québec, dès la session d’automne 2022. Le programme de baccalauréat en génie géomatique fait partie des programmes ciblés.

Ce nouveau programme de bourses vise à augmenter le nombre de personnes qualifiées dans les professions priorisées par le gouvernement, en déficit de main-d’œuvre dans des secteurs stratégiques pour l'économie (génie et technologies de l'information) et des services publics essentiels (santé, éducation, services de garde éducatifs à l'enfance).

Les étudiantes et étudiants québécois inscrits à temps plein dans les programmes de formation ciblés menant à l’obtention d’un diplôme dans les domaines prioritaires seront admissibles, qu’ils soient au début de leur cheminement, au milieu ou à la fin.

Un montant de 2 500$ sera remis aux étudiantes et étudiants après chaque session réussie à temps plein pour un total de 20 000 $ pour un programme de quatre ans comme celui en génie géomatique.

L’ingénieur en géomatique est un expert des technologies de positionnement GPS, des bases de données géospatiales, des images satellites, de la cartographie sur Internet, de la réalité augmentée et de la modélisation 3D. Il permet d’obtenir de l’information de haute précision essentielle à la protection de l’environnement, à la construction d’ouvrages d’ingénierie, au suivi de la santé des populations, à la sécurité publique, etc. Le secteur d’activité de ce domaine connaît une croissance accélérée et ses domaines d’application se multiplient. Vous serez un ingénieur recherché dans un secteur en constante évolution.

Découvrez tous les détails de ce nouveau programme de bourses Perspective Québec.

Photo

Contribution de 500$ à la Brigade de Noël grâce aux sapins remis à la Fondation sourdine

07 janvier 2022

Les petits sapins naturels provenant de la Forêt Montmorency de l'Université Laval qui ont trouvé preneurs ont permis d'amasser 500$ pour la brigade de Noël de la Fondation Sourdine et de l'École oraliste de Québec pour enfants malentendants ou sourds.

La Brigade de Noël a permis de fournir de l'aide alimentaire sous forme de paniers de Noël remplis de denrées et de petites douceurs pour 45 personnes cette année. De plus, un Fonds d'aide pour des familles dans le besoin dont l'enfant fréquente l'École oraliste de Québec pour enfants malentendants ou sourds permet de combler certains besoins essentiels. Ceci permet notamment de fournir des repas complets du midi, des collations, de l'aide aux devoirs, des activités parascolaires, etc. 

Grâce aux PARTENAIRES engagés; dont la Fondation Maurice-Tanguay , Familiprix , Délecta, la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et la Forêt Montmorency, une valeur de plus de 5 000$ a été offerte en biens!

De plus, grâce à plusieurs DONATEURS; près de 3 000$ ont été amassés en 6 semaines en plus de 500$ de vente de sapins de Noël de la Forêt Montmorency.