Actualités

Photo

Des millions pour la génomique forestière

09 décembre 2016

Trois projets en génomique forestière codirigés par des chercheurs de l’Université Laval viennent d’obtenir du financement de Génome Canada, de Génome Québec et de leurs partenaires. Ces projets font partie des 13 grands projets en génomique de l’environnement et des ressources naturelles, totalisant des investissements de 110 M$ en espèces et en services, qui ont été annoncés par le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec le 8 décembre à Montréal. 

L’équipe dirigée par Jean Bousquet, du Département des sciences du bois et de la forêt, et Joerg Bohlmann, de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), disposera d’un budget de 10,5 M$ pour mener le projet Spruce-up. Les travaux antérieurs de ces chercheurs ont permis de consolider les programmes d’amélioration génétique des épinettes blanches destinées au reboisement au Canada. «Nous allons poursuivre nos recherches afin de développer des lignées d’épinettes mieux adaptées aux nouvelles conditions environnementales créées par les changements climatiques, explique Jean Bousquet. Nous allons surtout travailler sur la résilience des arbres, leur capacité à résister aux maladies, aux insectes et à la sécheresse, de même que sur leur productivité et leur capacité de fixer le CO2.» Rappelons que plus de 400 millions de semis d’épinettes sont plantés chaque année dans les forêts canadiennes, ce qui en fait la principale essence visée par les opérations de reboisement au pays.

Par ailleurs, le projet BioSAFE, qui a reçu un appui de 8,7 M$, sera codirigé par Ilga Porth, du Département des sciences du bois et de la forêt, Cameron Duff, de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, et Richard Hamelin. Ce dernier est chercheur à Ressources naturelles Canada, mais il est aussi professeur invité au Département des sciences du bois et de la forêt de l’Université Laval et professeur à UBC. Les travaux de cette équipe porteront sur les espèces exotiques envahissantes qui peuvent causer de graves dommages aux arbres des forêts et des milieux urbains du Canada. «Les outils génomiques que nous allons développer pourront être utilisés, entre autres, dans les ports parce que ces espèces se retrouvent souvent à bord de bateaux, notamment dans le bois des caisses de marchandises, souligne Ilga Porth. Ils pourront aussi servir dans les pépinières pour repérer les jeunes arbres infectés par les champignons pathogènes.» Les chercheurs concentreront leurs efforts sur quatre espèces particulièrement problématiques au Canada: le longicorne asiatique, la spongieuse asiatique, le champignon causant la maladie hollandaise de l’orme et le champignon responsable de l’encre des chênes.

Lisez la nouvelle sur Le Fil
Texte de Jean Hamann​, Le Fil, Volume 52, numéro 13 | 8 décembre 2016 
Photo de Michel Rioux