Actualités

Photo

La richesse de la forêt Montmorency

20 février 2018

Située à 70  km au nord de Québec, la forêt Montmorency est, depuis son affiliation à l’Université Laval en 1964, un lieu d’excellence pour l’enseignement, la recherche et l’éducation du public. Considérée comme la plus grande forêt universitaire au monde, avec ses 412  km2, elle stimule l’intérêt des petits et des grands grâce à son cadre enchanteur et à la richesse de sa biodiversité. Quant aux diplômés qui y ont reçu une partie de leur formation, ils conservent un grand attachement à cet espace naturel.

Au début de 2016, la Forêt Montmorency a lancé une vaste initiative de modernisation de ses infrastructures d’exploitation, d’accueil et de recherche afin d’assurer la continuité de ses missions et d’accroître sa capacité d’innovation. Dans ce contexte, la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) a créé le Fonds de la Forêt Mont­morency, recueillant les dons de ceux et celles qui souhaitent soutenir ce projet et exprimer leur attachement à la forêt.

(Extrait de l'article de Catherine Gagné paru dasn le magazine Contact)

Lire le texte intégral>>
 

Photo

Les filles et les sciences!

15 février 2018

Vous aimeriez en savoir davantage sur l’état de la situation des femmes en science au niveau mondial et connaître diverses initiatives pour promouvoir et améliorer l’accès des femmes aux sciences? L’Unesco a justement créé une page spéciale sur ce sujet! De plus, pour inciter les filles à faire carrière en sciences, la journée d’activités «Les filles et les sciences, un duo électrisant!» aura lieu le 24 février au pavillon Alexandre-Vachon. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique sera présente à l’événement pour parler des professions en géomatique.

Pour en savoir plus et pour lire l'intégralité du texte paru dans lefil >>

Photo

Article dans lefil sur les recherches d'André Desrochers: «Le lièvre est en retard »

13 février 2018

Choisir la file d’attente dans laquelle nous nous installons au supermarché est un exercice stratégique. La caisse rapide, qui semble souvent l’option la plus intéressante, devient moins attrayante si 10 personnes y font le pied de grue. Entre une file qui compte 1 personne et une autre qui en a 3, on préférera la première, à moins que la personne qui s’y trouve ait plus de produits dans son panier que les trois autres clients réunis. Et on n’hésitera pas à revoir ses plans si une file avance plus rondement que la nôtre. Bref, chacun y va de ses trucs pour choisir la file dans laquelle il vaut mieux se trouver. Les lièvres font inconsciemment des calculs similaires quand vient le temps de choisir entre différents habitats, sauf que, dans leur cas, la réponse aux changements de leurs effectifs n’est pas instantanée, comme la nôtre au supermarché, mais elle s’échelonne sur au moins un an. C’est ce que démontrent Toshinori Kawaguchi et André Desrochers
, du Département des sciences du bois et de la forêt et du Centre d’étude de la forêt, dans un récent numéro de la revue PLOS ONE.

Extrait de l'article de Jean Hamann paru dans lefil. Lisez l'intégralité du texte  >>
 

Photo

«Le génie qui touche du bois»

02 février 2018

Le génie du bois à fêté ses quinze ans en 2017. La revue PLAN de l’Ordre des ingénieurs du Québec souligne cet anniversaire en résumant trios grandes étapes de l'évolution de cette discipline. Lisez le texte de J.-P. Gilbert (résumé par François Rouleau).

Extrait de la revue PLAN, Volume LIV Numéro 7, Janvier-Février 2018