Actualités

Photo

5 lauréates de la FFGG au concours Chapeau les filles - volet excelle science 2019-2020

30 septembre 2020

  • Mélanie Pelletier, étudiante au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers, a remporté le prix Stage dans un laboratoire en France. Ce prix d’une valeur de 5 000$ a été octroyé par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ).
  • Camille Bélanger, étudiante au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers, a remporté le prix Excelle Science d’une valeur de 2 000 $. Ce prix a été octroyé par le ministère de l'Enseignement supérieur.
  • Frédérique Bergeron, étudiante au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers, a remporté le prix Forêts, Faune et Parcs d’une valeur de 2 000 $. Ce prix a été octroyé par le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
  • Vickie Bourque, étudiante au baccalauréat coopératif en opérations forestières, a remporté le prix Excelle Science d’une valeur de 2 000 $. Ce prix a été octroyé par le ministère de l'Enseignement supérieur.
  • Evelyne Thiffault, professeure agrégée au Département des sciences du bois et de la forêt et mentore de Camille Bélanger, qui a remporté le prix Mentorat pour le volet universitaire.

Des filles qui sortent des sentiers battus (Ulaval nouvelles)

Consulter la liste complète des lauréates du concours

Photo

Création de la Chaire industrielle du CRSNG sur les systèmes d’approvisionnement forestier intelligents

23 septembre 2020

L’Université Laval annonce la création de la Chaire industrielle du CRSNG sur les systèmes d’approvisionnement forestier intelligents. Les travaux de cette chaire viseront à améliorer la compétitivité de l'industrie canadienne des produits forestiers en renforçant sa capacité à prélever de manière responsable et durable la matière première pour répondre précisément et en temps voulu aux demandes du marché.

«Le système d’approvisionnement forestier englobe de nombreux participants à chacune des étapes de création de valeur, de la récolte à la vente en passant par le transport, la transformation et le recyclage», explique le titulaire de la Chaire, Luc LeBel, directeur du Consortium de recherche FORAC et professeur à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval. «Chaque étape de ce système génère de grandes quantités de données et d’informations qui, si elles étaient traitées et partagées de façon optimale, assureraient une meilleure agilité et une plus grande efficacité de l’ensemble du système d’approvisionnement. C’est sur quoi nous comptons travailler au sein de cette chaire, en mettant à profit des concepts et des outils issus de l’Industrie 4.0.»

Lisez l'article complet sur Ulaval nouvelles

Consultez la fiche sur la Chaire industrielle du CRSNG sur les systèmes d’approvisionnement forestier intelligents

Photo

Bienvenue aux nouvelles professeures et aux nouveaux professeurs de la Faculté.

15 septembre 2020

Découvrez les nouvelles professeures et les nouveaux professeurs de la Faculté! De nouveaux visages et de nouveaux experts à découvrir! Écosystèmes et cycle de l'eau des milieux naturels et perturbés, géographie culturelle et études autochtones. migrations internationales, géomorphologie, changements environnementaux dans les milieux aquatiques, opérations forestières numériques et  aménagement intégré des forêts, les expertises sont variées!
 

Marc-André Bourgault

Marc-André Bourgault est professeur adjoint au Département de géographie. Il s'intéresse à l'interaction entre les écosystèmes et le cycle de l'eau des milieux naturels et perturbés. Au cours des dix dernières années, ses recherches l'ont amené à approfondir ses connaissances sur la capacité des écosystèmes à emmagasiner les eaux pluviales, les eaux de surface et les eaux souterraines. Ces connaissances nous permettent, entre autres, de protéger les écosystèmes ainsi que les sources d'eau potable, d'aménager le territoire de façon résiliente aux changements climatiques et de profiter des services que peuvent rendre les écosystèmes pour réduire la vulnérabilité aux risques hydroclimatiques tels que les sécheresses et les inondations.
Découvrez sa biographie complète.
Découvrez sa fiche de professeur au Département de géographie

Justine Gagnon

Justine Gagnon est professeure adjointe au Département de géographie de l'Université Laval et membre de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine et tourisme autochtones. Ses travaux et intérêts de recherche, au croisement de la géographie culturelle et des études autochtones, l'ont amenée à collaborer avec diverses Premières Nations à travers le Canada. Après avoir terminé une maîtrise en géographie à l'Université du Québec à Montréal (2012), portant sur l'accès à la propriété privée sur le territoire de la nation Nisga'a et l'expression contemporaine de ses territorialités, elle a poursuivi des études doctorales en géographie à l'Université Laval (2019). Elle s'est alors intéressée au rôle de la mémoire comme vecteur de continuité culturelle en contexte de grand bouleversement environnemental, puis au paysage comme archive, porteur d'une multiplicité de voix et de récits. Sa recherche, menée en partenariat avec la communauté innue de Pessamit, visait ainsi à faire état d'une continuité d'occupation sur les territoires inondés ou transformés par le développement hydroélectrique. 
Découvrez sa biographie complète.

Adèle Garnier

Adèle Garnier est professeure adjointe au Département de géographie de l'Université Laval. Ses recherches et son enseignement portent principalement sur les migrations internationales. Elle s'intéresse particulièrement aux rapports de pouvoir au sein des politiques migratoires dans une perspective comparée et multiniveaux. Les échanges entre chercheurs de diverses disciplines, et entre université et société lui tiennent à cœur. La migration fait aussi partie de son parcours personnel. Après avoir commencé ses études en France, elle a réalisé sa thèse de doctorat en cotutelle à l'Université de Leipzig (Allemagne) et à l'Université Macquarie à Sydney (Australie). Sa thèse a analysé la complexité croissante des politiques d'admission des réfugiés en Australie et au Royaume-Uni. 
Découvrez sa biographie complète.
Découvrez sa fiche de professeure au Département de géographie

Pascale Roy-Léveillée

Pascale Roy-Léveillée s'est jointe au Département de géographie en septembre 2020, où elle est titulaire d'une chaire de recherche en géomorphologie du pergélisol centrée sur le Nunavik. Ses recherches examinent la susceptibilité du pergélisol au dégel et au thermokarst dans le contexte d'interactions entre le climat, l'histoire du Quaternaire, la végétation et les masses d'eau. Les travaux récents de cette chercheuse se concentrent sur les tourbières subarctiques proches de la zone de transition entre la forêt et la toundra, près de la côte de la baie d'Hudson et dans le nord du Yukon. Pascale Roy-Léveillée œuvre à ce que les résultats de ses recherches mènent à des applications directes, notamment grâce à des collaborations avec des experts du design et de l'entretien des infrastructures, des cycles biogéochimiques et de la mobilisation des contaminants. Elle travaille aussi avec les détenteurs des savoirs traditionnels locaux qui peuvent faciliter une adaptation proactive aux changements environnementaux dans leurs propres communautés. 
Découvrez sa biographie complète.

Émilie Saulnier-Talbot

Émilie Saulnier-Talbot est spécialiste des changements environnementaux dans les milieux aquatiques. Elle détient une maîtrise et un doctorat du Département de géographie de l'Université Laval, où elle a été initiée à la paléoécologie et à la taxonomie des microorganismes aquatiques sous la direction du professeur Reinhard Pienitz. En tant que membre étudiante du Centre d'études nordiques, elle s'est spécialisée dans l'analyse des changements environnementaux à long terme des régions côtières du Québec nordique (Nunavik). Elle a ensuite effectué un stage postdoctoral au Département de biologie de l'Université McGill, où elle a développé une expertise sur la dynamique et le fonctionnement des écosystèmes aquatiques tropicaux de l'Afrique de l'Est. Lors d'un deuxième stage postdoctoral, au Département de zoologie de l'Université d'Otago (Nouvelle-Zélande), elle a participé à des recherches portant sur les effets des perturbations humaines sur l'intégrité écologique de différents types d'écosystèmes aquatiques de l'île du Sud, incluant l'eutrophisation et l'introduction d'espèces indésirables. Depuis le mois de mai 2020, elle est professeure en double rattachement dans les Départements de biologie (Faculté de sciences et de génie) et de géographie (Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique) et titulaire de la Chaire de recherche sur les écosystèmes côtiers et les activités portuaires, industrielles et maritimes, en partenariat avec le Port de Sept-Îles et l'Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail. 
Découvrez sa biographie complète.
Découvrez sa fiche de professeure au Département de géographie

Éric Labelle

Éric Labelle a commencé ses études en 1999 en obtenant un diplôme de technicien forestier. Après avoir reçu cette formation pratique, il a travaillé, dans le nord-ouest de l'Ontario comme mesureur forestier pour Buchanan Forest Products ltée et ensuite à titre d'opérateur de divers équipements spécialisés dans une usine de contreplaqué de Kruger ltée. En 2004, il a reçu son diplôme de baccalauréat en foresterie de l'Université de Moncton et a ensuite été sélectionné pour un stage professionnel de six mois en Belgique, pour effectuer des recherches dans les domaines des opérations forestières et des sols forestiers. À son retour au Canada, il a obtenu une maîtrise en génie forestier et un doctorat en foresterie à l'Université du Nouveau-Brunswick. Sa compréhension approfondie des interactions entre la machine et le sol l'a amenée à concentrer ses recherches sur la quantification et l'atténuation des impacts de l'équipement de récolte sur les sols forestiers. 
Découvrez sa biographie complète.

Jérôme Cimon-Morin

Jérôme Cimon-Morin est professeur adjoint en aménagement intégré des forêts à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Biologiste de formation, il détient un doctorat en biologie végétale, obtenu à l'Université Laval, où il a travaillé à concevoir des approches novatrices de planification systématique de la conservation des services écologiques rendus par les milieux humides. Après ses études, il a poursuivi des travaux de recherche sur la conservation des milieux humides en contexte urbain, mais cette fois en tant que professionnel de recherche. Avant de se joindre au Département des sciences du bois et de la forêt, il a également travaillé pendant près de deux ans au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs sur des dossiers touchant à la lutte contre les changements climatiques ainsi qu'aux milieux humides et riverains. 
Découvrez sa biographie complète.
Découvrez sa fiche de professeur au Département des sciences du bois et de la forêt

 
Photo

Carboneutralité: mission réussie pour le Château Frontenac

03 septembre 2020

Fairmont Le Château Frontenac devient le premier hôtel historique au Canada à atteindre la carboneutralité grâce à un partenariat avec l’Université Laval. Fairmont Le Château Frontenac et l’Université Laval concluent une entente pour assurer la carboneutralité de l'hôtel à partir de 2020. La carboneutralité consiste à réduire massivement à la source ses émissions de gaz à effet de serre et à compenser celles qu'on ne peut éliminer à l'aide de crédits carbone. C'est le tour de force que l'Université Laval accomplit chaque année depuis 2015.

En plus d’atteindre la carboneutralité, cette entente permet au Château Frontenac de renforcer son engagement à l’égard du développement durable. De son côté, la direction de l’Université espère que cette entente inspire d’autres organisations dans la lutte contre les changements climatiques.

Concrètement, l’entente entre les deux établissements permet de poursuivre la plantation d’arbres à la Forêt Montmorency, la plus grande forêt d’enseignement et de recherche universitaire. Il est aussi question de créer un fonds de soutien à la formation et à la recherche en matière de pratiques forestières contributives à la lutte contre les changements climatiques, ce qui inclut une bourse d’études de maîtrise de 10 000$. L’entente permet enfin de soutenir des projets innovants qui visent l’adoption de comportements favorisant le développement durable des collectivités.

« À travers ce partenariat, le Château Frontenac contribue à soutenir de nouvelles connaissances générées par les étudiants et étudiantes et par les équipes de recherche qui travaillent à la Forêt Montmorency. Ces équipes sont principalement liées à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval. »
— Rénald Bergeron, vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé de l’Université Laval


Ce n'est pas d'hier que le Château Frontenac concentre ses activités sur le développement durable. Certifié par l'organisme Clé Verte de l’Association des hôtels du Canada, l’hôtel participe au programme Planet 21 du Groupe Accor. De l’utilisation des ampoules fluocompactes à la récupération, en passant par l’approvisionnement de produits locaux, les efforts du Château pour préserver la planète sont nombreux.

En 2016, l'hôtel a mis sur pied un programme, Château boréal, par lequel il s’engage à planter un arbre au nom de chaque client qui décline le service d’entretien ménager de sa chambre. Depuis, plus de 5 000 arbres ont été plantés sur le territoire de la Forêt Montmorency.

Lisez l'article sur ULaval nouvelles.