Actualités

Photo

La SOPFEU s’associe à la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone de l’Université Laval

15 décembre 2020

L’Université Laval et la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) sont fières d’annoncer que la SOPFEU se joint à la Table des partenaires de la Chaire de leadership en enseignement (CLE) en foresterie autochtone.

C’est un partenariat stratégique qui permettra d’accroître l’expertise autour de la Table des partenaires de la CLE en foresterie autochtone. Les expériences de la SOPFEU sauront nourrir les réflexions et les processus d’apprentissage collectif. Par le biais de la recherche et de la formation, cette nouvelle association contribuera au développement de l’employabilité des travailleurs autochtones dans le secteur forestier et permettra d’accroître la sensibilisation des travailleurs et des employeurs aux cultures et aux réalités autochtones.

« Cette nouvelle collaboration avec la SOPFEU s’arrime parfaitement aux orientations stratégiques de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval. En particulier celle préconisant une formation tout au long de la vie qui permet un transfert de nouvelles compétences et qui met l'accent sur l’environnement et les sociétés. La SOPFEU est un partenaire naturel pour nous, en conformité avec nos valeurs, soit le développement durable de manière globale et la pérennité de nos ressources forestières de manière plus spécifique. C’est le rôle premier de nos ingénieurs forestiers ! C’est donc une occasion unique pour nous de poursuivre leur formation, et celle d’autres corps de métiers, sur la quête d’harmonie dans les relations avec les Premiers Peuples », a indiqué la doyenne de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, Nancy Gélinas. 

Le Conseiller aux opérations et aux ressources humaines de la SOPFEU, Claude Tremblay, siègera désormais à la Table des partenaires de la CLE. Selon lui, « la protection du patrimoine forestier du Québec est au cœur des préoccupations de la SOPFEU et des communautés autochtones. Nous reconnaissons le travail de qualité que la CLE fait auprès des communautés autochtones ainsi qu’auprès des organisations qui souhaitent développer des liens avec les communautés. Nous reconnaissons également que l’expertise de la CLE peut grandement nous aider à développer des relations durables avec les communautés autochtones ainsi qu’à soutenir la SOPFEU dans l’accompagnement de son personnel pour harmoniser ces relations. Nos activités de protection des forêts contre le feu ont besoin de l’apport de la main-d’œuvre autochtone. Nous sommes fiers de devenir partenaires de la CLE en foresterie autochtone afin d’encourager le développement d’une formation adéquate pour le recrutement de nouveaux alliés. »

L’un des représentants de la nation innue de Pessamit déjà présent à la Table des partenaires de la CLE, l’agent de projet pour la communauté de Pessamit Adélard Benjamin, est heureux d’accueillir la SOPFEU parmi les partenaires. « La protection de la forêt est au cœur des préoccupations des Premières Nations et représente une perspective stimulante pour susciter des carrières en milieu forestier. La communauté de Pessamit partage des intérêts communs avec la SOPFEU, a déjà su unir ses forces avec les siennes pour combattre les feux et souhaite encourager davantage la formation de la main-d’œuvre locale. Il y a un intérêt réel à s’impliquer dans la protection de la forêt et du territoire chez les jeunes de la communauté. Je rêve d’une formation qui permettra de créer une équipe locale de combattants auxiliaires en collaboration avec la SOPFEU. J’espère que le travail conjoint avec la CLE nous permettra de conclure de nouvelles ententes en ce sens avec la SOPFEU. »

À propos de la SOPFEU

La SOPFEU est l’organisme reconnu par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs afin de mener à bien les activités de prévention, de détection et de suppression des incendies de forêt sur l’ensemble du territoire québécois. Elle a pour mission la protection des forêts contre les incendies en vue d’assurer la pérennité du milieu forestier, et cela au meilleur coût possible. Étant donné l’importance de protéger les collectivités, les infrastructures stratégiques ainsi que la ressource forestière, la SOPFEU joue un rôle de premier plan au bénéfice de toute la collectivité.

À propos de la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone

Au cours des cinq dernières années, la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone s’est distinguée par la réalisation de nombreux projets de formation et de recherche misant sur la collaboration entre les communautés autochtones et les autres acteurs du secteur forestier. La mission de la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone est de renforcer les capacités des communautés autochtones à participer au développement durable des forêts du Québec, de favoriser des relations durables entre les communautés autochtones, les entreprises forestières et les gouvernements ainsi que d’accroître la sensibilisation du grand public aux cultures et aux réalités autochtones.

-30-

Source :         

Simon La Terreur
Relations médias
Université Laval
418 803-8814
simon.laterreur@dc.ulaval.ca

Renseignements :

Jean-Michel Beaudoin
Titulaire de la Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone
Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique
Université Laval
jean-michel.beaudoin@sbf.ulaval.ca

Stéphane Caron
Coordonnateur à la prévention et aux communications
Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU)
418 871-3341
stcaron@sopfeu.qc.ca

crédit photo: Gerd Herren 

Photo

Tania Maxwell, étudiante au doctorat, honorée par l'Acfas

09 décembre 2020

C'est la qualité du dossier de cette étudiante-chercheuse et l'originalité de son projet de doctorat qui ont convaincu l'Acfas de lui décerner ce prix. Le parcours de la doctorante est original. Après un baccalauréat à l'Université de la Californie, Berkeley, et une maîtrise à l'Université Paris-Saclay, elle mène ses travaux de doctorat sous la cotutelle d'Alison Munson, du Département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval, et de Laurent Augusto et Nicolas Fanin, de l'Université de Bordeaux (Institut national de la recherche agronomique). Elle a déjà cinq articles scientifiques à son actif, dont trois comme première auteure.

Ses recherches visent à déterminer si la biodiversité permet d'atténuer les effets négatifs des changements climatiques lors du recyclage des nutriments en forêt. Elle mène ses travaux dans deux sites du réseau international TreeDivNet, l'un près de Bordeaux et l'autre à Sault-Sainte-Marie, en Ontario.

Consultez l'article sur Ulaval nouvelles

Consultez aussi l'article "Les honneurs pour trois chercheuses prometteuses" paru dans le Devoir

Photo

Le tableau interactif sur la COVID-19 conçu par une équipe de l’Université Laval connait un grand succès !

03 décembre 2020

En effet,  depuis sa mise en ligne, le 22 mars, jusqu’à aujourd'hui, l’outil interactif a reçu près de 745 000 visites. Dès les premiers jours qui ont suivi sa mise en ligne, le tableau est consulté plus de 2000 fois par jour. À partir de la deuxième semaine, le nombre de consultations quotidiennes franchit la barre des 20 000 visites.

Cet outil est né d’une idée conjointe de Stéfano Biondo, cartothécaire au Centre GéoStat de la Bibliothèque de l’Université Laval, et de Benoit Lalonde, géographe de la santé et responsable de travaux pratiques et de recherche au Département de géographie. Hicham El Hachemi, professionnel de recherche au Département de géographie, s’est ensuite joint à eux pour développer un programme facilitant l’automatisation de la mise à jour des données quotidiennes.

Une autre marque de reconnaissance s’ajoute à ce succès. Une carte tirée de l’application et produite par Benoit Lalonde et Karine Tessier a été sélectionnée pour le calendrier 2021 d’Esri Canada.

Lire l’article de ULaval nouvelles sur le sujet

Photo

Le prix Geomatica 2020 remis à Rock Santerre

03 décembre 2020

Le prix Geomatica, décerné par l'Association canadienne des sciences géomatiques (ACSG), a été remis pour l'année 2020 à Rock Santerre, professeur retraité du Département des sciences géomatiques. Ce prix vise à reconnaître la contribution exceptionnelle de M. Santerre à l’avancement de la géomatique au Canada et consiste en une sculpture personnalisée.

Rock Santerre a été professeur au Département des sciences géomatiques de l’Université Laval de 1990 à 2017 et directeur du programme de génie géomatique de 2007 à 2011. Il fut l'un des membres fondateurs du Centre de recherche en géomatique (CRG) et y est maintenant membre honoraire. Il a enseigné plusieurs cours à plus de 1200 étudiants, sans compter les 700 professionnels qui ont suivi ses cours de formation continue en GPS. Il a supervisé ou co-supervisé près de 40 étudiants gradués en provenance de 10 pays. Ses activités de recherche se sont concentrées dans le domaine du positionnement et de la navigation GPS (GNSS) de haute précision. Le professeur Santerre est auteur ou co-auteur d’environ 240 publications et présentations. Ses publications ont été citées dans des ouvrages scientifiques écrits en 17 langues. Il fut membre de plusieurs Groupes Spéciaux d’Études de l’Association Internationale de Géodésie (AIG) pendant près de 20 ans. Le professeur Santerre a aussi été rédacteur technique pour la revue Geomatica de l’ACSG de 1997 à 2009. Il est également titulaire de trois brevets d’invention. Rock Santerre continue de contribuer à la promotion de la géomatique par des expositions et des articles portant sur l’histoire de la géomatique.