Actualités

Photo

Félicitations aux participants du concours facultaire Ma thèse en 180 secondes!

17 mars 2021

Le 16 mars dernier se tenait le concours facultaire Ma thèse en 180 secondes en format virtuel! Nous tenons à féliciter l’ensemble des participantes et participants qui se sont prêtés au jeu, qu’ils soient étudiants, étudiantes ou professeurs, car cela prend beaucoup de courage pour relever un tel défi! Merci aussi à tous ceux et celles qui ont contribué à l’organisation de l’événement, l’animation et le jury. Enfin, merci au public nombreux et enthousiaste qui est venu encourager les participantes et participants. Nous vous remercions chaleureusement pour votre engagement dans la vie facultaire !

Voici les récipiendaires des prix de 180$ du concours 2021 :

  • 1er Prix volet anglophone – Bourse CRDIG : Saeid Emamgholian - A New Neighbor: Happy or Not. Saeid Emamgholian est étudiant au doctorat en sciences géomatiques sous la direction de Jacynthe Pouliot et la codirection de Davood Shojaei (Université de Melbourne).
  • 1er Prix ex-aequo volet francophone – Bourse FFGG : Solène Pellerin - Comment nos planchers peuvent-ils nous protéger d’un incendie? Solène Pellerin est étudiante au doctorat en génie du bois et des matériaux biosourcés sous la direction de Véronic Landry et la codirection de Sophie Duquesne (Université de Lille).
  • 1er Prix ex-aequo volet francophone – Bourse CEF : Laurence Picard - L'automatisation de la construction : le futur. Laurence Picard est étudiante au doctorat en génie mécanique à la Faculté des sciences et de génie sous la direction d’André Bégin-Drolet et la codirection de Pierre Blanchet (FFGG).
  • Prix coup de cœur du public – Bourse CRMR : Solène Pellerin - Comment nos planchers peuvent-ils nous protéger d’un incendie?

Saeid Emamgholian représentera la FFGG lors de la finale institutionnelle du volet anglophone du concours Ma thèse en 180 secondes en vue de représenter l’Université Laval à la finale de l’Est du Canada, en juin.

Solène Pellerin représentera la FFGG lors de la finale institutionnelle du volet francophone en vue de participer au concours « Ma thèse en 180 secondes » de l’Acfas.

Photo

Ambitieux programme de recherche pour adapter la sylviculture aux nouvelles réalités climatiques et environnementales

10 mars 2021

L’Université Laval annonce aujourd’hui un ambitieux programme de recherche pour aider le secteur forestier à adapter ses pratiques sylvicoles aux nouvelles réalités climatiques et environnementales. Baptisé Silva21, le programme aura comme objectif de fournir données, outils et solutions pratiques qui permettront aux gestionnaires du secteur forestier d’améliorer la résistance des forêts à différentes perturbations et sources de stress, contribuant ainsi à assurer la santé de ces écosystèmes et le bien-être des communautés qui en dépendent.

Le projet bénéficie d’un financement de 5,5 M$ sur cinq ans dont 3,4 M$ proviennent du programme de subventions Alliance du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Un montant de 2,1M$ provenant d’une quinzaine de partenaires publics et privés complète le financement. La direction scientifique du programme sera assurée par Alexis Achim, professeur à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval.

« Le programme scientifique de Silva21 est constitué de 38 projets de recherche distincts qui s’orientent autour de trois thèmes : observer, anticiper et s’adapter », explique le professeur Achim. « Dans le premier volet, nous mettrons au point de nouveaux outils de surveillance qui nous permettront de recueillir et d’analyser une masse de données sur, entre autres, la santé et la vigueur de divers peuplements d’arbres, la sensibilité de certaines espèces aux variations climatiques ou le rétablissement des peuplements à la suite de graves perturbations comme les incendies de forêt. »

Le deuxième volet comprend des projets de recherche qui viseront à améliorer les modèles de croissance et les méthodes de prévision afin qu’ils tiennent mieux compte de la nouvelle réalité climatique. Les chercheurs feront aussi la synthèse des multiples risques de perturbations auxquelles les forêts sont confrontées et évalueront si certaines interventions sylvicoles sont en mesure d’en limiter l’ampleur. « Finalement, dans le troisième volet, nous mettrons en œuvre différentes interventions innovatrices et des stratégies de gestion adaptées à la nouvelle réalité. Nous comptons notamment procéder à des essais de migration assistée de diverses espèces d’arbres à travers le Canada », ajoute le professeur Achim.

Silva21 est le résultat d’un large consensus national : cinq universités, cinq entreprises forestières privées, la Nation Waban-Aki, cinq agences gouvernementales provinciales ainsi que le Centre canadien sur la fibre de bois et l’organisme de recherche et développement FPInnovations font partie du consortium créé pour mener à bien le projet et contribuent à son financement.

Douze chercheurs principaux et une cinquantaine de collaborateurs de partout au pays contribueront à cet effort de recherche sans précédent dans le domaine de la sylviculture. « Le projet financera aussi les recherches de 38 doctorants, boursiers postdoctoraux, étudiants à la maîtrise et auxiliaires de recherche qui formeront la prochaine génération de gestionnaires forestiers, ce qui fait en sorte que les mesures que nous proposerons seront mises en application de façon durable et à long terme », conclut Alexis Achim.

-30-

Source :

Jean-François Huppé
Relations médias
Université Laval
418 656-7785
jean-francois.huppe@dc.ulaval.ca

 

Photo

Harnacher le potentiel des forêts boréales contre les changements climatiques

09 mars 2021

Grâce à une subvention de 8,2M$, des chercheurs utiliseront le système forêts-produits-marchés pour atténuer la hausse de dioxyde de carbone atmosphérique. Près du tiers des forêts boréales de la planète se trouve au Canada et il y aurait moyen de mieux utiliser ces vastes écosystèmes pour atténuer les changements climatiques. C'est ce que croient des chercheurs de l'Université Laval, de l'Université du Québec à Chicoutimi et de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, qui proposent d'étudier dans le menu détail les échanges de carbone, d'eau et d'énergie entre l'atmosphère et les forêts boréales afin de concevoir un modèle permettant d'atténuer l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère, tout en augmentant la part des produits de la forêt sur les marchés. En effet, leur modèle englobera les flux de carbone, d'eau et d'énergie non seulement dans les forêts, mais aussi à l'étape de la récolte des arbres, de leur transformation en usine et de leur utilisation dans la société.

Le projet est ambitieux, mais l'importance des retombées qui pourraient en découler a convaincu la Fondation canadienne pour l'innovation, le gouvernement du Québec et de nombreux partenaires d'y investir la somme de 8,2M$. Évelyne Thiffault, professeure au Département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval et chercheuse au Centre de recherche sur les matériaux renouvelables, assure la direction du projet. Son collègue François Anctil, professeur au Département de génie civil et de génie des eaux et chercheur à CentrEau, codirige le projet. Dix chercheurs principaux et une vingtaine de chercheurs collaborateurs sont rassemblés au sein de cette équipe multidisciplinaire.

Lisez l'article complet paru sur Ulaval nouvelles par Jean Hamann

Photo

Signature d’une entente de collaboration avec le Service canadien des forêts

09 mars 2021

Bien qu’il existe déjà une collaboration étroite entre les chercheurs de la FFGG et ceux et celles du Service canadien des forêts, une entente formelle a été établie afin de soutenir davantage cette collaboration, en développant son plein potentiel et en optimisant les expertises qui se retrouvent au sein des deux institutions.

En plus du comité d’orientation responsable de l’entente, des comités directeurs sont créés afin de mobiliser les chercheurs, d’encourager le maillage et la création de nouvelles collaborations entre les équipes du SCF et de la FFGG, de participer à l’élaboration d’objectifs communs et de moyens pour les atteindre et de contribuer à l’élaboration et à la réalisation de Plans de travail collaboratif. Ces comités, et les plans qui en découleront, toucheront principalement cinq domaines de recherche :

  • Foresterie autochtone
  • Intelligence, données et géomatique
  • Foresterie urbaine
  • Génomique forestière et environnementale
  • Foresterie et changements climatiques
Photo

Des professeurs-chercheurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique à l’émission La semaine verte

02 mars 2021

Plusieurs professeurs-chercheurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique ont participé à des reportages à l'émission La Semaine verte de Radio-Canada. Entre les changements climatiques, les oiseaux et la forêt du futur, explorez divers travaux de recherche et la contribution de chacun à plusieurs enjeux forestiers.

Découvrez nos chercheurs.es, Éric Bauce, Evelyne Thiffault et François Anctil, à la Forêt Montmorency, dans cette épisode de la Semaine verte. Impact des changements climatiques, forêts du futur et intelligentes, découvrez différentes recherches sur le sujet, un peu partout au Québec.

Pour visionner les reportages

André Desrochers, professeur-chercheur au Département des sciences du bois et de la forêt et Mathieu Bouchard, nouvellement professeur à la faculté présentent, à l'émission La semaine verte, leurs travaux de recherche à la Forêt Montmorency.

Résumé du segment de l'émission "LA COCOTTE ET LE CYCLE D'ALIMENTATION DES OISEAUX": En forêt, les années se suivent, mais ne se ressemblent pas! Pendant l’hiver 2020, en forêt boréale, ça grouillait de becs-croisés bifasciés et d'écureuils, en raison d'une forte présence de cônes dans les sapins et les épinettes. Cet hiver, il y en a beaucoup moins. Tout cela fait partie de cycles qui ne relèvent pas du hasard.

Pour visionner le reportage