Actualités

Photo

Professeur engagé, Luc Bouthillier s'est éteint

29 juillet 2022

Celui que l'on surnommait le «forestier social» transmettait sa science avec passion. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) déplore la perte du professeur Luc Bouthillier, décédé dans la nuit du 13 au 14 juillet. Il était à l'emploi de l'Université Laval depuis plus de 40 ans et a consacré sa carrière à l'enseignement et à la recherche.  

«Luc était un professeur de cœur, de passion, mais surtout de contenu, a indiqué Nancy Gélinas, doyenne de la FFGG, très attristée. Il a allumé des étincelles dans les yeux de tous ceux et celles qui ont eu le bonheur de suivre ses cours, ses conférences, et j'en fais partie. Il est la bougie d'allumage de ma propre carrière. Sa passion pour le secteur forestier était contagieuse, sa compréhension des enjeux forestiers donnait l'envie d'en apprendre davantage. J'ai donc tenté de suivre ses pas. Figure marquante du secteur forestier, son legs est impressionnant et son nom retentira longtemps dans les murs de notre établissement et ceux du monde forestier.»

Le professeur Bouthillier a obtenu son baccalauréat en génie forestier, sa maîtrise en aménagement forestier et sylviculture et son doctorat en sciences forestières à l'Université Laval avant d'enseigner aux étudiants des trois cycles.   

Sa vaste connaissance des enjeux sociaux, politiques, économiques et environnementaux de la foresterie lui a valu le titre d'expert auprès des médias. Il a accordé de nombreuses entrevues, aussi bien sur la gestion des forêts, que sur l'industrie des pâtes et papiers, la tordeuse des bourgeons de l'épinette ou les feux de forêt.  

Le «forestier social»  

Surnommé le «forestier social» à une certaine époque dans son département, Luc Bouthillier confiait au Fil en 2018: «Je crois que nous nous dirigeons vers la formation d'une communauté de pratique où les chercheurs échangent sur leurs activités. La forêt interpelle plusieurs disciplines. Aujourd'hui, nombre de forestiers de terrain de partout se sentent assiégés alors qu'une nouvelle culture forestière, englobant les enjeux sociaux, se met en place. Ultimement, la forêt pourrait permettre de vivre des expériences interdisciplinaires encore plus poussées, en combinant la forêt et la médecine par exemple. La pression artérielle baisse lorsqu'on marche en forêt. Cette réaction physiologique varie-t-elle selon les types de forêts?» 

Le professeur Bouthillier passait d'un discours très pratique à un discours très philosophique, se rappelle pour sa part Luc Lebel, professeur titulaire à la FFGG, qui a été son étudiant. «Luc va vraiment nous manquer, c'était notre sage. Il a beaucoup travaillé avec les communautés autochtones. Il m'a confié un jour que lors d'un voyage en territoire innu, sur la Côte-Nord, on lui avait fait l'honneur de loger avec les aînés. Ils ont reconnu en lui un “esprit bon”.»

Avec reconnaissance, Luc Lebel souligne l'écoute de son collègue et ami, ses mots d'encouragement et sa bienveillance quand lui-même a joint le corps professoral. «J'en garderai le souvenir pour le reste de ma vie.»

Le professeur Bouthillier était aussi membre du Centre d'analyse des politiques publiques et de l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société. 

Récemment, il a signé la préface du livre 100 ans de passion pour la forêt 1921-2021, écrit par l'historien-consultant Yves Hébert. L'ouvrage, lancé en mai, raconte l'histoire de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec et, par le fait même, de leur formation.

Tiré de l'article de ULaval nouvelles par Alexandra Perron

Découvrez également ces autres articles soulignant la contribution de Luc Bouthillier:

Photo

Poste de professeur ou professeure en photogrammétrie

25 juillet 2022

Le Département des sciences géomatiques de l’Université Laval sollicite des candidatures pour un poste de professeure ou de professeur en photogrammétrie, qui requiert des connaissances avancées des sciences photogrammétriques et des technologies actuelles de l’imagerie géospatiale et des systèmes de vision statiques et dynamiques. Les expertises recherchées réfèrent aux sciences de la mesure de précision sur des images et nuages de points géoréférencés acquis par des capteurs-imageurs (caméras couleurs, multispectrales, hyper-spectrales, thermiques) et scanneurs LiDAR, installés sur diverses plateformes statiques et mobiles (terrestre, navale, aéroporté et satellitaire). Ces expertises sont à la base des programmes de formation uniques, enseignés à l’Université Laval et soutenant les professions d’arpenteur-géomètre ou arpenteure-géomètre et d’ingénieur ou d'ingénieure en géomatique, ainsi que des initiatives de recherche innovantes en ce domaine. Le maintien et l’amélioration de la formation et de la recherche en photogrammétrie sont au cœur des priorités de ce poste à pourvoir.

La personne candidate doit démontrer sa capacité à mener des activités de recherche novatrices à fortes retombées comme le développement d’outils, d’applications et de nouvelles méthodologies s’appuyant sur l'imagerie géospatiale et des nuages de points à des fins de capture, de construction et de représentation 3D de scènes, de fusion d’images multimodale et de détection de changement. En plus de la maîtrise des techniques photogrammétriques classiques, elle devra également être au fait des dernières avancées réalisées en vision artificielle (inspection, identification, positionnement), en termes de corrélation automatique, d’appariement d’images et de nuages de points, et de localisation et cartographie simultanées (SLAM).

De même, la personne candidate devra élaborer et concrétiser son propre programme de recherche, s’associer à des équipes de recherche, obtenir du financement et participer à des initiatives de recherche multidisciplinaires en collaboration avec les autres domaines d’expertises présents au Département, à la Faculté et à l’Université, lesquels présentent un fort intérêt stratégique (comme la foresterie, l’agriculture et les villes intelligentes) et qui répondent aux besoins grandissants en données géospatiales pour différents événements et dans différents milieux. Il est souhaité que cette personne contribue aux activités du laboratoire de métrologie, notamment celles visant le maintien à jour des équipements de photogrammétrie, d’imagerie géospatiale et de vision artificielle. Elle devra être capable de développer une offre de services à la collectivité et de mettre à profit les équipements en place au laboratoire.

La personne sélectionnée pour occuper ce poste assumera des enseignements réguliers aux trois cycles. Elle effectuera de la recherche de pointe dans le domaine du poste offert. Elle devra également démontrer une ouverture aux collaborations interdisciplinaires, autant en enseignement qu’en recherche. Elle devra encadrer des étudiantes et étudiants aux trois cycles, développer les moyens nécessaires pour obtenir ses propres financements de recherche, incluant la mise en œuvre de projets de collaboration publique et privée. Elle devra enfin participer aux activités du Département des sciences géomatiques, de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de l'Université Laval. Elle pourra éventuellement être appelée à assumer des enseignements à l’extérieur de son domaine de spécialité, c’est-à-dire dans les autres domaines de la géomatique dans lesquels œuvre le Département.

Critères de sélection

Les personnes intéressées à poser leur candidature pour ce poste doivent avoir une formation d’ingénieure ou d’ingénieur et détenir un doctorat dans une discipline pertinente. Elles doivent posséder des connaissances de pointe dans les sciences fondamentales relatives à ce poste. Un stage postdoctoral ou une expérience pratique équivalente est souhaitable. Les dossiers retenus seront évalués selon la capacité de la personne candidate à :

  • Exercer les quatre grandes fonctions universitaires : enseignement, recherche et encadrement d’étudiantes et d’étudiants gradués, participation interne, rayonnement externe;
  • Faire preuve de leadership en enseignement et en recherche;
  • Travailler en équipe;
  • Démontrer des compétences pour la gestion universitaire (entre autres, la participation à différents comités et instances) et l’administration de projets;
  • Faire preuve d’engagement envers la communauté scientifique et les collectivités.

Un profil rendant la personne candidate admissible à un ordre professionnel d’ingénieures et d’ingénieurs reconnu par l’organisme Ingénieurs Canada est requis. Si la personne candidate n’est pas membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec (ou d’un ordre professionnel d’ingénieures et d'ingénieurs reconnu par l’organisme Ingénieurs Canada) à la date d’entrée en fonction, elle devra prendre les mesures nécessaires afin de le devenir au maximum deux ans après cette date.

La langue d’enseignement étant le français, la candidate ou le candidat doit être apte à donner son enseignement de manière compréhensible dans cette langue; si ce n’est pas le cas, la candidate ou le candidat devra développer sa capacité à s’exprimer en français (oral et écrit) selon les dispositions de l’annexe B de la convention collective en vigueur. La connaissance de la langue anglaise est également requise.

En savoir plus sur le poste et postuler

Tenure-Track Faculty Position in Photogrammetry

 

The Department of Geomatics Sciences invites applications for a tenure-track faculty position in photogrammetry, which requires advanced knowledge of photogrammetric sciences and current technologies of geospatial imagery and static and dynamic vision systems. The expertise sought refers to the sciences of precision measurement on georeferenced images and point clouds acquired by imaging sensors (color, multispectral, hyperspectral, thermal cameras) and LiDAR scanners, installed on various static and mobile platforms (land, naval, airborne and satellite). This expertise is the basis of the unique training programs taught at Laval University and supporting the professions of land surveyor and geomatics engineer, as well as innovative research initiatives in this field. Maintaining and improving training and research in photogrammetry are at the heart of the priorities of this vacant position.
The candidate must demonstrate his ability to carry out high impact innovative research activities such as the development of tools, applications and new methodologies based on geospatial imagery and point clouds for the purpose of capturing, constructing, and representing 3D scenes, fusion of multimodal images and change detection. In addition to mastering classic photogrammetric techniques, the candidate must also be aware of the latest scientific advances in artificial vision (inspection, identification, positioning), in terms of automatic correlation, pairing of images and point clouds, and simultaneous localization and mapping (SLAM).

Similarly, the candidate will have to develop and implement his own research program, join research teams, obtain research funding, and participate in multidisciplinary research initiatives in collaboration with the other areas of expertise present at the Department, the Faculty, and the University, which are of strong strategic interest (such as forestry, agriculture and smart cities) and which meet the growing needs for geospatial data for different events and in different environments. This person is expected to contribute to the activities of the metrology laboratory, especially those aimed at keeping photogrammetry geospatial imaging, and artificial vision equipment up to date. The candidate must be able to develop a range of services for the community and take advantage of the equipment in place in the laboratory.

The selected candidate will be required to teach at all three academic levels (undergraduate, masters and doctoral studies). He or she will carry out state-of-the-art scientific research in the field of the position offered. The candidate must be keen to interdisciplinary collaborations both in teaching and in research. That person will also supervise undergraduate and graduate students and is expected to apply for and obtain competitive funding from the appropriate research funding agencies, including the implementation of public and private collaboration projects. Finally, the successful candidate will also be expected to take part in administrative functions in relation to the Department, the Faculty, and the University. He or she may eventually be called upon to assume teaching outside his/her field of specialty, in the other fields of geomatics in which the Department is active.

Selection criterias

Interested persons must have an engineering background and hold a Ph.D. in a relevant discipline. A previous postdoctoral internship in a related field related, or an equivalent practical experience, will also be considered an asset. Applications will be evaluated according to the candidate's ability to:

  • Exercise the four main academic functions: teaching, research and supervision of graduate students, internal participation, external outreach;
  • Exhibit leadership in both university-level teaching and research;
  • Ability for team working;
  • Supervise students in the context of research training;
  • Contribute to administrative functions within the university environment and manage research projects;
  • Demonstrate commitment towards the broader professional and scientific communities (e.g. via publications, conferences, participation in peer evaluation, training initiatives, etc.).

The successful candidate must be eligible to a Canadian Corporation of Engineers (acknowledged by Engineers Canada, https://engineerscanada.ca), or, alternatively, willing to undertake the necessary procedures to become so within an initial period of 2 years.

The teaching language at Laval University is French; the selected candidate must be able to teach in French or willing to do what is necessary to become proficient in French according to the Appendix B of the current Collective Agreement. Knowledge and competency in English is also a requirement for the position.

English description

Photo

L’école internationale en hydrographie et hydrospatial revient pour une troisième édition!

18 juillet 2022

L’école internationale en hydrographie et hydrospatial revient pour une troisième année! Elle se déroulera du 19 au 27 septembre en mode hybride : sur le campus de l’Université Laval (Québec, Canada) et également à distance en ligne. Cette formation sera dispensée en français et en anglais.

Cette école internationale d’automne offre aux participant(e)s une expérience de formation unique, multidisciplinaire, en étroite interaction avec des scientifiques de haut niveau, des professionnel(le)s et intervenant(e)s du milieu hydrospatial et maritime dans un cadre technologique de pointe. Les participant(e)s auront l’occasion d’approfondir leurs connaissances et développer leurs compétences au moyen de cours, de travaux pratiques, de conférences et d’activités leur permettant de vivre l’expérience de levés à bord d’un navire hydrographique.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du Réseau Canadien de recherche et d’enseignement en hydrographie (RéCREH / COMREN).

Pour plus d’information : https://oceanmapping.ca/fr/ihhs/

Pour vous inscrire : https://events.eply.com/2022IHHS

Photo

Poste de professeur(e) en positionnement dynamique, cartographie mobile et intégration de capteurs

13 juillet 2022

Le Département des sciences géomatiques est à la recherche d'une professeure ou un professeur en positionnement dynamique, cartographie mobile et intégration de capteurs.

Ce poste requiert des connaissances fondamentales en géodésie, ainsi que sur les technologies de positionnement et de navigation par satellites de haute précision. Les expertises recherchées réfèrent aux sciences de la mesure et de la caractérisation des formes de la Terre et des fonds marins (géodésie et hydrographie) et du positionnement statique et cinématique en milieu terrestre et maritime, ainsi qu’aux sciences cartographiques permettant de soutenir le développement d’applications de cartographie mobile. Ces sciences constituent le pivot sur lequel s’appuie l’ensemble des disciplines de la géomatique enseignées à l’Université Laval et sont à la base des professions d’arpenteur(e)-géomètre et d’ingénieur(e) en géomatique. Le maintien et l’amélioration de la formation et de la recherche dans ces domaines et l’expertise sous-jacente sont au cœur des priorités de ce poste à pourvoir.

La personne candidate doit démontrer sa capacité à mener des activités de recherche novatrices dans des champs d’applications à fortes retombées comme le développement d’outils et de nouvelles méthodologies reliés à la navigation par satellites de haute précision, ainsi que le positionnement dans des environnements extérieurs et intérieurs à l’aide de différents capteurs. La personne candidate doit également démontrer une bonne connaissance sur l’intégration des différents capteurs faisant partie des systèmes de navigation, notamment les récepteurs GNSS et les centrales inertielles, de même que les techniques permettant leur traitement, notamment les filtres de kalman, lesquels fournissent la géoréférence directe aux images et nuages de points recueillis à partir de plateformes mobiles (véhicules routiers, aériens, navals, souterrains et sous-marins). La personne candidate doit être apte à intégrer ses travaux dans des applications de cartographie mobile.

De même, la personne candidate devra participer aux activités du laboratoire de métrologie-GNSS, notamment celles visant le maintien à jour des équipements. Elle ou il devra être capable de développer une offre de services à la collectivité et de mettre à profit les équipements en place au laboratoire.

La personne sélectionnée pour occuper ce poste assumera des enseignements réguliers aux trois cycles (cours de géodésie, de positionnement et navigation GNSS, d’intégration de capteurs et de cartographie mobile). Elle effectuera de la recherche de pointe, relative aux mesures géodésiques en milieu terrestre et maritime et à l’utilisation des technologies de positionnement et de navigation de haute précision. Elle devra également démontrer une ouverture aux collaborations interdisciplinaires, autant en enseignement qu’en recherche. Elle devra encadrer des étudiantes et étudiants aux trois cycles, développer les moyens nécessaires pour obtenir ses propres financements de recherche, incluant la mise en œuvre de projets de collaboration publique et privée. Elle devra enfin participer aux activités du Département des sciences géomatiques, de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de l'Université Laval. Elle pourra éventuellement être appelée à assumer des enseignements à l’extérieur de son domaine de spécialité, c’est-à-dire dans les autres domaines de la géomatique dans lesquels œuvre le Département.

En savoir plus et postuler

Photo

Décès de M. Denis Brière, ancien doyen de la Faculté et ancien recteur.

12 juillet 2022

M. Denis Brière est décédé le 8 juillet dernier à l'âge de 76 ans. Denis Brière a été doyen de la Faculté de foresterie et de géomatique de l'Université Laval de 2000 à 2007. Il est aussi diplômé de la Faculté en génie forestier. Au cours de ses années au décanat, Denis Brière s'est engagé activement dans le développement de la faculté et dans un rayonnement accru de toutes les composantes de l'Université Laval. Ensuite, en 2007, M. Brière est élu 25e recteur de l'Université Laval.

Tout au long de sa carrière, il a grandement contribué au rayonnement et au développement de la foresterie mais également de l'Université Laval. La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique tient à offrir ses sympathies à la famille de M. Brière.

Né à Sainte-Martine, Denis Brière étudie au Collège de Beauharnois avant de compléter son cours classique (baccalauréat ès arts) en 1968 au séminaire de Valleyfield. Il y reçoit une bourse d'études de la Ligue provinciale de football du Québec, en 1967 (joueur défensif de l'année). En 1972, il obtient un diplôme de la Faculté de foresterie et de géomatique de l'Université Laval. En 1979, il obtient son doctorat en aménagement du territoire de la Faculté de foresterie de l'University of British Columbia, à Vancouver, où il enseigne aux trois cycles de 1977 à 1980.

De 1979 à 1980, il est président du Comité fédéral-provincial pour l'évaluation des politiques environnementales (Colombie-Britannique). En 1981, Denis Brière revient au Québec et se joint à la Société d'énergie de la Baie-James. De 1982 à 1987, il oeuvre au sein de l'Institut canadien de recherche en génie forestier avant d'assumer le poste de vice-président et directeur général de la Division des bois et forêts chez Kruger inc., de 1987 à 1996.

En 1994, il est nommé ingénieur forestier de l'année par l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec. Cette distinction souligne son importante contribution dans l'organisation d'un forum provincial sur la recherche forestière au Québec. Il reçoit à nouveau ce prix en 2006, conjointement avec trois professeurs, pour sa contribution au développement de la Faculté de foresterie et de géomatique et la construction du pavillon d'enseignement et de recherche Gene-H.-Kruger.

De 1996 à 1998, M. Brière est président et chef de l'exploitation de Produits forestiers Kruger inc. qui emploie plus de 2000 personnes et possède un chiffre d'affaires annuel de 500 millions de dollars. De 1998 à 2000, Denis Brière devient président et chef de la direction du Groupe Comact, chef de file nord-américain dans la conception et la fabrication d'équipements destinés aux usines de transformation du bois. Cette période est caractérisée par une importante implication dans divers conseils d'administration, dont celui du Conseil de la recherche forestière du Québec, pour lequel il assume la présidence. (Tiré de la biographie de l'Université Laval)

Il a ensuite poursuivi sa carrière à l'Université Laval prendant plus de 17 ans comme doyen de la Faculté en 2000 et ensuite recteur de 2007 à 2017.

Consultez l'article détaillé sur Ulaval nouvelles

Avis de décès