Photo

Séminaire de maîtrise de Samuel Vaillancourt

26 janvier 2023 10 h

Lieu : Pavillon Gene-H.-Kruger, salle 1350

Rôle et impacts des aménagements anthropiques dans la dynamique morphosédimentaire de la côte de Portneuf et de Pointe-Platon, estuaire fluvial du Saint-Laurent

L’impact des perturbations anthropogéniques sur la dynamique morphosédimentaire et sur la résilience des éco-géosystèmes côtiers demeure difficile à évaluer, tout cela dans un contexte d’une anthropisation grandissante de l’estuaire fluvial du Saint-Laurent (EFSL), où 48% des côtes sont maintenant artificialisées. Encore aujourd’hui, l’implantation de structures sur le littoral et le long de la berge se réalise trop souvent en négligeant les interactions complexes entre les conditions hydrodynamiques, géomorphologiques, biologiques et socio-économiques propres à chacun des sites. Le manque d’étude dans l’EFSL exacerbe cet enjeu, résultant en la mise en place d’aménagements mal adaptés aux conditions hydrosédimentaires locales. Un tel contexte est présent dans les deux cas à l’étude, soit le littoral de la ville de Portneuf, sur la rive nord de l’EFSL, et celui de Pointe-Platon, près du village de Sainte-Croix sur la rive sud, où des quais empiétant dans le fleuve sur près de 1 km et 100 m, respectivement, ont été aménagés au cours du 20e siècle.

Ce projet vise donc à mieux comprendre la réponse morphosédimentaire et la résilience des systèmes de Pointe-Platon et de Portneuf aux perturbations anthropiques et aux conditions hydrométéorologiques. Plus particulièrement, il vise à documenter (1) le régime de perturbation naturel à l’aide d’une catégorisation des événements hydrométéorologiques potentiellement érosifs, (2) le régime de perturbation anthropique et (3) la résilience de ces deux systèmes à l’aide de l’évolution latérale historique (1949-2022) du trait de côte (2-D) et l’évolution altimétrique actuelle (3-D) de la dynamique morphosédimentaire. Afin d’atteindre ces objectifs, des données topographiques ont été acquises à un pas de temps trimestriel entre mai-2021 et mai-2022 à l’aide un système d’aéronef télépiloté. Les résultats de ces analyses suggèrent que, dans l’intervalle temporel récent, l’activité géomorphologique de ces systèmes de l’EFSL est davantage contrôlée par les pressions humaines. Les événements ponctuels de tempêtes, < 4% des événements, n’exercent pas le même degré de contrôle que pour les côtes de l’estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent. L’interaction entre le régime d’écoulement bimodal, soit vers l’amont lors du flot et vers l’aval lors du jusant, et les structures perpendiculaires imperméables à la côte ont participé à créer quatre milieux qui se distinguent dans leur dynamique morphosédimentaire et leur résilience. L’ouest de Pointe-Platon recule de 0,17 m/an, alors qu’à l’est, il prograde à un rythme de 0,20 m/an, mais demeure résilient au régime de perturbation. À Portneuf, les différentes activités humaines ont participé à créer un système pauvre en sédiments, n’étant plus résilient face aux perturbations, qui recule de 0,08 m/an et 0,30 m/an. De plus, les résultats de cette étude illustrent l’importance de la connectivité sédimentaire ouest/est, dans une portion du Saint-Laurent relativement pauvre en sédiments, pour permettre aux marais et aux autres types d’environnement côtier de maintenir les services écosystémiques.

Informations supplémentaires :

Directeur

  • Patrick Lajeunesse, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique – Université Laval

Examinateurs

  • M. Jean-François Bernier, professionnel de recherche, Université Laval
  • M. Daniel Lavallée, ingénieur, Ministère des Transports et de la Mobilité durable du Québec

Photo
Retourner à la liste d'événements